Publicité

8 février 2020 - 14:00

Rapport rédigé par le MTQ et ses partenaires

Améliorer la sécurité des motocyclistes: 14 recommandations à appliquer

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À moyen et long terme, le Ministère des Transports et ses partenaires souhaitent mettre en application 14 recommandations pour assurer la sécurité des motocyclistes. Celles-ci sont issues d’un rapport rédigé à la suite de l’analyse des circonstances entourant le décès de 189 motocyclistes impliqués dans 182 accidents survenus entre janvier 2013 et décembre 2016.

Il est facile de comprendre la nécessité d’implanter de nouvelles mesures dans cette optique à la lecture du rapport. Celui-ci fait état que pendant cette période, sur ces 182 incidents survenus, 48,9 % impliquaient un seul véhicule, soit une moto.

Parmi les mesures de protection figurant dans ce document, on retrouve les suivantes: imposition de la sensibilisation des autres usagers de la route à la présence des motocyclistes, imposition de la règle du zéro alcool pour tous les apprentis motocyclistes, application de nouvelles règles d’accès à la conduite d’une motocyclette en plus du déploiement d’actions de sensibilisation s’adressant aux motocyclistes qui porteront sur les principales causes d’accidents et le recours à des porte-paroles crédibles pour souligner les bonnes pratiques et les bons comportements.

Des statistiques éloquentes

Les motos à risque sont largement surreprésentés dans les statistiques alors qu’elles étaient impliquées dans 25,3 % des accidents mortels alors qu’elles n’équivalaient alors qu’à 4,5 % du parc de motos.

On précise aussi dans le rapport que 37, 9 % des conducteurs de motos détenaient depuis moins de 5 ans un permis comportant une classe qui autorise la conduite d’une moto. De plus, 57,9 % des propriétaires de moto impliqués dans un accident possédaient leur moto depuis moins de 2 ans. 

On rapporte aussi que 66,7 % des conducteurs avaient commis au moins une infraction entraînant l’inscription de points d’inaptitude à leur dossier de conduite au cours des 10 ans précédant leur accident. Enfin, les causes ayant été le plus fréquemment citées par les policiers comme principales causes probables des accidents sont la vitesse (32,9 %), l’omission de céder le passage (12,6 %) et la distraction ou l’inattention (9,6 %). 

Les collaborateurs ayant participé à la rédaction de ce document, sont le Comité d’action politique motocycliste, le Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur, la Fédération motocycliste du Québec, le MTQ, la SAAQ et la SQ.

Au moment d’écrire ces lignes, l’échéancier quant à la mise en place de ces mesures n’avait pas encore été dévoilé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.