Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une soixantaine de personnes sont sans domicile fixe à ce jour

L'itinérance est en hausse sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield

durée 18h00
15 septembre 2022
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

La pandémie qui a touché le Québec, et les régions de Beauharnois-Salaberry et de Vaudreuil-Soulanges dans les dernières années a exacerbé plusieurs problématiques et notamment celles en lien avec la santé mentale et physique. À Salaberry-de-Valleyfield, l'itinérance est plus présente que jamais dans les rues de la municipalité. 

Selon l'organisme Pacte de rue qui intervient directement auprès de gens en situation d'itinérance, on en compte actuellement une soixantaine sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield au moment d'écrire ces lignes. 

Dans les dernières heures, un témoignage publié sur la page Spotted Valleyfield relate l'histoire de Martin. Décrit par l'auteur de la publication, comme aimable, honnête, conscient et intelligent, Martin vit dans la rue depuis 10 jours. Celui qui a toujours occupé deux emplois souffre aujourd'hui de problèmes de santé qui le rendent invalide. Après deux crises de coeur et atteint de diabète, l'homme se déplace aujourd'hui en marchette, car il commence à perdre la vue. 

N'ayant pas encore été reconnu comme invalide au sens de la loi, Martin doit dormir à la belle étoile, car il n'a pas l'argent requis pour mettre un toit au-dessus de sa tête. 

Après avoir payé des taxes et impôts pendant plus de trois décennies, Martin, qui n'a plus de parents et pas d'amis, a dû louer un entrepôt pour tenter de garder ses minces possessions. Mais il sait qu'à la fin du mois, il ne pourra payer le montant demandé pour la location. 

Peu de recours dans sa situation

De quel recours Martin dispose-t-il? De bien peu pour le moment. Les organismes qui viennent en aide à une clientèle itinérante, comme la Maison d'hébergement dépannage de Valleyfield, Le Refuge, Le Tournant, l'Aiguillage, Pacte de rue, Service de crise et Partout ne sont pas en mesure de l'accueillir en raison de sa marchette. Leur locaux ne sont pas adaptés pour recevoir une clientèle souffrant d'un handicap physique.

Face à l'augmentation des cas d'itinérance à Salaberry-de-Valleyfield, l'organisme Pacte de rue a distribué des tentes aux gens dans le besoin. 

Une rencontre entre la Ville de Salaberry-de-Valleyfield et les organismes qui interviennent auprès de cette clientèle est prévue la semaine prochaine afin de discuter de la situation et d'avancer des pistes de solution. 

 

 

 

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Projet de garderie compromis à Pincourt

Alors que des centaines de parents de la région peinent à trouver des places en garderie pour leurs enfants, un groupe de citoyens de Pincourt s’opposent vivement à l’implantation d’une installation subventionnée sur le territoire. « Je ne comprends pas comment des citoyens peuvent s’opposer à un tel projet. C’est à n’y rien comprendre », confie ...

COVID-19 : vaste étude auprès des jeunes Canadiens

La plus vaste étude jamais réalisée pour mesurer la séroprévalence de la COVID−19 chez les enfants et les jeunes au Canada sera pilotée à partir de Montréal. Annoncée jeudi, l’étude CURNLS vise à mieux comprendre les taux d’infection chez les enfants et les adolescents canadiens, un aspect qui demeure mal compris puisque la vaste majorité des cas ...

La TCA-VS souligne la Journée internationale des âinés

Quelque 200 aînés de la région ont eu droit à un dîner-spectacle, le 30 septembre dernier, dans le cadre de la Journée internationale des aînés, qui se tenait le 1er octobre. Sur les rythmes de Carl Gauthier, les convives ont pu danser et s’amuser. Organisé par les membres de la Table de concertation des aînés de Vaudreuil-Soulanges (TCA-VS), ...