Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Manifestation du monde scolaire

« Si le gouvernement ne veut pas mettre les parents dans le trouble, la balle est dans son camp »

durée 08h41
6 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Jessica Brisson
email
Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

C'est ce lundi, qu'enseignants du primaire, professionnels du monde de l'éducation et employés de soutien affiliés au Centre de services scolaire des Trois-Lacs, ont manifesté sur le territoire de Vaudreuil-Soulanges afin de faire pression sur le gouvernement dans le cadre des négociations. 

À lire également: 

Négociations: Les syndicats sont prêts à entamer un 72 heures de grève

Trois jours complets de grève à venir au Cégep de Valleyfield

« Si le gouvernement ne veut pas mettre les parents dans le trouble, la balle est dans son camp »

Le SCFP souhaite un nouveau contrat de travail avant la grève prévue les 21,22 et 23 novembre

Une première grève en près de 25 ans pour les membres de la FIQ

Des lignes de piquetage devant ou aux abords des établissements du Centre de service scolaires des Trois-Lacs ont été érigées en guise de manifestation par les membres du Syndicat de l'enseignement de la région de Vaudreuil (SERV), du Syndicat du personnel de soutien des Trois-Lacs (SPSTL) et du Syndicat du personnel professionnel de l'éducation du Nunavik et de l'Ouest de Montréal (SPPENOM).

Plus d’un an après le début des négociations pour le renouvellement des conventions collectives, les travailleuses et travailleurs du Front commun exercent leur droit de grève avec un mandat adopté à 95 % afin de dénoncer, d’une seule voix, le mépris du gouvernement à leur égard et de revendiquer de meilleures conditions d’exercice, un rattrapage salarial ainsi qu’une protection contre l’inflation.

« Cette première séquence de grève, c’est un premier coup de semonce. On aurait souhaité éviter d’en arriver là. La grève, personne n’aime la faire, mais les enseignantes et les enseignants que nous représentons en ont assez d’accuser des reculs salariaux et de voir leurs conditions d’exercice de la profession se dégrader au détriment de l’apprentissage des élèves. Si ça ne bouge pas aux tables, nous exercerons une deuxième séquence de grève les 21, 22 et 23 novembre prochain », confiait à Néomédia, Véronique Lefebvre, présidente du SERV-CSQ.

Pour la présidente, il est impératif que le gouvernement doive être un employeur de choix. « Nos travailleurs sont écoeurés. Leur tâche ne fait que s'alourdir. Ils n'ont plus le temps de corriger ni de planifier leurs cours parce qu'ils font plein d'autres choses. Ça, c'est sans parler de la composition de la classe, le nombre trop élevé d'élèves ayant besoin de suivis spécialisés par classe ».

Toujours selon Mme Lefebvre, les salaires sont aussi un enjeu de taille dans la présente négociation. « Nous n'avons toujours pas atteint la moyenne canadienne. C'est inacceptable. Si le gouvernement ne veut pas mettre les parents dans le trouble, la balle est dans son camp », clame-t-elle.

Pour le président du SPSTL, Éric Vézina, le personnel de soutien scolaire est trop souvent oublié.

« Les membres que je représente sont contre la bonification salariale pitoyable de seulement 1,3 % ajoutée au 9% déjà offert sur une durée de cinq ans qui a été déposé par le gouvernement,
dimanche dernier. C’est trop peu trop tard, nous manifestons donc aujourd’hui ».

« L’amélioration de nos conditions de travail aura des impacts positifs sur les services offerts à la population. Les services publics, ça concerne tout le monde! Notre lutte, c’est aussi celle des Québécoises et des Québécois. Nous savons que la grève a des impacts considérables sur le quotidien, mais nous savons aussi que la population n’a plus envie de vivre avec des services publics carencés et continuellement en pénurie de main-d’œuvre», conclut, pour sa part, Carolanne Desmarais qui représente le personnel professionnel.

À lire également

Négociations: Les syndicats sont prêts à entamer un 72 heures de grève

En route vers une grève générale illimitée pour le Syndicat de l'enseignement des Seigneuries

Des syndicats de la région se préparent à descendre dans les rues

Une première séquence de grève pour les enseignants du primaire et le personnel de soutien

Au tour du personnel de soutien du CSSTL de voter en faveur d'un mandat de grève

Au tour des enseignants du primaire de se doter d'un mandat de grève générale illimitée

Négociations: Des enseignants se dotent d'un mandat de grève générale illimitée

Sondage: La population se range derrière les enseignants et le personnel de soutien

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juin 2024

Québec limite la hausse du compte de taxe scolaire

Le gouvernement Legault agit de nouveau cette année pour limiter l'augmentation du compte de taxe scolaire à 3 % alors qu'elle aurait dû être de 15%. Ainsi, le taux de la taxe scolaire passera de 0,09730 $ à 0,09152$ par tranche de 100 dollars d'évaluation. Concrètrement compte moyen au Québec, qui est actuellement de 355 $, augmentera de 10 $ ...

13 juin 2024

Le gouvernement annonce du soutien et des allègements pour les agriculteurs

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), André Lamontagne, était de passage dans le comté de Soulanges ce jeudi matin afin de procéder à l'annonce de plus de 200 millions de dollars en soutien aux entreprises agricoles. Le ministre était accompagné de la députée de Soulanges, Marilyne Picard, et du président de ...

12 juin 2024

Un conseiller de Coteau-du-Lac démissionne pour des raisons environnementales

Habité par des convictions environnementales profondes qui ne s'arriment pas avec la volonté actuelle des élus municipaux de Coteau-du-Lac, François Vallières, conseiller du district 2, a remis sa démission ce mardi 11 juin en pleine séance du conseil municipal. Dans les minutes qui ont précédé sa décision qualifiée d'irrévocable, l'échevin s'était ...