Publicité
21 mars 2019 - 11:00

Cyberprédateur de 52 ans

Leurre informatique: victimes mineures recherchées par le SPVM

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Un quinquagénaire qui entrait en contact avec des jeunes filles de 14 à 17 ans dans le but de commettre du leurre et d'obtenir des contacts sexuels devra répondre de ses actes. Juan Manuel Cano Mendez s'est fait passer les menottes le 13 mars dernier. Selon le Service de police de Montréal, l'homme  de 52 ans pourrait avoir fait plusieurs victimes. 

Selon le SPVM, l'accusé est entré en contact avec au moins dix jeunes femmes mineures qu'il ciblait sur différents sites d'annonces en ligne. Ces dernières recherchaient des emplois de gardiennage. Certaines victimes se trouvaient sur le territoire de Montréal et d’autres résidaient dans différentes régions du Québec. 

Les enquêteurs ont des raisons de croire qu’il aurait pu faire d'autres victimes.  Le prévenu a comparu le 14 mars 2019 au Palais de justice de Montréal. Des chefs d’accusation de leurre d’enfant et d’avoir communiqué avec une personne mineure pour l’obtention de services sexuels ont été déposés contre lui. Il est toujours détenu.

Le suspect utilisait comme pseudonymes Bruno Sarkovitz et Liam Elonn ainsi que les adresses courriel suivantes :

Le véhicule conduit par l'accusé était un Mazda 5 2010 de couleur noire ou un Jeep Compass 2019 de couleur noire.

Toute personne qui aurait été victime ou qui connaît quelqu’un qui aurait pu être victime de cet homme est invitée à se rendre à son poste de police de quartier ou à communiquer avec le 9-1-1 afin de déposer une plainte officielle.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.