Publicité

3 juillet 2020 - 15:36

Bilan COVID-19 en Montérégie

« Il faut apprendre à vivre avec le virus pour les prochains mois », Horacio Arruda

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Au cours des derniers jours, le direction national de la Santé publique au Québec, Horacio Arruda a entamé une tournée de la province. Celle-ci l’a mené en Montérégie, le vendredi 3 juillet pour dresser le bilan des derniers mois dans cette région où l’on compte maintenant 570 décès depuis le début de la crise. 

Après Montréal, la Montérégie a été la seconde région du Québec la plus touchée dans les derniers mois. C’est avec un masque au visage que M. Arruda et sa collègue, directrice de la santé publique en Montérégie, Julie Loslier, sont arrivés devant les caméras. 

Remercier et préparer la potentielle 2e vague 

Pour celui que l’on a découvert depuis le 13 mars dernier, il était important de parcourir les régions, en marge d’une possible seconde vague. « D’abord, je voulais venir remercier les gens qui travaillent en santé publique dans la région, car ils oeuvrent dans l’ombre depuis le début de la crise. Grâce à leurs efforts acharnés depuis plusieurs semaines, ils ont sauvé plusieurs vies. Dans un deuxième, cette tournée me permet de savoir ce qui a bien, et moins bien, fonctionné en vue d’une potentielle deuxième vague », a-t-il expliqué. 

Il est revenu sur les débuts de la crise où bien peu de choses étaient connues sur le virus. « On découvrait de nouveaux éléments chaque jour. Présentement, le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès sont stables en Montérégie, mais on surveille la situation de très près. Il ne faut surtout pas relâcher nos efforts et continuer de respecter les règles. C’est important pour atténuer les effets d’une potentielle 2e vague », a-t-il ajouté précisant du même coup que cette seconde vague n’est toujours pas arrivée et qu’on ne sait pas quand elle sera là. 

Il incite donc les employeurs et la population a être vigilants face au virus qui est toujours là. Selon lui, il faut apprendre à vivre avec ce dernier et intégrer dès maintenant les consignes, soit de se laver les mains fréquemment avec de l’eau et du savon, de porter le masque dès la sortie de la maison et de garder un 2 mètres de distance avec les autres quand c’est possible. 

À ce jour, 7800 cas ont été enregistrés en Montérégie et un près de la moitié ont été décelé chez des citoyens de l’agglomération de Longueuil. Sur les 570 décès survenus dans cette région, 92 % sont des 70 ans et plus. 

Les jeunes de plus en plus infectés 

Au cours des dernières semaines, M. Arruda a confié que le soleil et la chaleur ont causé un relâchement dans le respect des consignes. Une hausse des cas a notamment été remarqué chez les jeunes dans la vingtaine. « Celle-ci pourrait être explicable par le non-respect des consignes de distanciation et de port du masque. On a aussi noté une hausse du nombre de gens avec qui ils ont été en contact sans respecter le deux mètres », a-t-il confié. 

Une 2e vague possible, oui mais quand?

Ayant abondamment parlé d’une seconde vague, Dr. Arruda a mentionné ne pas savoir quand et si elle arrivera. « Elle peut être là en août, en octobre, en novembre, je ne le sais pas. Je serais le plus heureux des hommes si elle n’arrivait jamais. Mais comme on ne le sait pas, nos équipes travaillent déjà à se préparer pour celle-ci en rencontrant des intervenants sur le terrain. » 

Mme Loslier de son côté a aussi incité la population de la Montérégie a être prudente face à d’autres infections possibles cet été. « Je pense entre autre à la maladie de Lyme, transmissible par les tiques et bien présente dans notre secteur. La prudence est de mise. » 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.