Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Dr. Jean-Pierre Downs accrochera son stéthoscope définitivement en décembre

Bientôt la retraite pour un médecin de la région après 45 ans de pratique

durée 12h54
22 septembre 2021
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le 31 décembre prochain, le Dr Jean-Pierre Downs qui pratique sa profession dans la région de Vaudreuil-Dorion depuis maintenant 45 ans accrochera définitivement son stéthoscope. Après quatre décennies et demie à oeuvrer auprès de ses patients, il profitera d’une retraite bien méritée.

En octobre, il soufflera officiellement ses 45 ans de pratique à Vaudreuil-Dorion et dans les environs, une longévité qui lui a permis de bien connaître ses patients et leurs familles. « Pour certains clans familiaux, c’est la 4e génération qui vient me voir actuellement. Je me suis donc occupé des grands-parents, des parents, des petits-enfants et même des arrières petits-enfants. C’est bien parce que je suis en mesure de bien connaître leurs antécédents familiaux », explique-t-il en direct de son bureau de la rue Saint-Michel à Vaudreuil-Dorion.

La médecine familiale, une passion

Au début de sa carrière, il a pratiqué  avec le Dr Sarrazin au 168 rue Saint-Charles, à Vaudreuil. Depuis 1993, il a accueilli des milliers de patients au 22 rue Saint-Michel, local qui lui sert de bureau.

En date d’aujourd’hui en 2021, Dr Downs compte entre 2 000 et 2 500 patients qu’il quittera en décembre prochain. « Je ferai mon maximum pour tenter d’en relocaliser auprès de confrères, mais la majorité devra malheureusement passer par le guichet pour en trouver un nouveau. Ça me rend triste c’est certain, mais j’ai pu les accompagner pendant une bonne partie de leur vie. »

Pourquoi Dr Downs a-t-il opté pour la médecine familiale au terme de ses études, alors que d’autres médecins préfèrent de loin pratiquer une spécialité? «  Parce que tu ne sais jamais ce qui t’attend de l’autre côté de la porte quand un patient entre dans ton bureau ou au téléphone lors d’une consultation. Je voulais toucher à tout et ne pas avoir un quotidien trop routinier. C’est aussi une branche de la médecine où on offre beaucoup d’aide psychosociale. »

Depuis deux ans, en raison de la pandémie, Dr Downs offre seulement des consultations par téléphone. Mais il a remarqué une hausse des problèmes liés à la santé mentale autant chez les jeunes que chez les adultes. « J’ai prescrit des antidépresseurs à un jeune de 11 ans », confie-t-il.

Pratiquer la médecine, sans ordinateur

Dr Downs est sans contredit l’un des rares médecins qui pratiquent son métier, sans avoir d’ordinateur dans son bureau. « Je fonctionne avec du papier et un crayon. Mais j’admets que la technologie a ses bons côtés, surtout dans mon métier. Par exemple, il est plus facile de poser un diagnostic maintenant qu’à l’époque grâce à tous les appareils auxquels nous avons accès tels que les scanners ou IRM. J’essaie de me tenir à jour, mais je ne suis pas très bon avec les ordinateurs. »

Selon quelles sont les qualités d’un bon médecin? « Il faut être à l’écoute, mais aussi regarder le non verbal. C’est souvent dans le non-dit qu’on peut déceler une problématique. »

Une retraite remplie de projets

Malgré son changement de rythme de vie, Dr Downs a plusieurs projets en tête pour bien profiter de sa retraite. « J’aimerais suivre des cours d’informatique (rires) pour m’améliorer enfin. Ensuite, je vais jouer au golf plus souvent, faire de la marche et m’occuper de mes petits-enfants, tout en passant du temps avec mes proches. »

Quels conseils aimerait-il transmettre aux futurs médecins et étudiants en médecine? « Prenez du temps pour vos patients, mais aussi pour vous et vos proches. Oui la médecine est une vocation, mais gardez en tête que c’est un travail comme un autre. Essayez de vous détacher des problèmes de vos patients, sinon ce sera difficile au quotidien. »

Enfin, quelle est la plus évolution selon lui en médecine au cours de ses décennies de pratique? Sans hésitation, il indique que c’est l’arrivée de la carte d’assurance maladie dans les années 1970 qui a insufflé un second souffle à la profession et au domaine.

En terminant, Dr Downs souhaitait s’adresser à ses patients. « Merci pour votre patience à la suite du départ de ma secrétaire Louise Laflèche qui a été avec moi pendant 40 ans. »

À son tour, il fermera les lumières de son bureau de consultation pour la dernière en décembre 2021 pour acquérir un nouveau statut dans sa vie, soit celui de retraité.

commentairesCommentaires

1

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • M
    Marjolaine
    temps Il y a 1 an
    Enfin ! très contente pour toi mon grand frère Je suis quand même triste de perdre mon médecin préféré et très précieux dans ma vie et celle de ma famille . Je te souhaite du repos et du plaisir XXX

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 octobre 2022

La nature pour aider les jeunes cyberdépendants

Des experts constatent une hausse de la cyberdépendance chez les jeunes Québécois depuis quelques années, un phénomène qui aurait été en partie encouragé par la pandémie et le confinement, mais qui ne lui serait pas entièrement attribuable. Le Grand Chemin, un organisme sans but lucratif dont les services gratuits s’adressent aux adolescents de ...

1 octobre 2022

Des ateliers pour les 50 ans et plus cet automne

Le Centre de formation en français COMQUAT et l’organisme La Magie des mots proposent aux 50 ans et plus demeurant dans Vaudreuil-Soulanges la formation Alpha 50+. Ces ateliers gratuits ont pour but de permettre aux participants de maintenir et développer leurs connaissances en littératie tout en se familiarisant avec la technologie numérique ...

30 septembre 2022

« La réconciliation, c’est vraiment important pour notre culture et nos traditions »

En cette Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, Néomédia vous invite à découvrir ou redécouvrir le conseiller municipal de Rigaud qui est membre de la Nation Mi’kmaq, et métis, Archie Martin.  Originaire du Nouveau-Brunswick, Archie Martin a été témoin et même victime des tentatives d’effacement de ses origines, mais aussi de la ...