Publicité
5 avril 2018 - 13:08 | Mis à jour : 15:34

Un jeune Lazarois en rémission d'un cancer participe à une expédition unique

Par Jessica Brisson, Journaliste

Âgé de 17 ans, le Lazarois Cameron Blunt a eu la chance de participer à une expédition hivernale des plus enrichissantes, en mars dernier, dans le Parc Algonquin en Ontario, grâce à la fondation Sur la pointe des pieds.

En effet, c’est durant la semaine de relâche que l’étudiant en secondaire cinq, au collège Bourget de Rigaud a pris part, accompagné de 13 autres jeunes à une aventure thérapeutique de 10 jours, destinée aux jeunes de 14 à 18 ans en rémission de cancer.

C’est à l’âge de deux ans que Cameron Blunt a reçu un diagnostic de leucémie aiguë lymphoblastique de stade 2. Une longue série de traitement de chimiothérapie s’en ait suivi jusqu’à l’âge de 5 ans. En rémission complète depuis maintenant 12 ans, Cameron Blunt se dit chanceux d’avoir eu la chance de participer à l’expédition.

« On ne rencontre pas souvent des gens qui ont vécu des situations tel que le cancer à un si jeune âge. Ça fait grandement du bien de pouvoir discuter des personnes qui comprennent la douleur, le processus et la peur. Pouvoir s’ouvrir en sachant qu’on ne se fera pas juger, c’est très réconfortant », explique Cameron.

Aller à la découverte de soi

Accompagnés de facilitateurs de la fondation Sur la pointe des pieds, d'une équipe médicale et de guides locaux, les participants ont eu la chance de découvrir la beauté de cette région d’exception de l’Ontario. C'est par le dépassement de soi, vécu durant les expéditions d'aventure thérapeutique, que les jeunes retrouvent leur confiance, leur estime et découvrent qu’ils peuvent relever des défis malgré les doutes que la maladie peut avoir semés.

« Ces expéditions offrent aux participants l’occasion de changer d'environnement et d’échanger avec d’autres jeunes atteints de cancer qui, comme eux, traversent la même épreuve. Ils reviennent changés, prêts pour un nouveau départ et forts d’une source de motivation qui les accompagnera tout au long de leur vie », mentionne Jean-Charles Fortin, directeur de la fondation Sur la pointe des pieds.

« Cette expérience a littéralement changé ma vie. Elle m’a fait voir le monde différemment. Le fait de pouvoir essayer de nouvelles choses comme le camping hivernal et de rencontrer de nouvelles personnes qui avaient passé au travers la même chose que moi a vraiment été enrichissant », poursuit le jeune homme.

Ce périple rassembla des jeunes du Yukon, de l’Alberta, du Manitoba, de l'Ontario, du Québec et de la Nouvelle-Écosse, sélectionnés par le personnel médical des différents centres oncologiques du Canada.

« Étant de nature timide et réservée, j’étais un peu nerveux, au départ, de me retrouver avec toutes ces personnes que je ne connaissais pas. Rapidement, nous avons appris à nous connaître, nous avons discuté et c’est là que nous avons réalisé à quel point nous n’étions pas si étranger les uns par rapport aux autres. »

Pendant plusieurs jours, les participants durent faire face à des conditions difficiles. Le sol était glacé ce qui rendait la pratique du traîneau à chien impossible. Malgré tout, une certaine magie s’opère quand on se retrouve en pleine nature. L’activité initiale devient quelque peu accessoire à leur cheminement et les membres de l’équipe deviennent témoins privilégiés de toute la force qui habite ces jeunes, réunis le temps d'une expédition.

Regarder vers l’avenir

Aujourd’hui en rémission complète, et fort de cette expérience, Cameron Blunt, peut regarder vers l’avenir et vivre ses ambitions. Le finissant du Collège Bourget espère être admis au Collège John-Abbott ou au Collège Dawson en environnement ou en sciences sociales.

Pour en savoir plus sur la fondation Sur la pointe des pieds, visitez son site Web ainsi que la page Facebook.



 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.