Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Briser l'isolement

Via l’anse offre maintenant des services aux hommes subissant de la violence conjugal

durée 15h00
28 avril 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Salle des nouvelles

L’organisme Via l’anse offre désormais des services aux victimes masculines de violence conjugale. Cet ajout a été rendu possible grâce à une subvention du Fonds d’aide aux victimes d’actes criminels (FAVAC), laquelle a permis la création d’un programme d’aide spécifiquement adapté aux besoins des victimes masculines.

« On a travaillé en partenariat avec Le Pont du Suroît et le CAVAC afin d’élaborer un programme d’aide complet pour les hommes » dit Daniel Asselin, président. « Un programme de groupe de 12 rencontres a été expérimenté à deux reprises dans la dernière année et les résultats montrent que les participants disent avoir grandement apprécié l’activité. »

Les objectifs spécifiques du programme sont d’aider les hommes à mieux comprendre les dynamiques de violence dans les relations intimes, à être davantage en sécurité, à reprendre du pouvoir sur leur vie, à briser l’isolement, à avoir confiance en leurs habiletés à construire une relation saine et sans violence, à faire des deuils et à retrouver leur dignité. 

Pour Mario Trépanier, coordonnateur, « Le principal défi est d’aider les hommes à reconnaitre le problème. Les stéréotypes de genre entretenus par la société font en sorte qu’on estime qu’un homme devrait pouvoir encaisser les coups sans en souffrir, en demeurant stoïque. La vérité est que la violence fait toujours mal. » Il ajoute que « La plupart des hommes qu’on a reçus ne savaient pas qu’ils vivaient de la violence avant qu’un professionnel ou un proche ne s’inquiète pour eux et ne les aide à en prendre conscience. Ces hommes en étaient venus graduellement à normaliser les comportements de leur partenaire, en les attribuant à des problèmes de santé mentale, à des traumatismes antérieurs ou à des problèmes de consommation, tout en s’estimant responsable de son état. » 

Christine Drouin, professionnelle de recherche, chargée de la réalisation du projet, rappelle que « Les données de recherche confirment que les victimes masculines sont moins enclines à demander de l’aide, tant auprès de leurs proches que dans le réseau de la santé et auprès des services de police. Par ailleurs, lorsqu’ils le font, ils ont aussi davantage tendance à en parler dans des termes qui minimise leur détresse, leurs craintes et leur sentiment d’impuissance. »

Les personnes concernées peuvent prendre rendez-vous directement à l’organisme en appelant au 450.370-3200, afin de participer à une première rencontre d’accueil. Par la suite, une gamme de services comprenant des suivis individuels et des suivis de groupe pourra leur être proposée.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


24 novembre 2022

Claude DeBellefeuille fière de protéger le bas de laine des travailleurs

La députée de Salaberry-Suroît, madame Claude DeBellefeuille, a salué l’adoption unanime par la Chambre des communes du projet de loi visant à protéger les bas de laine des travailleurs et travailleuses en cas de faillite d’entreprise. Après plusieurs années de lutte pour mettre à l’abri ces fonds de retraite durement gagnés, la députée bloquiste ...

24 novembre 2022

Du changement dans la collecte du bac brun cet hiver

La MRC de Beauharnois-Salaberry rappelle qu’à compter du 27 novembre, la collecte du bac brun ne s’effectuera que toutes les 2 semaines, et ce, jusqu’au 2 avril 2023.  En hiver, le volume de matières organiques récoltées via le bac brun est évidemment en forte baisse. Il n'y a plus de tontes ou de feuilles d'arbres à ramasser. C'est pourquoi ...

24 novembre 2022

Nouvelle arrestation à Salaberry-de-Valleyfield

Le 22 novembre, les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé à une perquisition dans le cadre d’une enquête pour trafic de stupéfiants sur la rue Cossette à Salaberry-de-Valleyfield. Sur place, ils ont procédé à l’arrestation d’une femme de 45 ans, pour possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic et possession d’un bien ...