Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Plus de 900 échantillons de tumeurs cancéreuses prélevées sur des reins de patients ont été analysés.

Une découverte permet de mieux prévoir le risque de récidive du cancer du rein

durée 09h00
27 février 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Des mutations génétiques présentes dans les tumeurs des patients atteints de cancers du rein permettraient de prédire leur niveau de risque de rechute, révèle une nouvelle étude publiée cette semaine dans le journal de l'Association américaine pour la recherche sur le cancer.

Un consortium international dirigé par une équipe de l’Université McGill, en collaboration avec l’Université de Leeds au Royaume-Uni, aurait réussi une importante percée dans la recherche sur le traitement du cancer du rein. Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à identifier les mutations génétiques associées à un plus grand risque de récidive de la maladie.

Le consortium impliquant 44 chercheurs de 23 institutions au Canada et en Europe a mené ses travaux sur une période de dix ans. Plus de 900 échantillons de tumeurs cancéreuses prélevées sur des reins de patients ont été analysés. On a isolé 12 gènes pour y observer la présence de mutations, puis les patients ont été divisés en groupes selon le nombre de mutations présentes.

Tout le travail de séquençage génomique ainsi que de l’interprétation des données a été effectué par le laboratoire de l’Institut de médecine génomique Victor Phillip Dahdaleh de l’Université McGill, à Montréal.

Les chercheurs ont pu constater que le risque de récidive de cancer augmentait significativement en fonction du nombre de mutations détectées. En résumé, 90,8 % des patients dont la tumeur ne contenait qu’une mutation du gène von-Hippel Lindau (VHL) étaient considérés comme étant guéris après cinq ans de rémission.

Toutefois, dès que l’on repère d’autres mutations génétiques, les risques de rechute augmentent. Ainsi le taux de rémission complète après cinq ans baisse à 80,1 % avec une mutation supplémentaire, à 68,2 % avec deux mutations supplémentaires, puis à 50,7 % avec trois mutations supplémentaires ou plus.  

Fort de ces résultats probants, les chercheurs espèrent pouvoir aider les oncologues dans l’élaboration des plans de traitement de leurs patients.

En ayant la possibilité de faire analyser la tumeur de leur patient, les médecins pourront mieux évaluer le risque de récidive du cancer et ainsi établir une stratégie plus agressive ou plus douce à la suite de l’intervention chirurgicale pour retirer la tumeur.

Les auteurs de l’étude rappellent que, chaque année, plus de 400 000 personnes dans le monde, dont 8100 Canadiens, reçoivent un diagnostic de cancer du rein.

Il s'agit tout de même d'un type de cancer peu commun alors qu'il ne représente que 3,2 % des cas de cancer au pays, selon Statistique Canada. La prévalence de la maladie est plus élevée chez les hommes que chez les femmes.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


13 février 2024

Une étude suggère que les symptômes sévères de la ménopause sont liés à la démence

Une étude de l'Université de Calgary suggère que les symptômes graves de la ménopause peuvent constituer des signes avant-coureurs de démence. Le Dr Zahinoor Ismail, professeur en psychiatrie, neurologie, épidémiologie et pathologie au Hotchkiss Brain Institute, a déclaré que le résultat provient d'une étude transversale en cours sur le cerveau ...

12 février 2024

Un accès plus facile au dépistage du cancer colorectal

Le dépistage du cancer colorectal est désormais offert aux citoyens de la région au point de service local mis en place par le ministère de la Santé et des Services sociaux, au 50 rue Dufferin à Salaberry-de-Valleyfield. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, en a fait l’annonce dans la dernière semaine. Cette nouvelle mesure viendrait ainsi ...

2 février 2024

Les cliniques externes en santé mentale jeunesse font peau neuve

Un investissement de près de 30 000$ a été réalisé par la Fondation de l’Hôpital du Suroît afin de moderniser les cliniques externes en santé mentale jeunesse et de développement; une cure de jeunesse nécessaire pour dynamiser les milieux de soin pour les jeunes présentant une problématique de santé mentale ou de développement. À lire ...