Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 janvier 2018 - 05:00 | Mis à jour : 07:53

Protection des milieux humides

EXCLUSIF : des citoyens de Saint-Zotique font appel au gouvernement fédéral

Par Jessica Brisson, Journaliste

Le regroupement de citoyens derrière la page Facebook Sauvons les milieux humides à Saint-Zotique fait appel au gouvernement fédéral pour faire entendre raison aux élus municipaux dans le dossier de construction en milieux humide, notamment sur les deux terrains en bordure de la 65e avenue.

En effet, le vendredi 19 janvier, Marie-Martine Richer instigatrice du mouvement et auteure de la pétition pour la protection des milieux humides à Saint-Zotique, a remis à la députée néo-démocrate Anne Minh Thu Quach une pétition comprenant plus de 1000 signatures. « Le 29 janvier, madame  Quach sera à la Chambre des communes et déposera notre pétition qui devra par la suite être approuvée par le greffier », explique madame Richer. 

Rappelons les faits

Tout juste avant la tenue des élections municipales, le maire de la Municipalité de Saint-Zotique, Yvon Chiasson, a utilisé son droit de veto afin de mettre en suspend un projet de construction en milieux humides.

À ce moment, le promoteur privé qui a fait l'acquisition des deux terrains adjacents à la 65e avenue n'avait présenté aucun plan à la municipalité. Toutefois les spéculations quant à l'avenir des terrains allaient bon train. La municipalité songeait, à ce moment, à modifier le zonage desdits terrains dans le but d'assurer un certain contrôle des projets à venir.

Une première pétition municipale avait circulé et recueilli plus de 1600 signatures dont celles des conseillers Pierre Chiasson et Jonathan Anderson. « Ils ont non-seulement signé la pétition, mais ils l'ont également présentée aux citoyens durant la campagne électorale. En faisant du porte-à-porte, ils ont fait signer des citoyens », explique madame Richer. 

Plan ou croquis ?

Peu avant le congé des Fêtes, le promoteur a présenté selon certains, trois croquis. Si certains parlent de croquis, d'autres parlent de plans. Quoi qu'il en soit, les membres du conseils devaient obligatoirement choisir l'un des croquis/plans proposés sous peine de poursuite. « Le maire nous a dit qu'ils n'avaient pas le choix de choisir, puisque les terrains sont privés sinon le promoteur pourrait revenir contre la municipalité », indique la femme à la tête du mouvement. 

C'est donc lors de la dernière rencontre avant le congé des Fêtes qu'a été dévoilée une partie du croquis retenu par les membres. « Le maire nous dit ne pas pouvoir en parler publiquement car le croquis ou le plan n'est pas officiel. Ils ont quand même tous voté en faveur du plan proposé y compris les deux conseillers qui avaient signé la première pétition », poursuit Marie-Martine Richer.

Le croquis en question comprendrait, du côté ouest, une clinique médicale, des commerces et des résidences. Du côté est, il a notamment été question d'une marina, d'un centre pour personnes âgées de 9 étages en plus de plusieurs commerces et résidences.

« Le projet qui a été présenté par le promoteur est réellement un croquis, une idée. Et pour avoir eu affaire à ce promoteur dans le passé, il a souvent présenté des projets et finalement rien n'a été fait », souligne M. Chiasson. « Le promoteur doit également présenté une demande de changement de zonage, ce qui n'est toujours pas fait. S'il en fait la demande, la population pourra s'y opposer. Pour l'instant, tout ce que je peux dire, c'est que le projet n'a pas été déposé publiquement, il m'est donc impossible d'en parler ouvertement », poursuit le maire. 

Des documents disparus

Dans le Plan d'urbanisme de la Municipalité, en page 18, il est possible d'y lire que l'administration municipale s'est donnée comme objectif de « mettre en place des outils urbanistiques assurant la protection et la conservation de l'aire écologique privée de façon à assurer les meilleurs conditions de survie de la flore et de la faune et le maintien des paysages naturels ».

Afin de répondre à cet objectif la Municipalité propose diverses actions dont le zonage du secteur marécageux à des fins de conservation seulement, l'atténuation des nuisances liées à l'activité humaines et empêcher la modification des écosystèmes présents dans le secteur.

En décembre dernier, Marie Ménard, co-instigatrice du mouvement Sauvons les milieux humides à Saint-Zotique, confiait à Néomédia Vaudreuil-Soulages, avoir été en mesure de mettre la main sur le plan de conservation des milieux humides de la ville, mais que ce dernier était incomplet et qu'il lui a fallu faire de nombreuses demandes afin d'obtenir les pages manquantes.

Néomédia avait été en mesure de mettre la main sur les pages manquantes et sur lesquelles il est clairement indiqué que les terrains acquis par le promoteur ont été classés zones avec espèces à statuts précaires / zone de conservation, non-soumises au développement.

Toujours selon ledit rapport, il a également été convenu lors d'une rencontre avec le MDDELCC (ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques) que la « délimitation des milieux humides établie par CIC (Canards illimités Canada)-MDDELCC serait utilisée pour une période de 5 ans à compter de l'acceptation du Plan par le ministère. »

Or, ledit document est maintenant introuvable. Et parce qu'il n'est plus accessible, la municipalité ne reconnaît pas la légitimité de la première pétition. « Parce que le ministère de l'Environnement a retiré le plan de conservation des milieux humides, il est considéré inexistant. Le conseil municipal relance la balle dans le camp du ministère », poursuit Marie-Martine.

« Vous n'écoutez pas ce que la population veut »,- Marie-Martine

Voyant que du côté municipal rien de plus de pouvait être fait, Marie-Martine Richer s'adresse maintenant au gouvernement fédéral.

« Le 19 janvier, j'ai remis en main propre à la députée Anne Quach, notre nouvelle pétition. Elle la déposera à la Chambre des communes le 29 janvier. Elle devra ensuite être approuvée par le greffier. Comme il fallait avoir au minimum 25 signatures et que nous en avons plus de 1000, je suis confiante que d'ici le début du mois de février, nous allons passer à la prochaine étape », souligne Marie-Martine.

Des lettres enregistrées ont également été envoyées à L'honorable Catherine McKenna, à la députée de Soulanges Lucie Charlebois, à la Ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Isabelle Melançon, à la députée du Parti Vert, Elizabeth May ainsi qu'au Premier ministre Justin Trudeau. Une autre missive sera acheminée au député fédéral de Vaudreuil-Soulanges, Peter Schiefke. 

De son côté, le maire de la Municipalité de Saint-Zotique dit laisser le dossier entre les mains du gouvernement.  « Je ne peux pas me permettre d'enlever les droits au propriétaire. Par contre, ma priorité est de protéger mes citoyens et leur quiétude », conclut-il.

Le 26 janvier prochain, les membres du conseil se réuniront, lors d'une séance extraordinaire afin de présenter et adopter le budget pour l'année 2018. La prochaine séance ordinaire aura lieu le 20 février. Les citoyens qui souhaitent se faire entendre par le conseil sont invités à assister à cette rencontre.   

Pour suivre l’évolution du dossier, abonnez-vous à la page Facebook Sauvons les milieux humides à Saint-Zotique. Pour signer la pétition électronique, cliquez ici.

À lire également

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.