Publicité

10 septembre 2021 - 18:00

Une dame de Les Coteaux a sauvé de la mort la fillette de ses voisins

« C’est une héroïne, c’est notre héroïne.  Je lui serai éternellement reconnaissante et mon conjoint aussi »

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le vendredi 3 septembre dernier, Fanny Bédard, résidente de Les Coteaux, a vécu le pire cauchemar de tout parent: elle a vu sa petite fille Leïla, 15 mois, passer à deux doigts de la mort. Grâce à la rapidité d’esprit et d’action de sa voisine Louise Jodoin, la fillette est toujours en vie.

« Si ma voisine n’était pas là, ma fille ne serait plus parmi nous », affirme Fanny Bédard dès les premières secondes de son entrevue avec Néomédia.

L’histoire débute le jeudi 2 septembre alors que la petite Leïla fait de la fièvre. Le lendemain matin, la petite fille va bien et sa poussée de fièvre n’est plus là. « Je me suis dit qu’elle faisait ses dents, je l’ai donc envoyé à la garderie qui est située à deux pas de chez moi. Ce matin-là, elle a bien déjeuner. Mais vers 9h20, la garderie m’a appelé pour me dire que ça faisait 20 minutes qu’elle tremblait et qu’elle faisait 38 de fièvre », raconte-t-elle encore émue par la situation.

À son arrivée au centre de la petite enfance, Mme Bédard constate que sa fille est fatiguée et qu’elle n’a pas mangé sa collation. « Je l’ai mis dans la voiture, dans son siège et entre la garderie et ma résidence, trajet qui prend d’habitude deux minutes en voiture, elle commençait à fermer les yeux. Quand nous sommes arrivés chez nous, ses yeux étaient révulsés à l’arrière et elle était toute molle. Je voulais me dépêcher d’entrer chez nous, mais dans l’énervement, je n’ai pas été capable de débarrer ma porte et j‘essaie de cogner pour que mon conjoint m’entende et se lève. »

À cet instant, la maman indique que Leïla ne respirait plus et qu’elle s’est mise à hurler. Sa voisine, Louise Jodoin, a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une chicane conjugale et n’est pas intervenue. Mais elle a rapidement constaté que la situation était plus grave.

« Elle a pris la petite et la mise sur le ventre. Elle a vomi. Entre temps, j’avais appelé le 911 et essayé de lui faire le bouche-à-bouche, mais j’ai figé. » Par la suite, par chance, Leïla a repris connaissance et le pire a été évité.

Mais pour Fanny, aucun mot n’est assez fort pour exprimer sa reconnaissance envers Louise Jodoin qui demeure en face de chez elle. « Aujourd’hui, ma fille va bien grâce à elle. Je ne pourrai lui dire assez merci. Par chance, elle savait quoi faire. C’est une héroïne, c’est notre héroïne. Je lui serai éternellement reconnaissante et mon conjoint aussi. »

Une semaine après l’événement, Fanny Bédard a gardé Leïla à la maison pour lui permettre de ses émotions. Selon les autorités, c’est une gastro combinée à une poussée de fièvre qui a causé le malaise de la fillette.

À la suite de l’événement, la maman a pris la parole sur sa page Facebook en mentionnant que « parfois dans la vie, il y a encore des gens sur qui l’on peut compter sans même le savoir….Il y a plein de négatif en ce temps de pandémie, mais je peux dire que malgré ça, nous avions notre ange gardien pas trop loin ce jour-là. Et que malgré les circonstances, on peut encore avoir foi en l’humanité. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.