Publicité

10 septembre 2020 - 10:55 | Mis à jour : 11:51

« C’est le temps de sévir » - François Legault

Les récalcitrants seront mis à l'amende

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Les citoyens qui refusent de porter le masque dans les endroits publics intérieurs se verront recevoir des amendes dès samedi. C’est du moins ce qu’a laissé savoir le premier ministre du Québec, ce jeudi lors d’une conférence de presse, où l’accompagnait le ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Christian Dubé et le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

« On ne peut pas accepter que quelques individus irresponsables mettent à risque toute notre société au Québec… Il est temps de sévir », a laissé savoir le premier ministre. Des amendes seront donc remises aux individus qui ne respectent pas les consignes, plus spécifiquement le port du masque dans les lieux publics fermés.

Rappelons qu’en juillet dernier, lorsque le gouvernement de M. Legault avait rendu obligatoire le port du masque dans les lieux publics, la responsabilité de veiller au respect des consignes sanitaires revenait aux commerçants. Ces derniers pouvaient se voir recevoir des amendes allant de 400 à 6000$. Or, dès samedi, les citoyens s’exposeront à une amende en cas de non-respect des règles. 

Si la nouvelle règlementation s’applique à l’ensemble du Québec, M. Legault et son équipe demandent à ce que les autorités se concentrent sur les « zones jaunes  là où, toutes proportions gardées, il y a plus de cas. »

Bien qu’il considère la situation sous contrôle, M. Legault souligne tout de même « qu’il y a une tendance qu’on n’aime pas ! » Néanmoins, un reconfinement général des personnes et des entreprises, tel qu’a connu le Québec au printemps dernier, n’est pas envisagé par le gouvernement. « On ne croit pas que ce soit nécessaire. » Quant aux bars, le premier ministre souligne qu’à court terme aucune fermeture n’est prévue, « mais on exclut rien », ajoute-t-il.

Des modalités à confirmer

À l’heure actuelle, les modalités des amendes qui seront imposées aux récalcitrants n’ont toujours pas été confirmées. La ministre de la Sécurité publique, Mme Geneviève Guilbault, travaille à peaufiner le cadre juridique. Les détails seront dévoilés ce vendredi. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.