Publicité

19 avril 2021 - 09:34 | Mis à jour : 11:08

Retour à la case départ pour une citoyenne de la Municipalité

Le maire de Sainte-Justine-de-Newton promet à nouveau un changement de zonage 

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Alors que Néomédia rapportait, lundi dernier, une vague de démissions, au sein de l’administration de la Municipalité de Sainte-Justine-de-Newton, le conseiller démissionnaire, Danic Thauvette a souhaité faire le point sur la situation. 

Rappelons que dans l’article publié le 12 avril, Néomédia soulignait qu’une source bien au fait du dossier mentionnait qu’un différend entre le conseiller et le maire, Denis Ranger, serait à l’origine de cette démission. Cette affirmation a été confirmée par l’ancien conseiller Danic Thauvette, au lendemain de l’annonce. 

« Mes excès de langage et de colère ne sont pas dignes de mes fonctions de conseiller municipal et je sais que ça rendait les gens mal à l’aise. Je suis quelqu’un de passionné qui a à coeur sa communauté et ça me frustre de voir que nos citoyens sont lésés », a-t-il expliqué en entrevue avec Néomédia. 

Un changement de zonage problématique

« Par citoyens lésés », Danic Thauvette fait entre autres référence à une citoyenne qui s’est vu refuser le droit de construire deux résidences sur son terrain de quelque 20 arpents, pour ses fils. « La dame s’est fait refuser le permis parce qu’une partie de son terrain, là, où elle et ses fils souhaitent construire, a été changé pour industriel urbain. Le hic, c’est que le zonage a été modifié en même temps que celui des terrains du maire Ranger, en 2010 », explique l'ex-conseiller qui ajoute du même souffle que le terrain de la dame se trouve derrière ceux du maire. Cette information a d’ailleurs été confirmée par le maire Ranger.

Néomédia a joint par téléphone la citoyenne au coeur du dossier. Si cette dernière a préféré ne pas être citée pour éviter tout conflit, elle a tout de même confirmé le changement de zonage et le fait que celui-ci ait été fait sans qu’elle soit “officiellement” mise au courant.

De son côté, l’ex-directeur général, Joël Kra explique que puisque tous changements au niveau de la réglementation de l’urbanisme, doit faire l’objet d’une consultation publique, la citoyenne aurait été informée. « Toutes les procédures ont été faites dans les normes avec une firme d’urbanisme-conseil qui a assisté le conseil du temps. Également, les citoyens ont été consultés. Toutes les procédures ont été suivies et respectées. Je crois que dans le temps, elle aurait pu s’y opposer », souligne-t-il.  

S’impliquer pour ses propres intérêts ?

Selon le conseiller démissionaire, le changement de zonage s’est fait alors que Denis Ranger, actuel maire de Sainte-Justine-de-Newton et propriétaire desdits terrains, était conseiller municipal. Pour Danic Thauvette, il ne fait aucun doute que M. Ranger s’est présenté aux élections municipales de 2009 afin de faire avancer le dossier l’impliquant.

Cette supposition est également soutenue par madame Patricia Domingos, ancienne mairesse de Sainte-Justine-de-Newton. « C’est clair et net qu’il était entré au conseil juste pour ça. Il ne serait jamais venu au conseil, s’il n’avait pas eu de problème avec ses terrains. J’ai encore les visions des rencontres que nous avions dans la cuisine de Sainte-Justine. C’est clair et net, pour lui, il avait acheté quatre terrains et si on ne faisait rien, lui il ne pouvait rien faire avec ses terrains », confie, à Néomédia, Mme Domingos qui, en 2010, assurait la mairie de la municipalité.

Questionné à ce sujet, le maire, Denis Ranger, indique: « j’ai fait l’acquisition de terrains en 2006, 2008 et en 2009 j’ai fait une demande de construction, et finalement, ça a été difficile d’avoir les permis. Ils étaient zonés “commercial” et il fallait qu’ils soient industriels urbains. C’est à la séance du conseil d’août 2009 que le conseil, alors en place, a voté en faveur de mon projet. C’est par la suite que j’ai décidé de m’impliquer en politique municipale », explique-t-il à Néomédia.

La lecture du procès-verbal de la séance d’août 2009 permet effectivement de constater que le conseil a voté, à l’unanimité, en faveur du projet de M. Ranger, soit la construction d’une usine de soudure. Or, selon Mme Domingos, c’est seulement qu’en 2010 que le changement s’est officialisé alors que la Municipalité adoptait son nouveau règlement de zonage 314.

M. Ranger ajoute qu’aucune construction n’a été faite sur lesdits terrains avant qu’il ait en mains, la confirmation que le zonage avait été modifié, soit en 2011. 

Questionnements soulevés et solutions proposées

Selon Danic Thauvette, l’enjeu impliquant la citoyenne soulève de nombreux questionnements quant aux intérêts du maire. « Dans un petit périmètre, notamment sur la montée de la Station, nous avons quatre zonages différents. Ce qui serait le plus logique, selon moi, serait de donner un droit acquis au maire pour ses terrains, et de mettre le reste résidentiel et commercial. Par contre, le fait que les terrains du maire sont concernés, c’est là que ça pose problème », indique M. Thauvette, qui ajoute que son terrain personnel est également inclus dans le dossier. « J’ai proposé au maire que nous nous retirions tous les deux et laisser les autres membres du conseil délibérer. Il s’est prêté au jeu, mais il est resté intransigeant », déplore l’ancien conseiller. 

De son côté M. Ranger, estime que le dossier de la résidente et celui impliquant ses terrains sont deux choses bien distinctes. « Le changement de zonage de la citoyenne date d’il y a 11 ans. C’était la vision de l’avenir du conseil en 2010. J’étais conseiller, oui, mais c’est quand même une décision collective du conseil de l’époque », souligne le maire. 

Toutefois, puisque selon le maire, le conseil a voté, en 2009, en faveur de son projet de construction d’usine, les deux dossiers ne peuvent être reliés, et ce, même si l’officialisation du changement de zonage s’est faite en 2010.

Ceci étant dit, Denis Ranger souligne que le conseil municipal actuel mettra tout en place pour remettre le terrain de la citoyenne en zone résidentielle et ainsi permettre aux fils de cette dernière de construire leurs maisons sur la terre familiale. « C’est certain que nous allons en venir à changer le zonage pour qu’elle puisse regagner un zonage résidentiel et accommoder ses deux garçons », conclut-il. 

Si pour certains, il est clair que tout a été fait dans les règles de l’art, pour d’autres, notamment, l’ex-conseiller, Danic Thauvette, et l’ancienne mairesse, Patricia Domingos, il reste encore beaucoup de choses à éclaircir dans le dossier.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.