Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ils veulent des réponses à leurs questions et voir tous les chiffres

Les élus Zotiquiens veulent rencontrer l'OBNL qui gère le Centre sportif Soulanges avant de prendre une décision

durée 16h10
22 novembre 2023
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

6 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Tout comme à Les Coteaux la veille, c’est en grand nombre que les jeunes joueurs de hockey et patineurs qui pratiquent leur loisir favori au Centre sportif Soulanges à Saint-Polycarpe se sont présentés à la réunion régulière du conseil municipal de Saint-Zotique ce mardi 21 novembre. 

À lire également:

Centre sportif Soulanges : Coteau-du-Lac est dans l'incertitude

Les Coteaux veut bien réfléchir avant de prendre sa décision dans le dossier du Centre sportif Soulanges

Centre sportif Soulanges: les élus de la région solidaire face à sa situation précaire

Il est minuit moins une pour sauver le Centre sportif Soulanges

La Municipalité de Saint-Polycarpe sonde sa population sur l’avenir du Centre sportif Soulanges

En plus d’être accompagnés de leurs parents, les jeunes pouvaient aussi compter sur le soutien de Mélanie Bossé, maman de jeunes sportifs qui le fréquentent et femme d’affaires engagée dans la communauté de Vaudreuil-Soulanges et de Jean-François Beaulieu de l’Association de hockey mineur de Soulanges. 

Lors de la période de questions, ils ont interpellé les élus pour les inciter à accepter l’offre de la Municipalité de Saint-Polycarpe afin de créer une Régie par le biais de laquelle la Ville de Saint-Zotique deviendrait propriétaire des lieux avec les neufs autres municipalités utilisatrices de l’endroit. 

Des élus conscients de l’importance de l’infrastructure régionale 

Questionnés sur leurs intentions en lien avec la préservation et le maintien de l’aréna de Saint-Polycarpe, les cinq conseillers et le maire ont admis être conscients de l’importance de cette infrastructure sportive régionale pour les jeunes. 

Parmi les citoyens qui se sont présentés au micro, on retrouvait la jeune Élodie Besner, utilisatrice du Centre sportif Soulanges et entraîneuse de patinage artistique. Très à l'aise, elle s'est adressée aux élus en arborant un chandail de l'Association de hockey de Soulanges.

« Dites-moi où pratiquerons-nous notre sport si le Centre sportif Soulanges ferme ses portes?», a-t-elle demandé d'entrée de jeu au maire. « À Vaudreuil-Dorion ou à Salaberry-de-Valleyfield j'imagine », a-t-il répliqué. « Les joueurs de hockey joueront à minuit ou 1h du matin? À Saint-Lazare et Vaudreuil-Dorion, il n'y a aucun temps de glace disponible pour nous. Toutes les glaces de la région sont pleines et pratiquer à 40 sur une même glace n'est pas plaisant. Voulez-vous que tous les patineurs et hockeyeurs qui utilisent le Centre sportif Soulanges arrêtent leurs activités si celui-ci ferme ses portes. Parce que c'est ce qui se passera. Les sports de glace connaîtront alors une baisse de popularité drastique », a-t-elle poursuivi. 

Est-ce qu'elle pourrait s'entraîner sur la patinoire réfrigérée du parc Quatre-Saisons? « À une température de -30 en janvier sur une glace extérieure? Non merci. Ça n'a pas de sens. L'infrastructure n'est pas faite pour ça. Les lames de mes patins valent 500$ chacune, je ne veux pas les briser parce que je marche dans la roche pour me rendre sur la glace ou les enfiler au froid. Ce serait impossible », a-t-elle témoigné. 

Par la suite, c'est la hockey mom Mélanie Bossé qui s'est avancé au micro pour poser une question. « Je suis une maman de joueurs qui fréquentent le Centre sportif Soulanges et je peux vous dire que la pratique de ce sport inculque de belles valeurs à nos enfants comme la fierté, l’assiduité, le respect d’autrui et la persévérance. Pendant qu’ils sont sur la glace, ils se tiennent loin des écrans. Messieurs, Lachance et Guay, vous qui êtes contre la proposition, voulez-vous être de ceux qui disent à nos jeunes que leur sport n’est pas assez important pour préserver l’aréna? », a lancé Mme Bossé aux élus. 

Le maire, Yvon Chiasson, a mentionné qu’ils ne veulent pas plonger dans le projet tête première avant d’avoir vu les chiffres, les prévisions et de s’être entretenu avec les responsables de l’OBNL en place pour gérer le Centre sportif Soulanges. 

« Il faut y réfléchir sérieusement. Les deux premières phases du projet demandent des investissements de 10 M$ alors que la troisième nécessitera des investissements de 4 M$, c’est beaucoup d’argent à investir sur vingt ans. Ça représente 36 000$ pour les cinq premières années et ensuite 136 000$ pour les années subséquentes. Certains élus ne sont pas à l’aise avec cette dépense pour un service qui n’est pas sur notre territoire dans un contexte où on travaille sur le budget qui présentera une hausse de taxes et une diminution de services à nos citoyens », a résumé le maire Yvon Chiasson. 

