Publicité

26 février 2021 - 09:00 | Mis à jour : 09:06

Action de visibilité

Le Syndicat du personnel de soutien des Trois-Lacs manifestent devant les bureaux de la députée

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Le Syndicat du personnel de soutien des Trois-Lacs s’est rendu ce jeudi matin au bureau de la députée de Soulanges, Marilyne Picard, pour l’informer de la lenteur des négociations et lui demander de faire pression sur le premier ministre, François Legault, et la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel.

Le message transmis est clair : donner des mandats aux négociateurs du gouvernement et par le fait même dégeler les négos.

En janvier dernier, le syndicat a obtenu de ses membres un mandat de grève de 5 jours à être exécuté au moment jugé opportun. La grève est un geste ultime, mais les membres souhaitent que le gouvernement prenne au sérieux leurs demandes afin d’éviter celle-ci.

Selon monsieur Éric Vézina, président du syndicat « Depuis plus d’un an nous sommes sans convention collective, plus de 40 rencontres ont eu lieu entre les parties, et je trouve regrettable que le gouvernement s’obstine à ne pas négocier de bonne foi alors que le système est mal en point. Il est inconcevable que les négociations actuelles tournent en rond et piétinent alors que le réseau scolaire vit une crise sans précédent et que des élèves payent le prix des coupures et du sous-financement des dernières années ».

Monsieur Vézina souligne que le souhait le plus cher des membres qu’il représente est de signer une entente afin d’améliorer les conditions de travail. « Les négociateurs du gouvernement doivent entendre le message, négocier et mettre en place des mesures concrètes pour contrer la surcharge de travail ainsi que la pénurie de main-d’œuvre en investissant les sommes nécessaires en éducation », conclut le président du syndicat.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.