Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'organisme travaille sur un plan de conservation

Nature-Action Québec veut protéger les rainettes faux-grillon sur le mont Rigaud

durée 13h00
28 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Marie-Claude Pilon
email
Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Nature-Action Québec (NAQ) souligne les investissements annoncés par le gouvernement du Québec via le Programme Accélérer la conservation dans le sud du Québec (ACSQ) du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP).

Cette aide financière d’un montant historique de 144,1 M$, accordée à Conservation de la nature Canada (CNC) et ses partenaires (les organismes de conservation), est un véritable levier pour accélérer la conservation des milieux naturels dans le sud du Québec, dont le mont Rigaud, afin d’atteindre les cibles de l’accord Kunming-Montréal et du Plan Nature, telles que protéger 30 % des aires naturelles d’ici 2030.

Une entente sous le signe de la collaboration 

Cette annonce consolide les liens de collaboration déjà très étroits entre les différents organismes de conservation du Québec, en plus d’ouvrir la porte aux municipalités ainsi qu’aux propriétaires privés qui font partie de la solution.

Cette entente permet à ces groupes d’unir leurs efforts communs sur leurs territoires respectifs afin d’en faire bénéficier le plus grand nombre de gens. C’est en s’unissant qu'ils répondront à l’urgence climatique et à la perte de biodiversité : c’est maintenant qu’il faut agir, estime Nature-Action Québec. 

Une bonne nouvelle pour la rainette faux-grillon

Grâce à ce fonds, Nature-Action Québec peut continuer ses actions et ses efforts sur son territoire d’action, s’étendant des basses terres du Saint-Laurent de la Montérégie jusqu’à Trois-Rivières.

Plusieurs de ses projets visent notamment la protection de l’habitat de la rainette faux-grillon de l’Ouest, une espèce vulnérable en raison de la destruction et la perturbation de son habitat. Elle fait également partie des emblèmes représentant la biodiversité au Québec. NAQ est aussi impliqué avec la Coalition des Montérégiennes et collabore activement avec les organismes locaux et les municipalités pour cinq des onze collines montérégiennes, soit les monts Yamaska, Mégantic, Rougemont, Rigaud et Saint-Bruno, pour à la mise en œuvre de leurs plans de conservation.

Renforcer les milieux de vie de qualité pour le plus grand nombre 

Cette entente permet d’accroître le nombre de milieux naturels protégés à perpétuité et leur mise en valeur afin d’augmenter le nombre de sites accessibles aux usagers dans le sud du Québec, tout en respectant leur capacité de support. Des études ont récemment démontré que les milieux naturels offrent de nombreux bienfaits pour notre santé, autant physique que psychologique. Il est donc important de garantir leur accessibilité, et ce, tout en préservant leur intégrité. Ces milieux offrent également des services écologiques importants comme la filtration de l’air et de l’eau, la séquestration du carbone, le contrôle de l’érosion et la régulation de la température ambiante, en plus de nous aider à nous adapter face aux changements climatiques.

Nature-Action Québec est prêt à poursuivre ses efforts avec cet apport exceptionnel du gouvernement du Québec. Des démarches seront rapidement amorcées afin d’arrimer cette entente aux programmes en vigueur auprès d’Environnement et Changement climatique Canada, au gouvernement fédéral.

« Cette annonce du gouvernement provincial est historique! C’est une très bonne nouvelle pour les groupes de conservation qui pourront continuer leurs efforts de collaboration des dernières années sur le terrain. Le plus récent rapport du Projet de partenariat pour les milieux naturels (PPMN) fait état de la capacité de ces organismes qui ont protégé à perpétuité plus de 8 000 hectares supplémentaires avec plus de 60 municipalités sur une courte période de trois ans! Le travail ne fait que commencer. Nous continuerons de faire des démarches auprès des instances gouvernementales et des donateurs afin de rassembler les conditions gagnantes pour atteindre les objectifs du Plan Nature 2030 », affirme Pascal Bigras, directeur général de Nature-Action Québec.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Projet d'éradication de la châtaigne d’eau à Rigaud

Une campagne de détection menée en 2023 par le Conseil du bassin versant de la région de Vaudreuil-Soulanges (COBAVER-VS) a permis d'inventorier plus de 9 000 rosettes de châtaigne d'eau le long de la rive nord de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, notamment dans la baie Brazeau, la baie de Rigaud et la baie Quesnel. Jusqu'au 31 août, le COBAVERVS ...

13 juillet 2024

La mi-juillet : le temps fort de l'herbe à poux

Le gouvernement du Québec rappelle à tous que l’herbe à poux est une mauvaise herbe très répandue au Québec. Elle est présente de mai à octobre et meurt aux premières gelées à l’automne. À la mi-juillet, l’herbe à poux commence à fleurir et produit du pollen. Le pollen voyage dans l’air sous la forme d’une fine poussière et provoque des réactions ...

12 juillet 2024

Un bris de conduite force le déversement des eaux usées dans le fleuve

Moins de 36 heures après que le conseiller de Coteau-du-Lac, Alain Laprade, et le directeur général Jacques Legault aient signifié leurs inquiétudes concernant la vétusté de la station de pompage Blanchard, un bris majeur sur la conduite principale force la municipalité à déverser ses eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent. L'information a été ...