De son côté, le conseiller du district 2, Yannick Guay, a saisi la balle au bond pour expliquer sa position dans le dossier. « Tout le monde connaît mon amour pour le sport. Je suis professeur d’éducation physique et je l’un des fondateurs du programme sport-étude à l’école secondaire du Chêne-Bleu. Je connais très bien les bienfaits du sport sur les jeunes. De ce que l’on sait, on compte 102 joueurs de hockey et 30 jeunes qui pratiquent le patinage artistique au CSS, en plus d’une vingtaine d’équipes qui s’y tiennent en forme dans une ligue de garage. Je suis totalement pour la préservation de l’aréna, mais contre le fait que ce soit tous nos citoyens qui paient pour le faire sans leur demander leur avis et surtout s’ils ne l’utilisent pas », a-t-il avoué. 

Il n’a pas caché son intention de tenir un référendum auprès des citoyens afin de savoir si ces derniers sont ou non prêts à investir une telle somme pour préserver l’infrastructure. « À mon avis, un élu doit prendre la meilleure décision possible pour le portefeuille de ses citoyens. Dans ce cas-ci, je ne suis pas en mesure de le faire. En tenant un référendum, la décision viendra d’eux et je serai plus à l’aise ainsi avec les résultats qui en ressortiront. S’il y a référendum, je voterai pour assurément », a-t-il avancé. 

De son côté, Eric Lachance du district 4 a admis avoir aussi des réserves sur la proposition de Saint-Polycarpe et avoir des questions à poser à l’OBNL qui gère l’aréna. Le maire Yvon Chiasson s’est engagé à organiser une rencontre entre les dirigeants de celui-ci et les élus afin d’obtenir toutes les réponses à leurs interrogations. 

« Personne autour de cette table ne souhaite la fermeture de l’aréna, soyez-en assuré. Maintenant, il reste à déterminer à quel coût et de quelle façon on pourrait s’impliquer dans le projet soumis par Saint-Zotique », a ajouté le conseiller du district 3, Patrick Lécuyer. 

« Quelqu’un a laissé entendre ici ce soir qu’un aréna ne peut pas être rentable. De mon point de vue, c’est faux si on y organise des spectacles, on peut rentrer dans notre argent et faire des profits. Je suis d’accord et je ne veux pas que mon petit-fils me dise dans dix ans que j’ai contribué à sa fermeture définitive alors pour moi, c’est oui », a mentionné Jean-Pierre Daoust du district 5. 

Pour le conseiller du district 1, Jonathan Henderson, il faut préserver l’infrastructure. « Sinon les jeunes vont aller où? C’est certain qu’il y aura des coûts pour nos citoyens, mais je suis en accord. Je suis conscient que ça peut faire peur de créer un OBNL et d’en être partie prenante dans le dossier, mais je nous vois mal être responsables de la fermeture. Je suis sûr qu’on trouvera une solution satisfaisante. »

De son côté, Mme Bossé a indiqué avoir fait quelques démarches auprès d’entreprises de la région qui seraient intéressées à établir des partenariats avec le CSS pour maintenir les services offerts et en assurer la pérennité. Jusqu’à présent, les entreprises en question seraient prêtes à investir un total de 80 000$ dans ces ententes. Et ce n'est qu'un début selon elle. 

« C’est certain que ce type de partenariat permettrait de réduire la facture des municipalités propriétaires de façon importante », a terminé le maire Yvon Chiasson. 

Les élus n’ont pas dévoilé quelle est la suite des choses dans le dossier ou une éventuelle date de référendum. C’est donc un sujet à suivre.  Rappelons que la date butoir émise par la Municipalité de Saint-Polycarpe est le 31 décembre prochain. 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


26 février 2024

Plan de protection du territoire face aux inondations: Aide financière accordée à la MRC

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, annonce un soutien financier de 400 742 $ bénéficiant conjointement aux MRC de Vaudreuil-Soulanges, d'Argenteuil et de Deux-Montagnes, afin que celles-ci puissent améliorer leur connaissance du risque d'inondation sur leurs territoires. Cette aide financière permettra aux MRC de réaliser un ...

26 février 2024

Un succès pour la 3e édition du Café de la députée

La députée du Bloc Québécois de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille est ravie de la grande réussite de son troisième café de la députée qui a eu lieu ce dimanche 25 février à La Factrie, Café culturel situé à Salaberry-de-Valleyfield.  Après des éditions dans Soulanges et à Beauharnois en 2023, ce sont plus d’une cinquantaine de personnes qui ...

23 février 2024

Tête-à-tête avec les élus de Rigaud ce samedi

Ce samedi 24 février, les élus de Rigaud convie les citoyens intéressés à une discussion conviviale autour d'une tasse de café. Une belle occasion offerte aux résidents pour dialoguer avec eux sur les questions qui les touchent de près ou de loin.  L'activité se tiendra de 10h à midi dans la verrière de la bibliothèque municipale au 102, rue ...