Publicité
13 février 2020 - 08:00

Samuel Meloche représentera le Canadien au tournoi international de Québec

Un grand passionné devant le filet de l’Arsenal pee-wee AAA du Lac Saint-Louis

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

S’il y a cinq ans, Samuel Meloche ne connaissait rien au hockey, aujourd’hui, le jeune résident des Cèdres fait la pluie, mais surtout le beau temps, devant la cage de l’Arsenal pee-wee AAA du Lac Saint-Louis. Le jeune adolescent de cinq pieds 10 pouces qui fréquente la Cité-des-Jeunes de Vaudreuil-Dorion vient d’ailleurs de remporter l’important tournoi de Waterloo en connaissant des performances dignes de mention.

« Quand j’ai commencé au hockey, je voulais être gardien de but. J’ai donc commencé la saison novice B, puis j’ai été atome C. Nous avons gagné la Coupe du Président. L’année suivante, j’ai joué atome AA, puis pee-wee AAA relève. Nous avons gagné la Coupe Dodge et maintenant je suis pee-wee AAA majeur avec l’Arsenal », dit le cerbère originaire des Cèdres. Il a donné ses premiers coups de patin au sein de l’Association de hockey mineur de Vaudreuil-Dorion.

Garder les patins sur terre

Toutefois, pas question pour le jeune gardien prodige de s’enfler la tête et de pavoiser. L’athlète demeure réservé. À l’image de son idole Carey Price. « Il ne parle que de lui. Il a commencé à regarder ce que Price fait. Et il l’imite. Il est une inspiration. L’idole. Il regarde comment il bouge, ses nouveaux équipements. C’est incroyable », raconte la mère du numéro 20, Maude Chayer.

Et le jeune portier pourra se targuer de porter l’uniforme du Canadien dans les prochaines semaines. L’Arsenal représentera la Sainte-Flanelle lors du tournoi international de hockey pee-wee de Québec à la mi-février.

Le 14 février, la formation du Lac Saint-Louis accueillera l’Ukraine lors d’un match préparatoire au Complexe Bell de Brossard. Le premier match à Québec, prévu le 16 février permettra au garçon de fouler la glace du Centre Vidéotron pour la première fois. Son équipe livrera un duel à une formation de la Slovénie.

Un jeune travaillant

Pendant la saison de hockey, Samuel Meloche et ses coéquipiers sautent trois fois par semaine sur la glace pour des entraînements. Sans compter les matchs qui sont disputés dans l’Ouest-de-l’Île, mais aussi, un peu partout en province. Ça n’empêche pas le gamin de conserver le sourire. « Je joue au hockey pour m’amuser. Je n’ai pas de plan de carrière et l’an prochain j’aimerais juste pouvoir continuer à jouer pour l’Arsenal. Je ne me mets pas de pression », avoue-t-il.

Pour les nombreux encouragements et les transports à l’aréna, le jeune athlète peut compter sur sa mère, mais aussi sur son père Matthieu. Les deux se montrent fiers de leur progéniture. Surtout que Samuel a un jeune frère, Antoine, également un joueur de hockey. « Notre plus jeune, Antoine, 10 ans, n’a pas le même style. Il bouge plus. Il est défenseur. Samuel n’est pas nerveux. Ni stressé. Dans les estrades, les parents le sont plus que lui. Il sait qu’il travaille fort pour avoir la bonne attitude et les entraîneurs admirent son calme. Il a une passion pour le hockey », dit la mère de ce jeune hockeyeur.

Et puisque le hockey ne nuit pas à ses performances sur les bancs d’école, on espère que le jeune homme poursuivra son chemin et que sa progression sera belle. Il est plus organisé qu’avant. Il va bien à l’école et ce n’est pas dérangeant malgré toutes les heures de pratique. Le jeune homme se prépare en écoutant du Michael Bublé. « Je ne suis pas superstitieux, alors je ne l’écoute pas systématiquement. Mais c’est mon chanteur préféré et ça me permet de rester calme et zen », lance-t-il en rigolant.

Il faut également dire que l’Arsenal compte un noyau de jeunes athlètes talentueux et qu’il existe un bel esprit de groupe. « C’est ce que j’aime de notre équipe », conclut celui qui pratique le tennis et le golf en été.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.