Nous joindre
X
Rechercher
Publicité
Présenté par

Syndicat du personnel de soutien du Centre de services scolaires des Trois-Lacs

Ajout de journées pédagogique: le SPSTL réagit

durée 14h55
29 octobre 2020
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Jessica Brisson
email
Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

À la suite de l’annonce du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, d’ajouter trois journées pédagogiques dans le calendrier scolaire 2020-2021, la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) est grandement préoccupée par la santé physique et mentale de ses membres.

Déjà surchargé, en sous-effectif et en état de fatigue extrême, le personnel des services de garde voit sa tâche s’alourdir encore plus avec cette annonce. « La nouvelle a causé toute une commotion chez nos membres. L’année est commencée depuis à peine deux mois et ils sont épuisés. Il ne faut pas oublier que plusieurs d’entre eux, ont été grandement impliqués lors de la première vague de COVID-19 quand le gouvernement a mis en place les services de garde d’urgence », lance d’entrée de jeu, le président du Syndicat du personnel de soutien du Centre de services scolaires des Trois-Lacs, M. Éric Vézina.

Rappelons que ce jeudi, le ministre de l’Éducation a annoncé l’ajout des journées pédagogique afin de permettre aux enseignants de suivre de la formation. « Nous ne sommes pas contre le fait que les enseignants puissent faire de la formation, au contraire, mais pour le personnel de soutien, spécialement ceux en services de garde scolaires, c’est une charge de travail additionnelle. Comme dans beaucoup de domaines, nous faisons face à une pénurie de main-d’oeuvre, ce qui rend notre travail difficile », ajoute le président. 

Afin de les préserver parce que la situation est critique, la FPSS-CSQ en appelle donc à l’ensemble de ses 30 000 membres pour que chacun d’eux respecte à la lettre les conventions collectives : prise de pause le matin et l’après-midi (pour celles et ceux qui ont le droit), respect des ratios en service de garde, refus de travail en dehors des heures rémunérées, etc.

« Les conventions collectives existent pour protéger l’intégrité physique et mentale du personnel. Depuis près de huit mois, nos membres en font nettement plus que ce qu’ils devraient et tiennent les écoles à bout de bras. Sauf que là, en ajoutant ces trois journées pédagogiques, le gouvernement abuse de notre dévouement » a laissé savoir, par voie de communiqué, Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ.

« Si le ministre ne prend pas soin de son personnel de soutien, nous oui! C’est donc par prévention des conséquences physiques et psychologiques que pourrait avoir la situation actuelle que nous demandons aujourd’hui à tous nos membres de prendre soin d’eux en s’appuyant sur les conventions collectives pour le faire. Ce n’est pas notre responsabilité d’en gérer les conséquences, mais bien celle des gestionnaires » conclut-il.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Centraide Sud-Ouest investira plus de 540 000 $ dans la communauté

Centraide Sud-Ouest du Québec annonce aujourd’hui qu’un investissement social de plus de 540 000 $ sera réalisé cette année auprès des communautés des territoires de Vaudreuil-Soulanges Beauharnois-Salaberry et le Haut-Saint-Laurent. Ce montant servira à soutenir 25 organismes, deux initiatives ainsi qu’une instance de concertation régionale en ...

durée Hier 13h00

La MRC de Vaudreuil-Soulanges publie ses réalisations 2023

La MRC de Vaudreuil-Soulanges a déposé son rapport annuel intitulé Réalisations 2023, au conseil du mercredi 19 juin. Les Réalisations sont produites annuellement et réalisées dans le but de souligner l’ampleur du travail accompli par la MRC et de ses organismes partenaires au cours de la dernière année. « C’est un honneur pour moi de pouvoir ...

durée Hier 4h00

L'immigration temporaire augmente toujours plus au Québec

Le nombre d'immigrants temporaires poursuit sa forte croissance au Québec depuis un an, selon des données publiées mercredi par Statistique Canada. L'organisme fédéral a enregistré 597 140 résidents non permanents au deuxième trimestre de l'année 2024, contre 421 149 un an plus tôt. Ce chiffre n'a fait qu'augmenter pendant les années 2023 et ...