Publicité

20 mai 2020 - 09:00 | Mis à jour : 10:33

Une douzaine de paramédics ont été en isolement à ce jour

Seulement deux cas positifs parmi les 400 paramédics de la CETAM

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

La Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie a effectué, en date du 15 mai, plus de 2100 transports de cas suspectés et près de 450 transports de cas confirmés. La Montérégie est fortement touchée avec 5110 cas confirmés, ce qui la place en 2e rang derrière Montréal depuis le début de la pandémie.

À lire aussi:

Le fédéral aide la recherche scientifique à hauteur de 450 M$

Par chance, la CETAM ne compte que deux cas positifs parmi ses 400 paramédics. À ce jour, seulement une douzaine de paramédics ont été en isolement préventif en raison d’un retour de voyage ou encore parce qu’ils ont été en contact avec un patient potentiellement atteint de la COVID-19. 

« Cela aura pris plus d’un mois de crise sanitaire avant d’avoir un premier paramédic confirmé positif et même si cela n’est pas souhaitable, c’était tout de même inévitable étant donné la nature de leur travail. Être sur la ligne de front comme ils le font, même avec le respect des protocoles et les équipements adéquats, comporte certains risques », indique Janie Gagnon, coordonnatrice aux communications de la CETAM.

Une gestion de crise qui marquera l’histoire

Pour toutes les entreprises ambulancières, il s’agit d’une grande première. « Une pandémie mondiale, ce n’est pas ce qui est enseigné de prime abord dans un programme de soins préhospitaliers d’urgence ni dans les manuels du parfait gestionnaire. C’est à des situations exceptionnelles comme celle que l’on vit qu’on voit le haut standard opérationnel de la CETAM » rapporte Martin Benoit, directeur général.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.