Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Projet de loi C-18

Claude DeBellefeuille fait front commun avec les médias locaux

durée 17h00
30 août 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Marie-Claude Pilon
email
Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

La députée de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille, et le porte-parole du Bloc Québécois en matière de Patrimoine et député de Drummond, Martin Champoux, ont tenu ce matin une conférence de presse en compagnie des directions des médias locaux afin de dénoncer les tactiques d’intimidation de la compagnie META suite à l’adoption de la loi C-18.         

Les représentants des médias locaux étaient présents pour cet exercice de presse. On retrouvait sur place: Jessica Brisson, éditrice adjointe chez Néomédia, Chantal Bédard, directrice générale de CSUR la télé, Hugh Maynard, Directeur de publication du journal Le Gleaner, Nathalie Descôteaux, directrice générale de NousTV Valleyfield, Marie-Andrée Prévost, propriétaire de Viva Média, Julie Voyer, PDG de Gravité Média et Janick Tétreault-Moise et Emilie Niquette, co-propriétaires d'INFOSuroit. 

La porte-couleurs du Bloc Québécois a eu l'idée de réunir tous les dirigeants de l'industrie médiatique autour de la même table pour jaser du projet de loi C-18. Concrètement celui-ci vise à forcer les géants du web à indemniser les médias d'information pour le partage de leurs articles et reportages. Il a reçu la sanction royale le 22 juin dernier. 

 « Je trouve inacceptable qu’une multinationale comme Meta s’attaque à nos médias locaux en bloquant l’accès à leur contenu aux citoyens. Face à la tentative d’intimidation de META, je dis aux citoyens : retournons à nos bonnes habitudes. Les médias de la région existaient pour la plupart bien avant l’arrivée des réseaux sociaux », mentionne la députée. 

Le porte-parole du Bloc Québécois en matière de Patrimoine et député de Drummond, Martin Champoux n'hésite pas à qualifier la situation d'intolérable.

« Depuis des semaines, Meta bloque l’accès au contenu de nouvelles sur sa plateforme afin de pousser le gouvernement à renoncer à mettre en place un régime de négociation équitable entre elles et les entreprises créant le contenu de nouvelles », souligne-t-il.   

Réactions des acteurs du milieu

Voici les citations des principaux intervenants du milieu: 

« Les agissements de Méta face aux médias sont plus que déplorables et démontrent parfaitement leur mépris envers leurs usagers. À l'instar de la députée, Mme DeBellefeuille, Néomédia est d'avis qu'il est impératif, en tant que société, de revenir aux sources et de retrouver nos bonnes vieilles habitudes quant à nos façons de consommer nos actualités. La mission de vos médias locaux est de vous tenir informés et ni rien ni personne ne pourra nous arrêter. Votre actualité locale est là pour le rester, et ce, avec ou sans Méta. » Jessica Brisson, éditrice adjointe de Néomédia Vaudreuil-Soulanges / Valleyfield.

« Face à la tentative d’intimidation de META, je dis aux citoyens : retournons à nos bonnes habitudes. Les médias de la région existaient pour la plupart bien avant l’arrivée des réseaux sociaux. Avec cette déclaration, je veux en appeler à l’unité et à la solidarité des citoyens et des entreprises de la région : abonnez-vous aux infolettres de nos médias locaux, informezvous directement sur leur site web, téléchargez leur application sur vos appareils mobiles et achetez de la publicité dans les journaux locaux. À META, je dis de respecter la loi, comme tout le monde, et de contribuer à votre manière à la presse locale. Il me semble qu’adopter cette attitude serait beaucoup plus positif et constructif. » Claude DeBellefeuille, députée de Bloc Québécois de Salaberry-Suroît

« Face à la décision de META de bloquer vos nouvelles locales et régionales, c’est une communauté tout entière qui en paie le prix. Cette même communauté qui avait développé l’habitude de s’informer quotidiennement à travers son fil d’actualité. Cette mesure drastique pose un défi majeur à la démocratie, à l’accès et à la diffusion de l’information. Il est crucial de préserver les libertés fondamentales, y compris la liberté de presse et le droit à l’information de qualité. Si nous permettons à META de continuer cette pratique sans contestation, cela pourrait ouvrir la porte à d’autres formes de censure et de contrôle de l’information. » Julie Voyer, PDG de Gravité Média

« Lorsque vous entendez de la musique à la radio, dans un restaurant ou dans un espace public, il existe un arrangement législatif appelé "SOCAN" qui verse une petite redevance aux musiciens et aux compositeurs de musique. Il s'agit d'une rémunération équitable qui permet aux musiciens de continuer à produire de la musique pour le plaisir de tous. C'est tout ce que les éditeurs de presse canadiens demandent aux plateformes de médias sociaux comme Facebook et Google par le biais du projet de loi C-18: une rémunération équitable pour qu'ils puissent continuer à publier des informations de qualité pour le bénéfice de tous. » Hugh Maynard, Directeur de publication, Le Gleaner

« Les représailles de META à l'encontre de nos médias à la suite de l'adoption de la loi C-18 sont inacceptables. En tant que propriétaires d'INFOSuroit, nous tenons à rappeler l'importance des médias locaux qui relient les communautés, mettent en lumière les enjeux près de la population et encouragent la participation civique, renforçant ainsi le tissu social. Nous nous joignons à nos collègues et à Mme DeBellefeuille pour inviter la population à consommer directement leurs nouvelles locales, à acheter de la publicité dans les journaux locaux et faire pression sur META. » Janick Tétreault-Moise et Emilie Niquette, co-propriétaires d'INFOSuroit. 

