Publicité

26 mars 2021 - 15:00

Ce midi à l'Hôpital du Suroît

Le Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Ouest milite pour la suspension de l'Arrêté 007

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Malgré la pluie qui s’abattait sur Salaberry-de-Valleyfield, une trentaine de membres du Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Ouest se  sont faits entendre devant l’Hôpital du Suroît ce midi. Leur objectif? Inciter le gouvernement à cessez l’Arrêté 007 adopté par le gouvernement de François Legault en mars 2020, au début de la crise qui perdure à ce jour.

Depuis l'adoption de cet Arrêté, plus de 300 professionnelles ont quitté la navire seulement au sein du CISSSMO. Une situation qui ne s'améliorera pas si cette mesure gouvernementale n'est pas levée rapidement. 

« On ne peut plus faire confiance au gestionnaire. Il n’y a presque plus de cas de COVID-19 dans tout notre CISSS et pourtant, les mesures de l’Arrêté 007 sont encore utilisées mur à mur. Le ministre Dubé nous a garanti une reprise progressive des activités pour permettre aux professionnelles en soins de souffler, or c’est tout l’inverse qui se produit. En Montérégie-Ouest, il manque 50% de professionnelles en soins dans notre établissement et pourtant, les activités continuent sans que l’employeur n’évalue la situation. Depuis un an, ce sont plus de 300 professionnelles en soins qui ont quitté l’établissement. Quand tu donnes des services sans le personnel nécessaire, tu mets inévitablement tout le monde à risque et les conséquences peuvent être graves. Il est où le PDG de l’établissement? Que fait-il pour trouver des solutions? », lance Mélanie Gignac, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Ouest.

Le mouvement syndical représente les infirmières, les infirmières auxiliaires, les inhalothérapeutes et les perfusionnistes cliniques. 

Qu’est-ce que l’Arrêté 007? Quels sont les impacts de celui-ci sur le futur recrutement? Comment se passe le quotidien à l’Hôpital du Suroît? Mme Gignac a accepté d’accorder une entrevue à Néomédia Valleyfield pendant la manifestation tenue ce midi.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.