Publicité

20 octobre 2021 - 18:00 | Mis à jour : 19:37

La vie de famille dans un autobus converti

Compte-rendu d’une vie de nomades

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Qui n’a pas déjà rêvé, un jour, de délaisser son quotidien rempli d’obligations de toutes sortes pour partir à l’aventure à bord d’un véhicule roulant et découvrir le monde? Probablement tout le monde.Vicky Ringuette et sa famille ont décidé de réaliser ce rêve il y a quelques années.

À lire également: 

EXCLUSIF: Nouveau départ pour une famille de Saint-Clet

Le couple a donc vendu toutes ses possessions, voitures et maison inclus, et a décidé de faire l’acquisition d’un autobus scolaire. Ils ont converti, avec l’aide du père et du beau-père du couple, le mastodonte jaune en maison roulante.

Au total, près de 2000 heures de travail ont été nécessaires pour rendre le véhicule confortable pour accueillir Vicky, son conjoint Alexandre et leur quatre enfants: Dominick 12 ans, Gabriel, 9 ans, Olivier, 8 ans et Raphael âgé de 5 ans.

Au moment de la rencontre avec Néomédia, la famille revenait d’un long voyage de près de six mois au Canada, suivi d’un plus court voyage de quelques semaines au Québec, à la Baie James. « Nous sommes revenus à la mi-mai au Québec après six mois passés à l’extérieur de la province. Nous avons passé huit semaines ici à Valleyfield pour faire des réparations et la remise au point du véhicule avant de reprendre la route vers la Baie James et l’Abitibi-Témiscamingue le 7 juillet. C’est certains qu’il y a des hauts et des bas de rester les six dans un même véhicule, mais c’est tellement formateur pour nous et les enfants », raconte Vicky.

Lors de son périple sur les routes du Canada, la famille a passé quatre mois sur l’Île de Vancouver, un endroit coup de coeur pour tous les membres de la famille du plus petit au plus grand. « Les enfants connaissent toutes les capitales des provinces du pays. Au cours de notre voyage, on a dû composer avec toutes les sortes de climat: la pluie, la neige et même un blizzard. En Alberta, nous avons vu des montagnes et des champs à perte de vue. Tu vois une silhouette de silo petite au départ, mais après une demi heure de route tu constates qu’il est immense une fois à côté. C’est impressionnant », raconte Alexandre.

Apprendre par la nature

À la base, la maman et son conjoint ont décidé de partir à bord de leur véhicule pour apprendre la vie autrement à leur progéniture. « On dit que les chemins de fer ont réellement permis le développement du Canada. On l’a vu de nos propres yeux dans l’Ouest. C’est pour ça qu’on est partis. Pour que nos garçons apprennent les choses en les voyant, en les vivant et non pas seulement à travers des manuels », ajoute Alexandre.

Pour chaque périple, Vicky et Alexandre font le choix d’éviter les endroits bondés de touristes. « On a fait tellement de belles découvertes de cette façon. Par exemple, on a pris un traversier au pied des Rocheuses, près de Vancouver et on a été éblouis par la beauté des lieux. On en revenait pas de voir des aussi beaux paysages gratuitement et pas si loin de chez nous », lance la paire.

La débrouillardise, une qualité importante en voyage

Bien sûr, le quotidien de la famille sur les routes du pays n’est pas toujours de tout repos. Vicky assurait l’école à la maison pour tous les enfants tandis que papa conduisait la famille. « C’est confrontant parce qu’on vit dans un espace restreint. Si je me chicane avec mon conjoint, je ne peux pas aller ventiler ailleurs (rires). Il est dans ma bulle 24h par jour. Ça passe ou ça casse. Dans notre cas, ça va bien jusqu’à date », confie la jeune mère de famille.

Partir à l’aventure demande de l’organisation et surtout de la débrouillardise. « En cas de problèmes mécaniques, je dois pouvoir me débrouiller. Je me souviens d’une fois où on s’est retrouvés dans le stationnement d’un Home Dépôt pour tout arracher dans l’autobus en raison d’une infiltration d’eau. Il faut savoir s’adapter à toutes les situations », confirme Alexandre.

Vie de nomade et défi financier

Au cours du voyage, la famille a même du débourser  4 000$ pour remorquer sa maison sur roues en raison d’un problème mécanique. Une somme de 2 500$ a aussi dû être ajoutée pour payer les pièces nécessaires à la réparation. « On vit sur l’argent de la vente de nos biens. On a aussi démarré une chaîne Youtube sur les réseaux sociaux pour documenter notre aventure et on commence à faire des conférences. Notre objectif est d’être le plus autonome financièrement possible en pigeant le moins possible dans l’argent de la vente de la maison », mentionne le duo.

Dans cette optique, la famille animera une conférence le 30 octobre prochain en direct de la salle communautaire de Saint-Clet. Au cours de la soirée, elle reviendra sur son aventure des derniers mois et répondra aux questions des intéressés. les réservations sont obligatoires auprès de la Municipalité de Saint-Clet (450) 456-3363.

D’ici là, on peut suivre le quotidien de la famille sur sa page Facebook officielle Mon Espace Famille. Voici les autres plateformes sur lesquelles ont peut suivre la famille dans ses déplacements: 

https://youtube.com/channel/UC_5cUlg4Ab2arRoOn4KeWOA

https://www.instagram.com/invites/contact/?i=1v6k8jf46ps7y&utm_content=4ssaznv

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.