Publicité
7 octobre 2019 - 11:34 | Mis à jour : 12:05

Le projet de loi 17 continue de soulever les passions.

Industrie du taxi : reprise des discussions

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

L’Association des taxis des régions (ATRQ) dont le trésorier est Jean-François Tremblay, président de Taxi Vaudreuil Soulanges, confirme avoir entrepris, dans le contexte des travaux parlementaires sur le projet de loi no 17, des discussions sérieuses avec le gouvernement du Québec sur le futur de l’industrie québécoise du taxi.

L’ATRQ confirme également avoir tenu, à huis clos, des rencontres consultatives avec l’industrie du taxi de toutes les régions du Québec. L’ATRQ confirme enfin détenir plusieurs mandats de grève dans la plupart des régions du Québec.

Dans le cadre de ces discussions, les objectifs de l’ATRQ sont les suivants :

  • Une compensation plus importante et plus équitable pour les titulaires de permis de propriétaire de taxi ;
  • Un encadrement plus concurrentiel face aux autres joueurs du transport rémunéré de personnes;
  • Des marchés permettant d’assurer la viabilité de l’industrie québécoise du taxi.

Parmi les principales problématiques soulevées dans le cadre de ces discussions, l’ATRQ et les organisations de l’industrie qui se sont présentées en commission parlementaire remarquent unanimement :

  • La distribution inégale de la compensation en comparaison de sa valeur marchande;
  • La possibilité pour les autres joueurs de faire une guerre de prix;
  • La difficulté pour l’industrie d’assurer sa pérennité avec les contextes réservés confirmés par les intentions gouvernementales actuelles.

Le projet de loi no 17

Déposé en mars 2019, le projet de loi 17 prévoir une importante déréglementation de l'industrie du taxi. Le projet de loi vise à moderniser l'industrie du transport rémunéré de personnes par automobile en vue d'assurer la sécurité des passagers et la transparence du prix des courses.  Il vise également à favoriser l’émergence de moyens technologiques et de modes de mobilité.

Selon l’ATRQ, la représentation de l’industrie québécoise du taxi a toujours été une affaire complexe. En effet, l’industrie est composée d’intermédiaires, de propriétaires et de chauffeurs. Or, les effets de la réforme proposée sont différents selon le statut de chacun.

Dans le cadre des discussions actuelles avec le gouvernement, l’ATRQ réunit aujourd’hui l’appui d’environ 75 % des quelque 8000 titulaires de permis de propriétaire de taxi du Québec. En effet, par l’appui obtenu par les entreprises de taxi des régions et les regroupements de propriétaires de Montréal et Québec, l’ATRQ réunit maintenant la majorité des propriétaires de taxi de l’ensemble du Québec.

Par respect pour les discussions en cours, l’ATRQ et ses porte-paroles ont annoncé par voie de communiqué qu'ils n'émettront aucun autre commentaire et n'accorderont aucune entrevue pour le moment. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.