Publicité

8 janvier 2021 - 10:00

Entrevue avec la présidente, Véronique Lefebvre

Un retour en classe et le port du couvre-visage dans les corridors salués par le SERV

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le retour des élèves du primaire sur les bancs d’école dès ce lundi 11 janvier, partout au Québec, fait le bonheur du Syndicat de l’enseignement de la région de Vaudreuil (SERV).

Selon sa présidente, Véronique Lefebvre, la majorité des 1100 enseignants représentés par l’organe syndicale veulent être avec leurs élèves dans les classes.

« Il est très difficile d’enseigner aux tout-petits de 5 à 8 ans devant un ordinateur toute la journée. Les sources de distraction sont nombreuses à la maison pour eux et pour les enseignants, ça demande beaucoup de préparation et d’énergie. Lorsqu’on a consulté nos membres il y a quelques mois, la majorité nous a indiqué qu’ils préféraient être en classe avec les élèves plutôt que de faire l’école virtuelle, en dépit des risques pour leur santé », raconte la présidente du SERV, Véronique Lefebvre.

Elle précise que la pédagogie d’aujourd’hui est très différente de celle d’il y a plusieurs années où le principal outil de l’enseignant était un tableau. « Devant l’ordinateur,  il faut mettre une croix sur l’apprentissage par les pairs ou encore la possibilité de faire du travail en équipe. Sans compter que le contact humain est quasi inexistant. C’est donc une bonne nouvelle de savoir qu’on retourne en classe dans quelques jours », résume-t-elle.

Le port du masque dans les corridors est salué

Jusqu’à aujourd’hui, le SERV n’avait pas dévoilé sa position sur le port du masque obligatoire dès la maternelle. Mais Mme Lefebvre salue la consigne émise par le gouvernement de François Legault plus tôt cette semaine à l’effet que le couvre-visage sera obligatoire, dès lundi, dans les corridors pour tous.

« Plusieurs de nos membres avaient exprimé des inquiétudes quant au fait d’être infectés pendant les déplacements de classe dans les corridors. C’est aussi une bonne chose que le masque soit obligatoire en classe pour les 5e et 6e année. C’est un bon début, mais il reste encore beaucoup d’efforts à faire pour améliorer la qualité de l’air dans les écoles », ajoute-t-elle.

Mme Lefebvre indique avoir demandé à la direction du Centre de services scolaire des Trois-Lacs d’obtenir une copie des tests de qualité de l’air effectués récemment dans les établissements du CSSTL, mais sa démarche est restée vaine pour le moment.

« C’est certain que la qualité de l’air dans une école bâtie dans les années 50, 60 ou 70, n’est pas la même que dans une nouvelle école. Dans les plus vieux établissements, ceux où il faut aérer manuellement, on peut penser que la qualité de l’air est moins bonne que dans les plus récents. Ça reste inquiétant quand on sait que les aérosols et la ventilation sont possiblement des sources de contamination. »

Entendus par le ministre Roberge?

À 11h, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge apportera des précisions quant au retour en classe. Mme Lefebvre espère que les demandes des syndicats des enseignants de la province seront entendues. « Notre principale demande est qu’il revoit la pondération du premier bulletin qui doit être rendu pour ces jours-ci. Concrètement, nous aimerions qu’il compte pour moins de points que prévu  afin de ne pas décourager les élèves en situation d’échec. Actuellement, nous aurons deux bulletins cette année qui vaudront chacun 50 %. Mais on voudrait que le premier compte pour moins de points et que le ministre accepte que l’on donne plus d’importance aux notions et apprentissages acquis qu’aux résultats », confie-t-elle.

Plus tôt en 2020, à la suite des recommandations des syndicats des enseignants du primaire, M. Roberge avait accepté de diminuer le nombre de bulletins pour cette année de 3 à 2. « On a bien hâte de voir ce qu’il annoncera cet après-midi. Nous l’apprenons toujours en même temps que tout le monde. Quoi qu’il en soit, nous sommes très contents de retourner en classe dès ce lundi avec nos élèves », conclut-elle.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.