Publicité

29 avril 2021 - 15:57 | Mis à jour : 20:26

Passionnés de bières

Saviez-vous que sept microbrasseries sont présentes dans le Suroît ?

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

En vue de l’été, Néomédia a tenu à faire découvrir à son lectorat les 7 microbrasseries de la région. Celles-ci regorgent de houblon, d’originalité, mais surtout de gens passionnés.

Microbrasserie Trois-Lacs (Vaudreuil-Dorion)

C’est en 2018 que Michel Chen et son collègue de travail Jean-Sébastien Lantin chez CAE,lance la Microbrasserie Trois-Lacs. « À l’heure du lunch, on jasait souvent de nos bières et éventuellement on a décidé de se lancer une microbrasserie », dit-il en ricanant.

Ces derniers ont dû faire appel à un maître brasseur afin de les aider dans la conception et la production à gros volume. « Avoir l’idée c’est une chose, mais la mettre en pratique c’est un peu plus compliqué », ajoute-t-il. Sa femme, Sylvie-Anne Dumais, vice-présidente aux développements des affaires et copropriétaire de la microbrasserie, s’est aussi jointe à l’équipe pour s’assurer du volet commercial et publicitaire.

Après s’être bien installée dans la région, la microbrasserie souhaite pousser de nouvelles bières originales. On prévoit aussi l’ouverture d’une terrasse pour l’été, où des smoothies à la bière seront offerts.

Bière préférée: « Cela change selon la période de l’année et ce qu’on mange », indique M. Chen. Il a néanmoins un faible pour la Viking, une Kveik IPA, et la Vau-do, une New England IPA.

Ferme brasserie Schoune (Saint-Polycarpe)

Patrick Shoune a pour ainsi grandi dans un baril de bière. Celui-ci s’amusait déjà en 1983 à faire de la bière à la maison. Il achète sa terre en 1992 dans Vaudreuil-Soulanges et fonde la première ferme microbrasserie en Amérique du Nord quatre ans plus tard.

« C’était le début des microbrasseries, j’ai décidé que j’allais lancer une ferme brasserie comme un vignoble avec la production sur place de la majorité des ingrédients et les transformer en bière », explique-t-il.

La brasserie Schoune du cousin de son grand-père, qui a existé de 1936 à 1950 en Belgique, a pu renaître en sol québécois. Elle est désormais reconnue sur le plan international et M. Schoune fait, en plus de l’exportation, de la conception pour d’autres microbrasseries, notamment au Mexique.

Des bières vieillies, et ce plus longtemps que prévu en raison de la pandémie, soit de 24 mois, sortiront dans les prochaines semaines. On compte aussi miser sur les produits locaux tels que la camerise.

Bière préférée : La trip des Schoune, une triple blonde belge qu’il produit depuis 1998. « C’est une bière que j’adore, mais en général celle que j’aime le plus c’est celle qui est dans mon verre », dit-il en pouffant de rire.

Brasserie du Bois Blanc (Coteau-du-Lac)

Née d’abord à Hudson en 2016, la Brasserie du Bois Blanc est déménagée dans le quartier industriel de Coteau-du-Lac afin d’augmenter sa production. Elle jouit toutefois d’un partenariat avec le restaurant Rube à Rigaud où une salle de dégustation est aménagée.

Des produits exclusifs sont proposés sur place. « Les clients peuvent commander des cruchons, moi je les remplis à la brasserie et je vais les livrer là-bas », assure le propriétaire et maître brasseur, Frédéric L’Écuyer.

Ses bières, ayant des inspirations anglaises, allemandes et américaines, sont reconnues mondialement. La microbrasserie s’est d’ailleurs rendue en 2019 au Festival de bières de Nuremberg en Allemagne, où elle était la seule d’Amérique du Nord. La Dark Soul et la 42&2 ont aussi remporté l’or et l’argent respectivement au London beer competition 2021.

Frédéric L’Écuyer compte sortir de nouvelles bières presque tous les mois prochainement. « J’ai recommencé à m’amuser », dit-il en faisant référence au déménagement difficile. Parmi celles-ci, la Suvi, bière de fraise et de framboise, sera refaite pour le grand public cet été.

Bière préférée: « C’est un peu tous nos bébés, je n’en ai pas vraiment, mais c’est plus relié au moment ou à la saison », précise-t-il. La chaleur des dernières semaines lui fait particulièrement apprécier la Suvi.

Microbrasserie Cardinal (Hudson)

Après avoir étudié l’histoire, Duncan Cowie retourne à l’école pour faire sa formation de brasseur. Il rencontre, avec sa femme Anna Lépine, un couple par l’entremise de leurs enfants. Tous passionnés de bières, ils décident de lancer une microbrasserie.

Ils achètent donc en 2019 le vieux garage au cœur de la ville de Hudson et finissent par ouvrir en octobre 2020. La pandémie a toutefois freiné leurs ambitions. « On a été fermé au moment où on voulait ouvrir », déplore Mme Lépine.

