Publicité

13 janvier 2022 - 17:00

Entre le 26 novembre et le 3 janvier

Opération nationale concertée Alcool-Drogues : plus de 650 conducteurs arrêtés

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les services de police du Québec, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), viennent de dévoiler le bilan de l’opération nationale concertée Alcool-Drogues qui s’est déroulée du 26 novembre au 3 janvier.

Durant cette période, plus de 3500 contrôles routiers ciblant la capacité de conduite affaiblie par l’alcool, la drogue ou la combinaison des deux ont été déployés à travers la province.

La mise en place de ces points de contrôle a permis aux policiers de sensibiliser plusieurs dizaines de milliers de conducteurs.

Plus de 650 conducteurs ont été arrêtés pour conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool, la drogue ou la combinaison des deux.

Cette opération nationale concertée a été organisée en partenariat avec l’Association des directeurs de police du Québec, la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal et la Société de l’assurance automobile du Québec.

Des opérations et interceptions à l’année Bien que la période des Fêtes soit terminée, les policiers ajoutent que les opérations de prévention de la capacité de conduire affaiblie se poursuivront tout au long de l’année.

Rappelons que les patrouilleurs peuvent intercepter les automobilistes afin de procéder à la détection de la conduite avec les capacités affaiblies et mettre en état d’arrestation les conducteurs fautifs. Ces derniers utilisent différentes techniques et outils pour détecter la drogue et l’alcool chez les conducteurs.

De plus, le dépistage obligatoire en vigueur permet aux policiers d’exiger qu’un conducteur fournisse un échantillon d’haleine au bord de la route, et ce, même s’ils soupçonnent ou non qu’il ait consommé récemment de l’alcool.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.