Publicité

3 novembre 2021 - 18:00

Exercice démocratique à l’approche du 7 novembre

Des citoyens questionnent les candidates à la mairie de Rigaud

Dans le cadre des élections municipales du 7 novembre prochain, un regroupement citoyens de Rigaud a mis sur pied une action visant à permettre aux citoyens de faire un choix plus éclairé ce dimanche. Pour ce faire, des questions ont concoctées pour les candidats à la mairie. Néomédia vous présente aujourd’hui les réponses obtenues dans le cadre de cette démarche citoyenne.

Notons que le candidat Guy Turcotte a décliné l’invitation du regroupement citoyen et n’a donc pas participé à cet exercice.

Les questions acheminées traitent de l'environnement, de l'urbanisme, du transport, de la culture, de la vie sociale, du commerce et de l'industrie, des finances, d'un règlement municipal spécifique, d'un dossier précis, etc. Tous les sujets étaient permis, pourvu que la question fût formulée avec respect et qu'elle offrit aux candidat(e)s une opportunité de communiquer leur vision et leurs idées.

Au total, sur la trentaine de questions reçues, 15 ont été posées aux candidates Edith de Haerne (EDH) et Marie-Claude Frigault (MCF) qui brigue toutes deux le poste de mairesse.

Voici l’intégral de celles-ci et de leur réponses:

Thème: Votre vision de la Ville de Rigaud

Q1: 1. Soyons fous, si vous aviez des moyens infinis, quels sont les projets / dossiers dont vous feriez votre priorité en tant que mairesse ?

MCF:  Il est rare qu’on puisse faire abstraction de l’aspect financier des projets municipaux. Je suis plutôt quelqu’un de pragmatique. Mais pour me porter au jeu, je vous répondrais ceci; tout d’abord, j’irais à la rencontre de la population pour qu’ensemble nous puissions choisir des projets qui nous ressembles. De mon côté, je dynamiserais les rues St-Jean-Baptiste et St-Pierre, Je sais qu’elles appartiennent au MTQ mais j’aimerais rendre ces rues chaleureuses, champêtres, accueillantes et verdoyantes.

EDH: C’est très simple : En premier lieu, régler le problème de pénurie d’eau potable en temps de sécheresse. Ensuite, réaliser le plan stratégique dans une perspective de développement durable 2018-2033 en 5 ans! Construire demain aujourd’hui! Une ville aux joyaux naturels préservés – Une ville dynamique économiquement – Une ville harmonieuse – Une Ville et des citoyens engagés. Je vous invite à lire, ou à relire, l’ensemble du plan stratégique sur le site de la Ville de Rigaud (www.ville.rigaud.qc.ca sous l’onglet Vie municipale / Développement durable).

 

Thème: Protection et mise en valeur de notre patrimoine naturel

Nous avons reçu plusieurs questions concernant la protection du Mont Rigaud, manifestement un enjeu de grande importance pour les Rigaudien(ne)s. Même si nous avons des règlements en place qui, en principe, protègent les zones à valeur écologique élevée, l’expérience nous démontre que ces règlements peuvent aisément être modifiés.

Q2: Est-ce que la protection de la montagne de Rigaud est un enjeu important pour vous ? Si oui, quelles actions comptez-vous poser pour assurer une meilleure protection du Mont Rigaud ?

MCF: C’est une question qui revêt toute son importance à mes yeux. Le Mont Rigaud est l’emblème de notre région; les actions qui pourraient assurer une meilleure protection sont sans doute la volonté de la protéger. Il faut éviter d’opter pour un développement économique improvisé qui nuirait à l’aspect environnemental du Mont Rigaud.

EDH: La protection de la montagne de Rigaud est très importante pour moi, pour la ville et je suis certaine pour le prochain conseil. Outre le règlement de contrôle intérimaire que nous avons adopté, nous avons également mis en place la Fiducie de conservation du patrimoine naturel de Rigaud dont la mission première d’acquérir des terrains à valeur écologique, et de maintenir, améliorer, préserver, protéger et conserver à perpétuité ces terrains.

Q3: Le règlement RCI-229 vise la protection des zones à valeur écologique élevée et très élevée de la montagne de Rigaud. Allez-vous défendre ce règlement malgré la pression pouvant être exercée par certains propriétaires ou développeurs pour en modifier la portée afin de permettre la construction sur des aires protégées ?

