Publicité
10 septembre 2019 - 13:11 | Mis à jour : 14:04

« La situation est totalement inadmissible. L'eau est primordiale, c'est un besoin fondamental. » - Patricia Domingos

Une famille de Sainte-Justine-de-Newton vit sans eau potable depuis six mois

Par Jessica Brisson, Journaliste

Toutes les réactions 2

Depuis mars 2019, Marie-Lise Pineault, Simon Lalonde et leur fils de 11 mois, de Sainte-Justine-de-Newton, vivent sans eau potable et pourtant, la municipalité se dégage de toutes responsabilités puisque le réseau est sous la responsabilité de la Ville voisine, soit Saint-Polycarpe.

En effet, les jeunes propriétaires de la résidence de la rue Principale à Sainte-Justine-de-Newton doivent s'alimenter en eau via un boyau d'arrosage fixé à la maison de leur voisin. « Les froids s'en viennent, l'hiver approche. Il faut que la situation se règle et rapidement. On ne pourra pas passer l'hiver comme ça », souligne d'entrée de jeux la jeune mère de famille.

Les problèmes d'alimentation en eau ont débuté en mars 2019 et depuis, malgré les pressions, rien n'est fait. « Sur notre terrain, nous avons un puits de surface. Chaque année, nous suivons les recommandations de Santé Canada quant à l'entretien du puits, mais cette année, il n'y a rien à faire. Le nombre de bactéries est tellement élevé dans le puits qu'il a été impossible pour les analystes de les dénombrer », poursuit Mme Pineault. Si certaines bactéries sont peu nocives, d'autres peuvent avoir des effets importants sur la santé dont la bactérie E. coli qui a été détectée dans le puits. 

Ce qu'il faut savoir, c'est que bien que les propriétaires habitent sur le territoire de Sainte-Justine-de-Newton, le réseau d'aqueduc les desservant appartient à la Municipalité de Saint-Polycarpe. « Nous sommes la seule maison qui n'est pas raccordée au réseau. C'est une décision de l'ancien propriétaire, qui a fonctionné pendant de nombreuses années, mais aujourd'hui ça ne tient plus la route », dedire Mme Pineault. 

Malheureusement pour la famille, le raccord au réseau municipal reste leur seule option puisque les normes en vigueur ne leur permettent pas l'installation d'un puits artésien. « Notre terrain n'est pas assez grand, on ne respecterait pas les règles. La seule solution qui nous reste est celle de se connecter au réseau d'aqueduc, mais encore faut-il que la municipalité nous aide. »

Des citoyens oubliés

Marie-Lise Pineault et son conjoint déplorent l'inaction de l'administration municipale. « Tant du côté de Sainte-Justine que de Saint-Polycarpe, on se sent oublié. À plusieurs reprises le maire ( NDLR Denis Ranger, maire de Sainte-Justine-de-Newton) nous a dit qu'il travaillait le dossier, qu'il était en communication avec la municipalité de Saint-Polycarpe. Mais je me suis vite rendu compte que ce n'était pas le cas. »

Grandement impliquée dans le dossier, la conseillère municipale de Sainte-Justine-de-Newton, Patricia Domingos, le confirme : « Quand le conseil a été mis au fait du problème il y a quelques mois, le maire avait dit s'occuper du dossier. Nous, au conseil, on ne pouvait que lui faire confiance. Or, voyant que le jeune couple n'avait toujours pas de réponse, nous avons pris les choses en main. J'ai accompagné Mme Pineault et M. Lalonde à la MRC et lorsque nous avons abordé la question, nous nous sommes rapidement rendu compte que le maire de Saint-Polycarpe, M. Poirier, n'était pas au courant de la situation. Notre maire, M. Ranger, n'avait rien fait pour le couple. Le maire a même eu l'audace de dire à la citoyenne de ne pas aller à Saint-Polycarpe pour aborder le sujet. »

La lumière au bout du tunnel

Du côté de la municipalité de Saint-Polycarpe, on dit prendre la situation très au sérieux. « C'est certain que le dossier nous préoccupe », explique Julie Paradis, adjointe au directeur général et secrétaire-trésorier, responsable du greffe et des communications à Saint-Polycarpe. 

Mme Paradis souligne également qu'en juillet dernier un contrat avait été octroyé à l'entreprise Lavigne Excavation inc. pour la réalisation des travaux. « Malheureusement, l'entreprise n'était pas en mesure de respecter l'ensemble des exigences de l'appel d'offres et a dû se retirer. »

Le 9 septembre, le conseil a toutefois annoncé que les travaux seront finalement faits par la firme E. Rollin Compagnie ltée, au montant de 9 190 $ incluant les taxes. « Pour l'instant, on ne peut dire quand exactement les travaux vont débuter. Il faut aussi savoir qu'une partie de cette route est gérée par le ministère des Transports, alors tout doit aussi être conforme de leur côté. L'entrepreneur nous a assuré qu'il débutera rapidement les démarches pour entreprendre les travaux », poursuit Mme Paradis.

Mais si.....

« Je suis bien contente de savoir qu'un contrat a de nouveau été donné, mais j'ai bien peur qu'il arrive la même chose qu'en juillet et que l’entrepreneur doit lui aussi se retirer », souligne avec inquiétude Marie-Lise Pineault. «  Le premier contrat a dû être annulé parce que, selon ce qui nous a été dit, la municipalité de Saint-Polycarpe avait oublié, lors de la soumission verbale, de dire que l’entrepreneur devait avoir une accréditation qui lui permettait de dire que le raccordement était conforme et qu'on pouvait remblayer. » Est-ce que la même exigence a été donnée au nouvel entrepreneur ? Est-ce qu'il est en possession de cette accréditation ? Tant de questions auxquelles la mère de famille n'a pas de réponses. 

Et si les travaux ne peuvent être réalisés avant l'hiver, comment la famille pourra-t-elle s'alimenter en eau ? Est-ce que l'une des municipalités impliquées dans le dossier assurera l'alimentation en eau pour la famille ? D'un côté ou de l'autre, on ne peut répondre à la question.

« Pour l'instant, une des solutions qui est envisagée est de se munir d'un énorme réservoir d'eau et de demander aux pompiers de venir nous le remplir au besoin », ajoute la propriétaire.

Le conseil municipal de Sainte-Justine-de-Newton se rassemblera ce mardi 10 septembre. « La situation est totalement inadmissible. L'eau est primordiale, c'est un besoin fondamental. On ne va pas laisser tomber cette famille et ce soir au conseil, la question sera abordée, soyez-en assurée », conclut Patricia Domingos.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactions
  • Sa fais 5 ans je demande à st polycarpe de venir localisée bon bonhomme à l'eau je suis résident de ste justine j'appel 2 fois par année on paye des taxe d'eau et 0 service juste un paquet de mensonge

    Mathieu wilson - 2019-09-11 09:39
  • Ou au droit la
    De la personne il vont être la pour vous amener les en cours et retirer leur la somme nécessaire pour couvrir tout les perte que sa sois économique dommage latéraux ou psychologique et osi pour votre enfants tout tout tout et si vous avez besoin d'un coup de main esiter pas à communiquer avec moi 5794915055

    Adrienne - 2019-09-13 14:31