Publicité
10 décembre 2019 - 13:12 | Mis à jour : 13:19

Projet de loi 40

Les enseignants manifestent devant les bureaux de Marilyne Picard

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Plus de quatre-vingts personnes se sont réunies lundi soir dernier, devant les bureaux de la députée caquiste de Soulanges, Mme Marilyne Picard, afin de manifester leur opposition au projet de loi 40.

Ces manifestants provenaient majoritairement du Syndicat de l’enseignement de la région de Vaudreuil (SERV-CSQ) et du Syndicat du personnel de soutien des Trois-Lacs (SPSTL-CSQ). La députée n’avait pas donné suite à plusieurs demandes de rencontre, alors c’est le personnel de l’éducation qui est allé à sa rencontre pour lui exprimer leur colère.

Madame Picard a finalement accepté de rencontrer les représentants syndicaux durant leur manifestation. D'ailleurs, la députée a qualifié la rencontre de cordiale, sans toutefois donner plus de détails sur les échanges avec le syndicat.

« Alors qu’il prétendait valoriser les enseignants, le ministre a déposé un projet de loi qui les déconsidère ouvertement. Il réduit leur espace décisionnel en faisant disparaitre la parité dans les conseils d’établissement, et s’attaque directement à leur autonomie professionnelle. La réforme proposée par le ministre Roberge pourrait à terme faire des enseignants de simples exécutants de méthodes pédagogiques imposées par le ministère. Il faut maintenant que le ministre entende nos objections », explique Véronique Lefebvre, présidente du SERV-CSQ.

« Les regroupements de services soulèvent plusieurs inquiétudes et ouvrent la porte à la sous-traitance et la perte d’expertise. Pour le personnel de soutien, les craintes sont très grandes, puisque nous sommes toujours les premiers à faire les frais des coupures », a ajouté Éric Vézina, président du SPSTL-CSQ.

Le projet de loi no  40 prévoit notamment :

  • Un ajustement des notes légalisé pour la direction ;
  • De faciliter le développement de projets particuliers tout en permettant aux parents de choisir l'école de leurs enfants;
  • La création d'un comité d'engagement qui pourra uniformiser les pratiques;
  • Une formation continue pour les enseignants; 
  • Un espace décisionnel réduit en permettant à plus de parents de siéger au conseil d'établissement;
  • Une expertise pédagogique;
  • La possibilité d'augmenter la sous-traitance.

Texte écrit en collaboration avec Marie-Claude Pilon

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.