La microbrasserie garde l’espoir d’ouvrir cet été et continue de travailler sur ses bières. « On est inspiré par des recettes de bières de partout dans le monde, mais on est aussi une microbrasserie et on développe des recettes modernes », explique-t-elle. Le nom Cardinal vient de l’oiseau rouge présent sur leur logo, mais aussi des points cardinaux, pour les multiples inspirations de leurs bières.

Une West coast IPA devrait voir le jour sous peu ainsi qu’une bière inspirée de Montréal, réalisée à partir d’une recette des années 30 que Duncan a retrouvée.

Bière préférée: La Camp Norway, une North East Kveik IPA, qui fait référence à la Nouvelle-Écosse, là où est originaire Duncan. Sa femme a aussi un faible pour la Red Spark. « C’est une bière très facile à boire et qui est très rouge dans le verre », souligne-t-elle.

Microbrasserie Barabas (Sainte-Barbe)

Après avoir vendu leurs entreprises, Sébastien Gaudreau, Patrick Bougie et Alain Houle se sont retrouvés retraités dans la quarantaine. C’est alors que l’un d’eux propose de partir une microbrasserie. Ils s’associent très rapidement avec le maître brasseur d’une vingtaine d’années d’expérience, Benoît Mercier, fondateur de la microbrasserie Benelux.

Ce dernier, originaire de Salaberry-de-Valleyfield, ayant déménagé tôt dans l’enfance à Montréal, n’a pas pu résister à l'idée de revenir dans sa région natale pour y développer une microbrasserie de style Beer Garden avec une grange surplombant un vaste terrain de 21 acres.

Les lieux leur permettent de cultiver le seigle sur place, d’avoir une immense terrasse, en plus d’un étang et d’un terrain de volleyball, ce qui ajoute une atmosphère très familiale et conviviale. « Le but était d’avoir un site où ce serait bon d’être. On retrouve cela surtout en Gaspésie ou au Vermont avec de grands espaces », témoigne Alain Houle. La microbrasserie Barabas ouvre donc ses portes en juin 2020 en pleine pandémie.

Les propriétaires souhaitent poursuivre leur implantation dans la région en proposant des spécialités mensuelles et en collaborant avec les cultivateurs locaux. « On veut vraiment avoir de la bière pour les gens d’ici. Notre but n’est pas de devenir immenses, on aime ce qu’on est et on veut rester authentique comme cela », ajoute-t-il. M. Houle prévoit avoir une offre alimentaire autre que des foodtrucks et sortir une bière au sirop d’érable en automne prochain.

Bière préférée: La Pamalou, une Milkshake IPA, nommée en l’honneur de la fameuse discothèque de Salaberry-de-Valleyfield que plusieurs ont connu.

Microbrasserie Maltéus (Salaberry-de-Valleyfield)

C’est en revenant de ses études à l’Université de Sherbrooke, là où il a brassé de la bière dans des groupes étudiants, qu’Édric Lacasse lance en 2013 la microbrasserie Maltéus à Salaberry-de-Valleyfield. « Quand j’ai vu qu'il n'y en avait pas beaucoup et que je savais comment faire, j'ai décidé de partir ma propre microbrasserie », se souvient-il.

Pris au dépourvu pour trouver le nom de l’entreprise, il ajoute une tournure au mot malte, ingrédient principal de la bière, en la nommant Maltéus. Au départ, ses installations ne lui permettent que de produire des bières de type ale, mais il développe en peu de temps une large gamme de produits.

En plus du pub où il propose la majorité de ses bières, il les embouteille en cruchon, ce qui en fait sa marque de commerce. « C’est un format que les gens aiment ». Avec la pandémie, Éric Lacasse travaille à les mettre en cannette sous peu afin d’élargir sa distribution. Une session IPA, plus légère en alcool, sera bientôt brassée.

Bière préférée : Le microbrasseur est divisé sur la question en hésitant entre la Double IPA Rakau Simcoe Amarillo, avec ses notes fruitées, et la Alexander Buttin, une Scottish ale sucrée.

Microbrasserie Le Castor (Rigaud)

Pendant un stage au Royaume-Uni, plus précisément en Écosse, les deux charpentiers de profession, qui sont par ailleurs amis d'enfance, Daniel Addey-Jibb et Murray Elliott, ont eu la passion de la bière.

La récession économique de 2008 leur a permis d’exploiter cette envie avec leurs amis et la famille avant de se lancer dans l’aventure. C’est quatre ans plus tard, en 2012 que la microbrasserie Le Castor ouvre ses portes à Rigaud

La microbrasserie propose une bonne variété de bières certifiées biologiques et la Yakima IPA est sans doute la plus populaire. Étant actuellement occupés par le brassage de leurs prochaines bières, les microbrasseurs n’ont pas pu accorder d’entrevue, mais le tout sera assurément savoureux, comme toutes les bières de la région.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.