« Les citoyens doivent pouvoir facilement avoir accès aux nouvelles de leurs régions à travers le média de leur choix. NousTV est un média de proximité qui a toujours eu pour mission d’informer les citoyens avec des nouvelles locales de qualité. J’invite les téléspectateurs à rester connecté aux nouvelles de leurs régions en visitant directement notre site web. » Nathalie Descoteaux, Gestionnaire, Nous.TV (Cogeco)

« On ne mesure pas collectivement l’impact de la décision de Meta et Google. C’est tout l’écosystème du partage de l’information qui est fragilisé. En sachant qu’une personne sur trois s'informe d'abord par les réseaux sociaux, ouvrons-nous la porte à la désinformation ? Sommes-nous prêts à passer moins de temps sur les plateformes sociales et davantage sur les sites des médias locaux, des institutions vouées à vous relayer de l’information de qualité et vérifiée ? » Chantal Bédard, Directrice générale, Csur la télé - TVC Vaudreuil-Soulanges

« Cette décision de META, bien qu’elle soit tout à fait dans son droit comme entreprise, confirme ce que j’exprime haut et fort depuis 2016 : ces géants du web sont dangereux pour notre démocratie et leur soif de profits titanesques l’emporte sur l’importance du bien commun. À nous de nous tenir debout comme québécois et canadiens : reprenons le volant de nos nouvelles sans eux comme intermédiaire. » Marie-André Prévost, propriétaire Viva Média.

Plusieurs actions à venir  

Claude DeBellefeuille et les directions des principaux médias de la région ont signé une déclaration commune de solidarité visant à encourager les citoyens à modifier leurs habitudes de consommation des nouvelles: « Avec cette déclaration, je veux en appeler à l’unité et à la solidarité des citoyens et des entreprises de la région : abonnez-vous aux infolettres de nos médias locaux, informez-vous directement sur leur site web, téléchargez leur application sur vos appareils mobiles et achetez de la publicité dans les journaux locaux.»

En tant que députée, Claude DeBellefeuille compte bien utiliser tous les outils parlementaires mis à sa disposition pour informer les citoyens du comté sur la problématique. 

Dès la mi-septembre, un encart sera acheminé à tous les concitoyens du comté de Salaberry-Suroît pour rappeler l'importance des médias locaux et les inciter à s'informer à la source, soit via les applications mobiles des médias locaux ou leur site Internet respectif. 

« Une intervention à la Chambre des Communes pourrait être faite par M. Champoux cet automne. Nous ne lâcherons pas le dossier. Pour moi, le dossier est très grave. Ce serait triste qu'un de nos médias locaux cessent ses activités ou doivent se départir d'un ou de plusieurs employés. Il faut agir et faire prendre conscience de l'état de la situation à la population. Les gens sont très attachés à leur média local.» 

En vidéo, Janick Tétreault-Moise, co-propriétaire d'INFOSuroît, lit la déclaration commune signée par l'ensemble des médias de la région. 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Triathlon Valleyfield: en route vers la 21e édition de l'évènement

Lors d'une conférence de presse tenue le 19 juin à la rotonde Laurent-Meury du parc Delpha-Sauvé, le comité organisateur a annoncé le lancement officiel de la 21e édition du Triathlon de Valleyfield. L'évènement, devenu le rendez-vous sportif incontournable des athlètes de tous niveaux à Salaberry-de-Valleyfield, se tiendra les 17 et 18 août ...

Des mesures en place pour se rafraîchir à Beauharnois

En raison de la chaleur annoncée pour les prochains jours, la Ville de Beauharnois met en place une série de mesures pour aider les citoyens et citoyennes à rester au frais et propose des conseils pour prévenir les effets de la chaleur. La bibliothèque demeure un lieu climatisé pour lequel les citoyens peuvent y aller se rafraichir selon ...

Festival des arts: une 20e édition sous la thématique « L’espoir, malgré tout »

C’est lors d’une conférence de presse, à l’édifice Jean-H.-Besner, que le Festival des arts de Valleyfield (FAV) a dévoilé sa programmation bonifiée grâce au 150e anniversaire de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield. Un nombre plus élevé d’artistes, une allée des saveurs avec plus d’exposants et de l’animation pour divertir les visiteurs présents ...