Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

31 % des 74 habitations ayant réalisé le test de dépistage ont mesuré un taux de plus de 200 Bq/m3

Radon: Vaudreuil-Dorion met des détecteurs à la disposition de ses citoyens

durée 12h02
6 novembre 2020
Jessica Brisson
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

La Ville de Vaudreuil-Dorion profite du mois de la sensibilisation au radon pour inciter sa population à mesurer la concentration de ce gaz dans son domicile et met à la disposition de ses résidents des détecteurs de radon au coût modique de 5 $, incluant leur analyse et l’envoi postal. 

À pareille date l’an dernier, la Ville de Vaudreuil-Dorion s’associait à l’Association pulmonaire du Québec dans le cadre de la campagne provinciale Villes et municipalités contre le radon, en plus de participer au défi « 100 trousses de dépistage du radon », de la coalition Occupe-toi du radon. 

Selon le rapport obtenu par l’organisation, 31 % des 74 habitations ayant réalisé le test de dépistage sur le territoire de Vaudreuil-Dorion ont mesuré un taux de plus de 200 Bq/m3, soit la ligne directrice canadienne.

Au-delà de cette concentration, des travaux d’atténuation du radon s’avèrent nécessaires. Les concentrations pouvant varier entre les maisons d’un même quartier, la seule façon de connaître celle de son domicile est de la mesurer.

Comment mesurer la concentration de radon 

Les citoyens de Vaudreuil-Dorion peuvent se procurer un détecteur de radon à l’hôtel de ville au coût de 5 $ seulement. Dans le contexte actuel, il est nécessaire de prendre rendez-vous au préalable avec le personnel de la Section environnement au 450 455-3371, option 1 ou à [email protected]

Ils devront fournir une preuve de résidence et le formulaire dûment rempli, disponible sur le site Web de la Ville dans la section Environnement / Protection de l’Environnement / Subventions environnementales. Il est conseillé d’effectuer cette mesure en hiver pour une période minimale de trois mois.

Qu’est-ce que le radon?

Le radon est un gaz radioactif présent dans le sol qui provient de la dégradation de l’uranium. Ce gaz incolore, inodore et insipide est libéré dans l’air et se mélange aux gaz ambiants. La concentration naturelle est alors trop faible pour représenter un danger potentiel, mais il peut s’infiltrer dans les bâtiments et s’y accumuler. Selon la concentration, il peut en résulter des problématiques de santé. 

D’après les estimations de Santé Canada, environ 16 % des décès attribuables au cancer du poumon seraient liés à l’exposition au radon dans les habitations. Il serait d’ailleurs la principale cause de ce type de cancer chez les non-fumeurs.

Pour en savoir plus : takeactiononradon.ca ou poumonquebec.ca

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


2 décembre 2022

Christian Dubé lance un appel aux infirmières pour venir en aide

La situation dans le système de santé au Québec «va continuer d’être difficile» au cours des prochaines semaines, a prévenu jeudi le ministre de la Santé, Christian Dubé.  Il lance un appel aux infirmières afin qu’elles viennent prêter main−forte au service Info−Santé. Très populaire, la ligne 8−1−1 a reçu pas moins de 10 000 appels dans la ...

22 novembre 2022

Dubé mise sur la gestion locale des horaires des infirmières et le décloisonnement

Pour faire face aux problèmes avec la main-d'oeuvre infirmière, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, pense avoir trouvé une «recette» qui fera «une différence» et qui passe par le décloisonnement des professions et la gestion locale des horaires. Le ministre affirme aussi miser moins que lors de la dernière négociation ...

16 novembre 2022

Trois virus inquiètent les autorités gouvernementales du Québec

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le Dr Luc Boileau, directeur national de la Santé publique, ont tenu un point de presse afin de faire un bilan sur la situation sur la COVID, mais également les maladies infectieuses et respiratoires. En effet, les instances ne s’inquiètent plus que pour la COVID, mais également pour l’influenza et le ...