Publicité

13 avril 2019 - 07:30

« La construction aura lieu. La sécurité des citoyens est le point central de ce projet. »

La fusion en échange d'une caserne

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Tout porte à croire que la Ville de Notre-Dame-de-L'Île-Perrot devra faire cavalier seul dans le dossier de la nouvelle caserne incendie qui devra être construite sur son territoire.

Même si les élus de la ville de L’Île-Perrot reconnaissent la nécessité de réduire les temps de réponse dans les secteurs les plus éloignés de la caserne actuelle, ils rejettent la collaboration dans ce dossier. « Lors d’une rencontre le 1er  avril dernier, nos homologues de L’Île-Perrot nous ont clairement indiqué qu’ils n’investiront pas d’argent dans une nouvelle caserne tant que NDIP s’opposera à la fusion des villes de l’île », mentionne Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot. 

La mairesse déplore l'entêtement de l'administration de la Ville de L'Île-Perrot « La caserne n’est pas une monnaie d’échange et je déplore que le conseil de L’Île-Perrot se serve d’un dossier aussi important que la sécurité incendie pour faire avancer une vision qui ne reçoit pas d’appui à NDIP. Il n’y aura pas de fusion en échange d’une caserne, et la Ville de NDIP ne commentera pas davantage ce projet de fusion, puisqu’il n’a absolument rien à voir avec la sécurité de nos citoyens en matière d’incendie », a-t-elle laissé savoir par voie de communiqué.

De son côté, la Ville de L'Île-Perrot soutient que la caserne actuelle répond très bien aux besoins de la ville et que la décision d'aller de l'avant avec une nouvelle caserne revient à la Ville de Notre-Dame-de-L'Île-Perrot. « Quant au projet de fusion, le maire [NDLR Pierre Séguin], n'a jamais caché son désir de voir un tel projet se concrétiser. C'est un enjeu très important pour lui », souligne Alexandra Desrochers, attachée de presse à la Ville de L'Île-Perrot.

Une décision non pas sans conséquences

Entretemps, l’entente relative à la sécurité incendie entre les deux villes demeure en vigueur jusqu’en 2021. En l’absence d’une nouvelle entente, le retrait de NDIP aurait d’importantes répercussions financières. 

Selon l’entente actuelle, lors du retrait de NDIP, la ville de L’Île-Perrot devra payer à celle-ci une compensation financière représentant la part de cette dernière dans la valeur marchande des biens meubles (véhicules, équipements et matériel) du service de sécurité incendie. 

Lors de la séance du conseil, la mairesse a invité la population à consulter le rapport qui sera disponible sur le site Web de la ville et à se faire entendre afin que ce dossier évolue de façon constructive. 

La Ville de NDIP souhaite maintenir la collaboration, et la vision du conseil est de planifier la nouvelle caserne selon les besoins des deux villes. « La construction aura lieu. La sécurité des citoyens est le point central de ce projet », conclut Mme Deschênes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.