Publicité

3 décembre 2021 - 12:00

Grève en CPE

Les trois syndicats convoqués par Québec: une offre finale?

Par La Presse Canadienne

Retournement de dernière minute dans le dossier de la grève dans les CPE: Québec a convoqué les trois organisations syndicales pour vendredi matin, alors que deux d’entre elles venaient d’annoncer qu’elles déclencheraient à leur tour une grève illimitée.

La Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ), affiliée à la CSQ, s’attend à recevoir alors une offre finale de Québec.

La FIPEQ et le Syndicat québécois des employés de service, affiliés à la FTQ, avaient convoqué une conférence de presse à 11h pour annoncer la date du déclenchement de leur grève illimitée.

C’est à la même heure que les deux ont été convoqués par Québec; ils ont donc annulé leur conférence de presse.

La Fédération de la santé et des services sociaux, affiliée à la CSN, est déjà en grève illimitée depuis mercredi matin. Elle a aussi été convoquée par les négociateurs patronaux à 10h.

Et la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, doit faire un point de presse à 11h30, après avoir rencontré les trois organisations syndicales — ce qui accrédite la thèse d’une offre finale.

Le litige maintenant porte surtout sur le salaire des employés de soutien dans les CPE, à savoir les travailleuses à la cuisine, à l’entretien et à l’administration.

Québec leur offre de 6 à 9,3 %, dépendamment du titre d’emploi. La FIPEQ réclame environ 14 %.

Pour les éducatrices, Québec offre de 21,38 $ au premier échelon jusqu’à 30,03 $ au 12e échelon. Il ajoute deux échelons à l’échelle, qui en comprend présentement 10.

La FIPEQ revendique 22,85 $ au premier échelon et 30,29 $ au 10e échelon. Elle souhaiterait rehausser le salaire d’entrée, de façon à attirer des candidats.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.