Publicité
24 juillet 2019 - 06:00

Publi-Formation

Dix choses à savoir sur la profession d'enquêteur privé

Le métier d'enquêteur privé vous intéresse ? Voici dix choses à savoir sur cette profession peu connue.

1- Une vraie profession ?

Oui, il s’agit d’un métier très technique et réglementé. Les firmes d’enquêtes cherchent de nouveaux professionnels de terrain, prêts pour les infiltrations en milieu de travail, les filatures et l’analyse. C’est très coûteux et risqué pour les firmes de former intégralement de nouveaux enquêteurs. Quant aux policiers retraités, ils ne sont pas toujours disponibles pour les mandats.

L’AEC Investigation en sécurité privée, une formation intensive offerte à la Formation continue du Cégep Gérald-Godin, vous permet d’acquérir rapidement les compétences pour intégrer le marché du travail. Vous êtes déjà attendu par les employeurs.

2- Risqué ?

Le milieu de l’enquête est sécuritaire. Le professionnel est formé pour faire face aux situations difficiles : il sait les prévoir et les éviter, tout en restant productif. Bien des métiers sont plus à risque. Avez-vous entendu parler d’enquêteur privé qui se serait fait agresser ? Malgré tout, l’enquêteur doit rester vigilant, et s’assurer de la légalité de ses actions. L’AEC du Cégep Gérald-Godin le prépare à pratiquer cette profession.

3- Mal payé ? Bien payé ? 

La rémunération d’un enquêteur, selon l’exigence de la tâche, varie de 19 $ à 40 $ l’heure en début de carrière. Les employeurs sont conscients du talent et du volume d’heures nécessaires à votre mission.

4- Qui sont les employeurs ?

Il peut s’agir de firmes mondiales, de services publics, d’entreprises québécoises connues et de firmes d’enquêtes spécialisées. Des mandats de sous-traitance sont également offerts pour des agences plus petites.

5- Des exemples d’enquête ?

Les enquêteurs travaillent entre autres à combattre des fraudes, retrouver des personnes, protéger des entreprises contre des actions malveillantes et enquêter sur le harcèlement.

6- C’est un métier d’extérieur ou de bureau ?

Les enquêteurs travaillent autant à l’extérieur que devant un ordinateur. Ils doivent entreprendre la filature sur le terrain, mais aussi naviguer sur les réseaux sociaux. La production de rapports structurés, documentés et détaillés fait également partie des tâches de l’enquêteur.

7- C’est une profession d’hommes ?

Non, les femmes sont très recherchées par les employeurs. Les enquêteurs, homme ou femme, doivent se fondre dans la masse d’une foule ou dans une équipe de travail lors de la filature. Plus les profils d’enquêteurs sont variés et plus l’enquête sera productive. Enfin, devant votre écran, personne ne sait qui vous êtes vraiment.

8- Une profession de gadget et de technologie ?

Dans le cadre de ses fonctions, l’enquêteur utilise la technologie tout en respectant les cadres légaux. Par ailleurs, la cyberenquête prend de l’ampleur.

9- Les principales qualités recherchées ?

Un bon jugement et le sens de l’observation constituent les principales qualités demandées. Les enseignants de la Formation continue du Cégep Gérald-Godin sont des enquêteurs chevronnés. Ils enseignent par la simulation les principales techniques d’enquête. Ils transmettent leur expertise, leur expérience et les meilleures techniques d’enquête. Grâce à eux, les étudiants développent leur capacité d’analyse et deviennent de bons enquêteurs.

10- Le permis d’enquêteur ?

Après avoir réussi les trois premiers cours de l’AEC Investigation en sécurité privée, les étudiants sont admissibles au permis d’enquêteur du Bureau de la Sécurité privée (BSP).

Renseignements sur le programme

Début de l’AEC Investigation en sécurité privée : Le 7 octobre 2019
Horaire des cours : Du lundi au jeudi, de 18 h à 22 h, un samedi sur deux

https://www.cgodin.qc.ca/formation-continue/investigation-en-securite-privee/

Les locaux sont situés à l’intérieur des Galeries des Sources :

Formation continue et services aux entreprises
Cégep Gérald-Godin
3109, boulevard des Sources
Dorval (Québec) H9B 1Z6
(514) 626-8555

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.