Nous joindre
X
Rechercher
Publicité
Présenté par

Journée internationale des femmes

Briqueteuse-maçonne dans l’âme depuis l’âge de 14 ans

durée 06h00
8 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars prochain, Néomédia a décidé de mettre en lumière des membres de la gent féminine qui se démarquent au quotidien. Que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, ces femmes méritent d’être propulsées sous les projecteurs à l’aube de cette journée importante. Entrevue avec Joanie Doire Daoust.

À lire également: 

Une Polycarpienne qui n'a pas peur de briser les barrières

« J’ai toujours dit d’aller là où la vie nous mène » - Louise Lapointe

Quand travailler revient plutôt à défendre: la réalité d'Isabelle Corbeil

Bien s’entourer pour pouvoir s’accomplir pleinement selon Mélanie Dutemple

Elle est partie à 14 ans de la maison pour vivre avec un amoureux plus âgé. Elle rêvait de faire le métier de son père qui est briqueteur-maçon et entrepreneur général. Il préférait qu’elle fasse autre chose.

Joanie Doire Daoust a bâti sa première maison à Saint-Zotique à ce moment-là. Elle a été refusée à l’École des métiers de la construction à 16 ans parce que le directeur lui a dit qu’elle n’était pas assez costaude. Au Québec, il y a seulement 2 % des femmes qui oeuvrent à titre de briqueteuses- maçonnes.

Elle le répète à plusieurs reprises : « Quand t’es faite pour un métier, même s’il y a parfois des préjugés, tu le sais que tu es à la bonne place et ça t’atteint moins ». À la suite de son refus à l’École des métiers de la construction, Joanie ira vivre à Québec pendant quelques années. Elle travaillera dans la restauration et dans l’immobilier et elle y réussira très bien. Son rêve reste présent.

Elle suit son cours de briqueteuse-maçonne pendant 9 mois et 900 heures. Un peu plus tard, elle complétera un cours en gestion d’une entreprise de la construction. Elle fonde sa compagnie, Fix-o-brique à 27 ans. Elle est revenue vivre à Rigaud récemment, mais sa clientèle se trouve à Montréal : « Le marché est beaucoup plus vaste et avec un grand bassin, les tarifs sont plus compétitifs », souligne-t-elle.

« Quand je signe des contrats, les clients veulent me voir sur les lieux. J’apporte de la douceur et de l’efficacité au métier », croit-elle. Elle s’est bâti une réputation d’ouvrage bien fait. Elle travaille maintenant de temps en temps avec son père.

Modestement, elle avoue qu’elle espère l’inspirer et que son père l’appelle parfois pour des conseils : « Je connais presque par cœur toutes les normes de la Garantie de construction résidentielle (GCR) », confie-t-elle. 

Et de l’autre côté, le fait que son père soit entrepreneur général lui facilite parfois certaines transactions. Un beau lien de confiance et de complicité s’est construit. Ils viennent de créer une nouvelle compagnie immobilière ensemble : Gestion Daoust et Fille.

Son entreprise est dirigée de la maison. Elle a compté jusqu’à 8 employés, mais aujourd’hui, elle préfère travailler avec des sous-traitants, car ceux-ci sont autonomes. Elle avoue que le métier de briqueteuse-maçonne est exigeant physiquement : « C’est dur sur les épaules, tu travailles toujours en flexion vers l’avant et tu soulèves; en plus je me suis blessée à une hanche », ajoute-t-elle. Et elle déteste prendre des médicaments. « Il y a aussi la silicose pulmonaire qui guette les travailleurs. À force de travailler dans la brique, la poussière de silice peut limiter la capacité de respirer. Mon père est atteint de silicose et doit utiliser des pompes », relate Joanie.

Oui, elle pense que la Journée internationale des droits des femmes a toujours sa place. « On a fait du chemin et il en reste à faire; j’ai parfois l’impression qu’il faut que je me prouve. Par exemple, je ne pourrais pas arriver sur un chantier en voiture électrique, ça prend un pick-up », admet-elle en souriant.

En ce sens, elle a quelquefois le sentiment qu’elle doit correspondre à une certaine image, mais elle vit très bien avec ça.

Joanie a aussi connu ses épreuves, elle a souffert de boulimie-anorexie plus jeune et a été hospitalisée.

Elle a également été atteinte d’un cancer des ovaires duquel elle est en complète rémission depuis un an.

« J’ai choisi ma vie, j’ai construit ma vie. Je tasse les gens qui tirent de l’énergie, je veux juste le bonheur. J’ai une vie fantastique. Je n’ai rien à envier à personne. Je fais de l’exercice, du ski, je profite de la vie et je suis en congé l’hiver depuis quelques années », conclut Joanie. De plus, elle se marie cette année. Qui dit mieux?

À lire également

Quand travailler revient plutôt à défendre: la réalité d'Isabelle Corbeil

Bien s’entourer pour pouvoir s’accomplir pleinement selon Mélanie Dutemple

« J’ai toujours dit d’aller là où la vie nous mène » - Louise Lapointe 

Une Polycarpienne qui n'a pas peur de briser les barrières 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 14h00

Les vols de véhicules sont en baisse de 17 % au Canada, selon un nouveau rapport

Les vols de véhicules ont diminué de 17 % au cours des six premiers mois de 2024 par rapport à la même période l'an dernier, selon les données compilées par une organisation de lutte contre le crime financée par les compagnies d'assurance. Selon Équité Association, cette réduction peut être attribuée à plusieurs facteurs, dont la meilleure ...

durée Hier 6h00

La CDC lance le programme « Tremplin vers le communautaire »

La Corporation de développement communautaire Vaudreuil-Soulanges (CDC-VS) et ses partenaires recherchent activement des personnes issues de l’immigration désireuses de contribuer au secteur communautaire en y trouvant un emploi à long terme. Le programme rémunéré de stage et formation « Tremplin vers le communautaire » est une initiative qui ...

16 juillet 2024

Achat de Sandy Beach : L'acceptabilité sociale sera primordiale

La Ville de Hudson évalue la possibilité d'acquérir l'entièreté du site de Sandy Beach. C'est du moins ce qui a été discuté lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal qui s'est tenue ce lundi 15 juillet et au cours de laquelle, deux firmes ont été mandatées pour étudier la question. « L'intérêt des deux résolutions de ce soir est de ...