Publicité
7 octobre 2019 - 10:00 | Mis à jour : 10:55

Pénurie de main-d’œuvre

Outre l’immigration, on peut aider les entreprises d’ici à court terme, indique Marc Faubert

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Pour le Parti libéral du Canada (PLC), l’immigration fait évidemment partie des pistes de solution pour combler le déficit de main d’œuvre. Pour Marc Faubert, candidat du PLC dans la circonscription de Salaberry-Suroît outre l’immigration, il y a des moyens réalisables à court terme pour aider les entreprises.

Dans un premier temps, il précise que la rétention des employés déjà en poste est primordiale. Il est impératif pour les entreprises, selon lui, d’innover pour améliorer l’expérience de travail des employés actuels. « Des horaires flexibles et adaptés permettent de garder plus longtemps en emploi les travailleurs les plus expérimentés tout en réduisant le besoin de nouveaux talents », explique-t-il.

La formation constitue également un moyen efficace pour faire face à cet enjeu, ajoute-t-il. Le candidat libéral rappelle qu’au mois de juin 2019, une entente a été signée avec le gouvernement du Québec au sujet de la pénurie de main-d’œuvre.

Celle-ci prévoit le transfert de 5,4 milliards $ vers le Québec, soit 686 millions $ de plus que l’entente signée sous le gouvernement conservateur. Cet accord permet à 240 000 travailleurs de bénéficier de nouvelles formations pour intégrer les entreprises.

Taux de chômage très bas

Dans un contexte où le taux de chômage est au plus bas depuis les 40 dernières années, la disponibilité de la main-d’œuvre représente un important défi.

La pénurie de travailleurs fut d’ailleurs le premier enjeu relevé par la direction du Groupe Meloche lors de la visite de Madame Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, le 24 septembre dernier, confirme M. Faubert.

« Lorsque j’entends des propriétaires d’entreprises d’ici me dire qu’ils se font compétition pour des employés, il est clair qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas », conclu-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.