Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Négociation des conventions collectives du secteur public

Exaspérée par la lenteur des pourparlers, l’APTS occupe le ministère de la Santé et des Services sociaux

durée 11h18
8 novembre 2021
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Près de 200 militants de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), dont plusieurs du CISSS de la Montérégie Ouest, ont investi, ce vendredi, l’édifice du ministère de la Santé et des Services sociaux à Québec afin de dénoncer la lenteur des pourparlers avec le gouvernement du Québec et de soutenir leur équipe de négociation.

« Il y a des limites à attendre un retour de la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel. Elle nous avait clairement indiqué qu’elle souhaitait parvenir à une entente rapidement. Ça fait un mois que nous avons proposé de nouvelles mesures pour aider le gouvernement à reconnaître à sa juste valeur le rôle indispensable des professionnels et des techniciens du réseau.  Depuis, c’est à peine si on l’entend. Si le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, veut qu’on arrête nos moyens de pression, qu’il s’adresse à sa collègue pour qu’on reçoive une offre digne de l’expertise large et diversifiée de nos membres », a exigé Francis Collin, représentant national de l’APTS au CISSS de la Montérégie Ouest.

Sans contrat de travail depuis plus de 19 mois, l’APTS demande depuis le début des négociations que le gouvernement Legault mette en place des mesures structurantes afin de favoriser l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre pour éliminer la surcharge de travail et réduire les listes d’attente, qui explosent un peu partout dans le réseau. Mais son obsession des infirmières et des préposé·e·s aux bénéficiaires l’empêche de mesurer l’étendue des problèmes qui affectent tout le réseau de la santé et des services sociaux, notamment ceux qui touchent directement le personnel professionnel et technique.

« Il y a du temps supplémentaire, et souvent obligatoire, dans les laboratoires médicaux, en santé mentale, dans les salles d’imagerie et de médecine nucléaire, dans les centres jeunesse et de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l'autisme, pour ne nommer que quelques secteurs. Qu’est- ce que le ministre Dubé attend pour s’attaquer à ce problème? Qu’il soit aussi grave que celui des infirmières? Nous avons des solutions sur la table pour éviter d’en arriver là. Il n’a qu’à les utiliser », a conclu Francis Collin représentant national de l’APTS au CISSS de la Montérégie Ouest.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La vaccination COVID-19 cible maintenant qu'une partie de la population

Dorénavant la vaccination contre la COVID-19 est recommandée seulement à certaines personnes en particulier celles qui n’ont jamais contracté le virus selon ce qu’a annoncé en point de presse le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau.  En effet, après l’analyse de plusieurs données et recherches, il a été remarqué que les ...

Deux nouveaux appareils simplifient la tâche du personnel

Pour une urgence en santé, la Fondation de l’Hôpital du Suroît investit 127 000$ afin de soutenir les professionnels de la santé et les patients. Ainsi, elle a acquis deux nouveaux appareils : un robot qui effectue les compressions thoraciques appelé Lucas et le nouvel échographe portable CLARIUS. À Salaberry-de-Valleyfield et dans la région du ...

27 janvier 2023

Mieux manger aide à ralentir le déclin de la mémoire, selon une étude

Adopter de saines habitudes de vie peut ralentir le déclin de la mémoire qui accompagne le vieillissement, y compris chez les individus porteurs d'un gène qui augmente drastiquement le risque de souffrir de la maladie d'Alzheimer, démontre une nouvelle étude à laquelle a participé un chercheur de l'Université McGill. Une saine alimentation est ...