Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Les auteurs de l'étude ont interrogé 1080 participantes au sujet de facteurs de risque médicaux, comportementaux et sociaux.

La santé des femmes est souvent peu optimale avant une grossesse

durée 13h14
16 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La santé des femmes laisse souvent à désirer avant leur grossesse, ou même entre deux grossesses, et ce en dépit des ressources à leur disposition, démontre une étude réalisée par une chercheuse torontoise.

L'excès de poids, la sédentarité, une alimentation déficiente et des troubles de santé mentale comptent parmi les principaux problèmes répertoriés par Cindy-Lee Dennis, de l'Université de Toronto, et ses collègues.

Environ la moitié des grossesses ne sont pas planifiées, a rappelé la docteure Anne-Maude Morency, qui est obstétricienne-gynécologue au Centre universitaire de santé McGill, et il donc difficile pour une femme de prendre sa santé en main avant de tomber enceinte.

Mais même parmi celles qui planifient leur grossesse, «la réalité est que seulement la petite minorité des gens viennent dans ces cliniques préconceptionnelles», a-t-elle ajouté en référence aux cliniques où les femmes peuvent obtenir un bilan de leur état de santé «dans le but d'optimiser une grossesse future».

«C'est dommage en fait que les gens ne puissent pas venir pour un bilan en préconception, peut-être que ça ne fait pas partie de la culture générale, mais ce sont des services qui existent», a rappelé la docteure Morency.

Les auteurs de l'étude ont interrogé 1080 participantes au sujet de facteurs de risque médicaux, comportementaux et sociaux. Les participantes affichaient, en moyenne, quatre facteurs de risque chacune.

Par exemple, environ 45 % d'entre elles avaient un indice de masse corporelle supérieur à 30, ce qui en fait des personnes obèses selon les critères de l'Organisation mondiale de la santé. Les femmes dont l'IMC est supérieur à 25 ont un risque accru de complications graves pendant la grossesse; le risque d'obésité sera aussi plus élevé pour l'enfant.

Certaines femmes qui présentent une obésité morbide pourront se voir proposer une chirurgie bariatrique avant leur grossesse, a indiqué la docteure Morency, ce qui illustre l'importance de demander de l'aide longtemps avant la conception.

Ce ne sont pas toutes les femmes qui ont besoin des services d'une clinique préconceptionnelle, poursuit-elle, mais celles qui savent, par exemple, qu'elles souffrent d'embonpoint, d'hypertension ou de diabète auraient tout intérêt à se tourner vers elles.

«Il y a quand même beaucoup de gens qui n'ont pas de médecin de famille, donc cette espèce de counseling préconception-là n'est pas toujours fait, a rappelé la docteure Morency. Il y a pourtant la possibilité d'optimiser plein de choses avant une grossesse, même chez les gens qui ne sont pas si à risque que ça.»

La consultation est d'autant plus importante si la première grossesse a été marquée par certains problèmes que l'on souhaite éviter lors des grossesses subséquentes, conclut-elle.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal médical BMJ Family Medicine and Community Health.

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


15 juin 2024

Les melons peuvent être contaminés à la salmonelle

C'est l'été et les melons constituent souvent une collation rafraichissante pour nous et nos familles. Saviez-vous que les melons peuvent être contaminés par la salmonelle? La Dirction de la santé publique de la Montérégie met en garde la population à cet effet. La peau ou l'écorce de tous les melons peut devenir contaminée, car ils sont cultivés ...

Coups de chaleur au travail: Soyez vigilants

Il fait beau, il fait chaud, l'été est bel et bien installé sur Vaudreuil-Soulanges. Mais que l'on aime ou pas la chaleur estivale, il convient d’être prudent pour éviter un coup de soleil ou un coup de chaleur. La masse d'air chaud qui recouvre le sud du Québec depuis quelques jours devrait persister jusqu'à jeudi matin. Les températures ...

Données de l'ISQ: les Québécois fument moins la cigarette, mais vapotent plus

La proportion des Québécois qui fument la cigarette tend à diminuer, mais ils sont plus nombreux à vapoter, montre de nouvelles données de l'Institut de la statistique (ISQ) dévoilées jeudi. L'Enquête québécoise sur le tabac et les produits de vapotage de 2023 a été menée auprès de 12 000 personnes de 15 ans et plus. Il en ressort que les jeunes ...