Publicité

13 février 2021 - 12:01 | Mis à jour : 16 février 2021 - 14:12

NDIP prend les mesures nécessaires pour mettre fin à l'intimidation

Propos diffamatoires et haineux sur les réseaux sociaux

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Toutes les réactions 1

Victime d’intimidation, de diffamation et de propos haineux et disgracieux, la mairesse de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Danie Deschênes, prend des mesures légales.

En effet, suite à la médiatisation d’un projet de développement résidentiel sur son territoire, Mme Deschênes déplore les dérives et le discours d’intimidation des opposants publiés dans les médias sociaux. Des mises en demeure ont d’ailleurs été envoyées à certains internautes en raison de propos diffamatoires et de violence verbale à l’endroit de la mairesse et d’employés de la ville.

« Comme je l’ai clairement mentionné en ouverture de la séance de février, une valeur clé de notre conseil est le respect. Nous démontrons notre volonté de collaborer avec tous les résidents et nous sommes à l’écoute de ceux et celles qui expriment leur désaccord, et nous changeons le cours de certaines décisions et de certains projets quand c’est possible, explique la mairesse. Mais il y a une ligne à ne pas franchir : l’intimidation des élus et des employés et l’atteinte à la réputation des gens ne sont pas tolérés sous aucune considération », souligne Mme Deschênes.

Rappelons qu’un regroupement de citoyens baptisé SOS Boisé des chênes blancs milite pour la sauvegarde d’un boisé situé entre la 63e et la 68e avenue et dont un promoteur projette d’y construire 17 unités résidentielles.

Au cours des dernières semaines, la mairesse a reçu des centaines de courriels et de messages haineux. « Dans nos écoles, les enfants apprennent que l’intimidation c’est tolérance zéro. Comment se fait-il que des parents se permettent d’adopter un comportement aussi disgracieux? », se désole la mairesse.

Toutes les décisions ne peuvent faire l’unanimité, ajoute Danie Deschênes qui réfute l’argument voulant que les insultes sur les médias sociaux fassent partie de sa description de tâches. « De constater que des images circulent à l’effet que je sois une tueuse d’animaux sous une photo des enfants d’une citoyenne c’est inacceptable. Mon travail comme élue est de prendre des décisions pour le bénéfice de l’ensemble des citoyens. Nous devons tracer la ligne sur les médias sociaux pour laisser les élus faire leur travail sans risquer d’être intimidés et diffamés. Nous prenons les mesures qui s’imposent pour le rappeler aux gens qui abusent de leur soi-disant liberté d’expression. J’invite mes collègues élus à agir également afin de ne pas laisser de telles situations perdurer pour qu’un jour le gouvernement s’occupe de règlementer les communications sur les réseaux sociaux afin d’éviter toute forme d’intimidation », conclut-elle.

À lire également

La mairesse de NDIP dénonce des actes d’intimidation

Un boisé est au coeur d'une mobilisation citoyenne à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot

Boisé voué à la construction résidentielle: les citoyens demandent du temps

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Vous faites bien car les gens penses juste a abaisser les autres pour se remonter car ils sont pas bien dans leur peau je pense qu'il serait meilleur d'enlever Facebook on vivait mieux quand cela n'existait pas.moi aussi je vais faire quelques choses envers 2 personnes qui ont fait de la diffamation envers mon mari cela est tolérance zéro

    Sylvie Seguin - 2021-02-14 14:24