Publicité

1 juillet 2021 - 07:00

Pensionnats autochtones 

Fête du Canada 2021: une question qui divise 

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Les célébrations entourant la fête du Canada sèment la controverse cette année alors que plus de 900 restes d’enfants autochtones de deux anciens pensionnats ont été retrouvés dans le dernier mois, ce qui ne donne pas le cœur à la fête pour certains.

Avec les événements de Kamloops en Colombie-Britannique, et plus récemment de Marieval en Saskatchewan, des citoyens, aux quatre coins du pays, ressentent un malaise à célébrer le Canada et son histoire. Plusieurs municipalités, notamment au Nouveau-Brunswick, ont annulé leurs festivités. 

Au Québec, bien que cette fête soit peu célébrée, il reste que certaines municipalités organisent des événements chaque année. Ainsi, Néomédia a posé la question aux gens de la région de Vaudreuil-Soulanges à savoir si les festivités devaient être annulées cette année. Une trentaine de personnes ont répondu à ce sondage maison. 

 

Près de 38% ont indiqué que l’annulation des célébrations était un pas vers la réconciliation avec les peuples autochtones. Certains blâment du même coup les gouvernements du passé. « Oui, peu importe le gouvernement du moment qui n'a pas su assurer la protection de ces enfants, le Canada avait une responsabilité partagée avec l'Église », explique un citoyen sous la publication du sondage sur Facebook. 

D’autres, à la hauteur de 24%, estiment malgré tout pouvoir participer aux événements tout en ayant cette réflexion. « Je suis sincèrement attristée de ce qui s'est passé. Retirer les festivités ne changera rien à ce qui s'est malheureusement passé. J'espère aussi que l'église prendra son blâme », ajoute une citoyenne.

Une autre part des répondants, soit 17%, pensent que c’est un enjeu du passé et qu’il faudrait regarder vers l’avant. Finalement, 20% ont précisé ne pas la fêter de toute façon. 

Dans Vaudreuil-Soulanges

Peter Schiefke, député fédéral de Vaudreuil-Soulanges pour le parti libéral, explique respecter les deux camps, soit que certains préféreront « célébrer par de petits rassemblements et de réfléchir à la fin d'une année difficile » ou que d’autres ne célébreront pas et ne reconnaîtront pas la fête du Canada de quelque manière que ce soit en raison de l'héritage des pensionnats.

« Ces deux choix viennent d'un point de vue très personnel, et je suis convaincu que, quelles que soient nos préférences personnelles, nous continuerons à respecter les choix de nos amis et voisins », a-t-il mentionné par courriel. 

Bien que M. Schiefke invitait les citoyens à se procurer une trousse de célébration sur ses réseaux sociaux, ce dernier a indiqué passer la fête du Canada à pêcher avec son fils sur le lac Saint-Louis cette année, avec qui il dit en profiter pour parler des communautés autochtones du pays. 

« D'une manière adaptée à son âge, j'essaierai de lui faire comprendre que, même si nous avons beaucoup de raisons d'être fiers de notre pays, nous avons aussi commis des erreurs qui ont fait du mal à des gens, et de souligner pourquoi il est important et nécessaire que nous travaillions tous ensemble en tant que Canadiens pour essayer d'arranger les choses », témoigne-t-il. 

Pour ce qui est des municipalités, bon nombre n'organisent pas de festivités en lien avec la fête du Canada, que ce soit dû à la pandémie ou d’autres raisons. 

La Ville de Saint-Lazare mettra pour sa part à nouveau les drapeaux en berne « en signe de solidarité à l’égard des peuples autochtones du Canada victimes des pensionnats et des répercussions sur leurs familles ». Un moment de silence à la mémoire des centaines d’enfants retrouvés et à leurs entourages sera aussi observé lors de la volée des cloches à 10h ce jeudi. 

Au moment où ces lignes étaient écrites, la Ville de Hudson, qui a organisé à maintes reprises des célébrations par le passé, n’avait pas répondu à la demande d’entrevue de Néomédia

Donner la parole

Sur ce sujet, un témoignage, originellement en anglais, a été laissé par une dame dans les commentaires sous la publication du sondage ce lundi sur Facebook. Celui-ci méritait d’être lu.

Inclinez la tête de tristesse, pas de honte. Vous n'avez pas écrit les lois qui ont créé ces lieux. Vous n'avez pas dirigé les églises qui ont pris ces décisions. Votre (le mien aussi) gouvernement l'a fait. Les anciens premiers ministres morts l'ont fait. Les vieux papes morts, les prêtres, les prédicateurs et les religieuses l'ont fait. Le pays dans lequel nous vivons a été fondé sur l'exploitation, le meurtre, le génocide et le vol. Mais TOUS les pays du monde le sont. Vous n'étiez pas au courant pour ces enfants parce que le gouvernement ne voulait pas que vous le sachiez. Maintenant, vous les connaissez. Vous nous connaissez. Vous commencez à comprendre ce que nous avons vécu et traversons. Alors levez-vous. Célébrez la fête du Canada si vous le souhaitez. Mais célébrez-le parce que nous avons été retrouvés. Célébrez-le parce que nos enfants sont en train de se rétablir. Célébrez-le parce que vous ne voulez pas que ce pays répète ce qu'il a fait. Nous avons été entendus depuis que la Terre-Mère a donné naissance aux premiers frères et sœurs. Nous serons là quand Grand-père (Lune) endormira la Terre-Mère. Nous avons toujours été ici, mais maintenant, vous nous voyez enfin. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.