Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

À la Chambre des Communes

Port de Valleyfield: Claude DeBellefeuille interpelle le ministre de la Sécurité publique

durée 06h00
30 avril 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Marie-Claude Pilon
email
Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Une récente décision prise par l'Agence des services frontaliers du Canada et qui aura des impacts jusqu'à Salaberry-de-Valleyfield trouve écho jusqu'à la Chambre des Communes d'Ottawa en ce lundi 29 avril en après-midi. 

Plus tôt en début d'année, l'ASFC a décidé, faute de ressources humaines et d'équipements, de cesser d'envoyer des douaniers au Port de Valleyfield, à raison de quelques fois par mois, pour dédouaner la marchandise qui arrive par conteneurs de l'international. Les agents procédaient à cette étape à l'aide d'une machine à rayons X mobile depuis environ deux décennies. 

Rappelons que le Port de Valleyfield est l'un des rares au Québec à être de propriété municipale. 

« C'est une décision complètement aberrante. Notre souhait est que le gouvernement fédéral intervienne dans le dossier pour renverser la vapeur. Ça ne fait aucun sens», indique Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield. 

Annuellement, le Port de Valleyfield accueille environ 1000 conteneurs de matières en vrac ou liquide. En comparaison, celui de Montréal transige plus de 1,7 million d'unités par année. 

Quelles sont les conséquences de cette décision de l'ASFC? « Concrètement, cela signifie que tous les conteneurs qui arrivent au Port de Valleyfield par bateau doivent dorénavant être détournés vers le Port de Montréal ou vers d'autres ports de la côte Est avant d'être réexpédiés par camion vers Salaberry-de-Valleyfield. Cette façon de faire allonge les délais pour nos entreprises qui reçoivent ces matières, en plus de faire grimper leurs coûts de transport. C'est aussi sans parler des répercussions environnementales liées à ce transport supplémentaire», ajoute-t-il. 

M. Lemieux précise que la Ville va suivre le dossier de très près.  

De son côté, Mme DeBellefeuille a tenu à faire une déclaration par courriel. Ce lundi après-midi, la députée a posé une question à la Chambre des Communes au ministre de la Sécurité publique afin d'obtenir des éclaircissements sur le bien-fondé de cette décision. 

 « C’est une décision inacceptable de la part de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Il s’agit essentiellement d’une coupe de services qui vient freiner l’élan de développement du Port de Valleyfield alors que le gouvernement fédéral investit 12M$ pour l’agrandissement du port !  C’est une décision incohérente et j’interpelle le ministre de la Sécurité publique pour lui faire comprendre que l’ASFC doit réviser sa position. »

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 19h45

Un édifice à logements est la proie des flammes sur la rue Jeanne-Mance

Un immeuble abritant 12 logements situé au 322 rue Jeanne-Mance est actuellement la proie des flammes à Salaberry-de-Valleyfield. Plusieurs services de sécurité incendie de la région sont sur les lieux pour combattre les flammes aux côtés de la brigade locale.  Pour les habitués du secteur, le bloc appartement au coeur de l'intervention des ...

durée Hier 15h21

Deux perquisitions mènent à quatre arrestations à Salaberry-de-Valleyfield

Le 22 mai, les policiers de la MRC de Beauharnois-Salaberry ont effectué une opération en matière de trafic de stupéfiants à Salaberry-de-Valleyfield. Celle-ci a résulté par l'arrestation de quatre personnes, soit un homme de 61 ans et trois femmes de 27, 37 et 60 ans.  Cette opération découle d’une enquête amorcée en février 2024. Le quatuor de ...

durée Hier 13h25

Un billet de loterie acheté à Beauharnois rapporte 75 000$ à treize collègues de travail

Treize collègues, de la Montérégie et de Montréal, se partagent un lot de 75 000 $ remporté au tirage du Québec 49 du 27 avril. Le billet gagnant a été acheté au dépanneur Voisin, situé au 671, rue Ellice, à Beauharnois. C’est Emmanuel Joannette, le responsable du groupe, qui a fait l’heureuse découverte en vérifiant le billet au bureau. Il s’est ...