Publicité

24 janvier 2021 - 10:00

Près d'une cinquantaine de personnes sont touchées

Deux éclosions de COVID-19 à l’hôpital du Suroît

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Depuis la mi-décembre, deux éclosions de COVID-19 ont été signalées à l’Hôpital du Suroît. En date du 22 janvier, 48 personnes étaient touchées, dont 35 patients et 13 membres du personnel.

« Actuellement, nous avons, en zone chaude, 13 lits d’occupés sur une capacité de 15. L’ouverture de la zone « COVID » nous permet d’éviter de transférer les patients vers l’hôpital Anna-Laberge qui est elle aussi sous pression », explique Jade St-Jean, responsable des communications au CISSS de la Montérégie-Ouest.  Selon Mme St-Jean, le nombre d’hospitalisations dans le réseau du CISSSMO a connu une forte hausse dans les deux dernières semaines. Cette augmentation serait causée par la transmission communautaire fort importante dernièrement.

« L’équipe de prévention et de contrôle des infections prête main forte aux équipes de l’hôpital et une enquête épidémiologique est également en cours pour retracer les contacts des différents cas d’infection », ajoute la porte-parole du CISSSMO.

Plus de délestage possible

Bien que les services dans les CLSC aient été réduits, de même que les chirurgies, afin de mobiliser le personnel soignant là où les besoins sont criants, le CISSSMO n’écarte pas la possibilité de procéder à plus de délestage. « Nous sommes à analyser s’il y a d’autres services non urgents qui pourraient être réduits. Évidemment avant d’aller de l’avant avec de telles mesures, il faut s’assurer que les impacts ne seront pas trop importants », poursuit Mme St-Jean.

Retard dans l’ouverture du complexe modulaire

Alors que l’ouverture du complexe modulaire temporaire construit l’année dernière était prévue pour le mois de décembre 2020, le contexte de pandémie, le délestage et la pénurie de main-d’oeuvre sont venus contrecarrer les plans de l’Hôpital du Suroît. « On espère vraiment pouvoir ouvrir le complexe dès que possible. L’enjeu reste de trouver du personnel », conclut Jade St-Jean.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.