Publicité

23 novembre 2021 - 18:00

Monnaie royale canadienne

Une artiste de Saint-Lazare se cache derrière des pièces de monnaie de collection

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

L’artiste tatoueuse originaire de Saint-Lazare, Caitlin Lindstrom-Milne, a eu un premier design sélectionné par la Monnaie royale canadienne pour une pièce en 2019. Aujourd’hui, sa pièce pour le jour du Souvenir vient de paraître et une quatrième, qu’elle ne peut dévoiler pour l’instant, est en route. 

C’est sur le Web que Caitlin a été découverte par la Monnaie royale canadienne, qui l’a invité à soumettre un design pour une pièce de collection de 50 dollars. Son grizzli, entouré de fleurs, d’un saumon et de paysages de montagne et de cascade d’eau a conquis le cœur du jury. « J’aime beaucoup travailler les animaux et les fleurs, donc ça concordait », indique-t-elle. 

Lorsque Caitlin reçoit le coup de fil, elle avoue avoir été surprise malgré son invitation. « J’ai appelé tout mon entourage », raconte-t-elle. 

Depuis, Caitlin Lindstrom-Milne en fait environ une par an. Même si elle admet qu’elle ne peut pas vivre seulement des pièces de monnaie, l’artiste tatoueuse s’amuse à explorer ce type d’art. « Quand j’ai été approchée, je trouvais intéressant de mettre mon art sur un autre médium comme une pièce de monnaie », ajoute-t-elle.

Caitlin voit d’ailleurs des similitudes avec le tatouage dans le côté restrictif. « Je dois me limiter à une pièce qui est circulaire et quand je tatoue quelqu’un, son corps n’est pas plat, il a différentes formes. Je dois toujours garder ça en tête », explique-t-elle. C’est également le cas de la thématique du dessin qui est déterminée par quelqu’un d’autre. 

L’artiste ne peut choisir laquelle de ses pièces est sa préférée. « Ma première va toujours occuper une place spéciale dans mon cœur », témoigne-t-elle.

Caitlin se dit aussi très honorée d’avoir pu faire celle sur le 100e anniversaire de la commémoration des anciens combattants cette année, incluant six coquelicots de formes différentes. 

Avec bientôt une quatrième pièce à son actif, l'artiste espère continuer de la sorte et ne cache pas son rêve d’avoir un jour une pièce déployée parmi la population. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.