MCF: Le règlement RCI-229 a tout mon appui quant au respect des zones à valeur écologiques élevées et très élevées du Mont Rigaud. Rien ne doit se faire en contournant les lois, règlements et normes établies pour assurer la protection environnementale. Nous devrons jouer de prudence lorsque les divers projets nous seront amenés à la table du conseil.

EDH: Le conseil de Ville a travaillé pendant des années pour arriver à cette solution pour protéger les zones à valeur écologique élevée et très élevée. Ce serait vraiment désolant de sombrer sous les pressions des développeurs ou des propriétaires qui désirent en modifier la portée. Le département d’urbanisme de la Ville de Rigaud a toujours été rigoureux dans l’application de cette réglementation.

 

Q4: La rivière Rigaud est polluée par les charges trop élevées en azote, phosphore, sédiments et coliforme. Quel est votre plan pour réhabiliter et protéger cet écosystème ?

MCF: La rivière Rigaud recueille plusieurs affluents qui sont situés dans d’autres municipalités, voire d’une autre province. Il faudra s’assurer que tous les propriétaires riverains respectent les normes environnementales en place qui pourraient contribuer à la qualité de l’eau de notre rivière. Des pourparlers devront être entrepris avec les municipalités ou province qui sont aux prises avec les mêmes problèmes de qualité de l’eau de la rivière Rigaud. Nous chercherons une volonté commune afin de travailler ensemble pour assainir nos cours d’eau et protéger ses écosystèmes. Chaque petite étape sera à considérer; un problème qui date de pratiques négligentes remontant à plus d’un siècle peut difficilement se résoudre en un claquement de doigts, mais nous y mettrons tous nos efforts.

EDH: La montagne et la rivière sont des joyaux dont on doit absolument prendre soin. Pour la rivière, je suis d’accord qu’il est plus que temps qu’on s’y intéresse et si je suis élue, je vais, avec l’aide des membres du conseil municipal, mettre en place un plan d’action pour commencer rapidement à faire un bilan de l’état de santé de la rivière sur le territoire de Rigaud tout en gardant un œil sur ce qui nous arrive de l’autre côté de la frontière ontarienne. Pour ce faire, nous devrons mettre en place un programme d’étude de l’eau et de son écosystème (la dernière étude date de 1983). Comme je l’ai mentionné dans mon programme, je souhaite que le conseil de ville travaille à l’élaboration d’un plan global de mise en valeur des plans d’eau et leurs accessibilités. Avec la collaboration des agriculteurs et de tous les citoyens, nous pourrions réduire la pollution, s’assurer que la vie aquatique soit protégée et redonner aux citoyens l’accès aux berges et la possibilité d’y pratiquer des activités sportives et de loisir en toute sécurité. C’est un projet ambitieux, de longue haleine, mais essentiel pour le futur de nos enfants et nos petits-enfants.

Q5 5. Quelles mesures comptez-vous mettre en place pour assurer la préservation des milieux naturels (bandes riveraines, terres, milieux humides, forêts, etc.) ?

MCF: Il va sans dire qu’une élection ne peut suffire à transformer un élu en spécialiste environnemental. Cependant, nous devrons nous entourer de spécialistes crédibles qui sauront nous apporter leurs recommandations et nous faire part de nos options.

EDH: Le plan d’urbanisme de Rigaud assure déjà une bonne protection des milieux naturels de la ville. Toutefois, la règlementation pourra être bonifiée selon les besoins.

La gestion de l’eau potable est une préoccupation pour beaucoup des citoyen(ne)s. L’aquifère de Rigaud est très vulnérable aux sécheresses et selon une étude de 2015, chapeautée par l’UQAM, elle est surexploitée à 25%.

Q6. Comment comptez-vous prévenir une éventuelle pénurie d'eau, considérant également les nouveaux projets dans les secteurs industriels et résidentiels à venir ?

MCF: La pénurie d’eau potable est une éventualité qu’il faut envisager; il nous est donc nécessaire d’étudier sérieusement l’impact de chacun des projets présentés au Conseil afin de trouver une solution à chaque problème éventuel avant même qu’ils ne se présentent. Vaut mieux prévenir que guérir.

EDH: Vous avez tout à fait raison! La gestion de l’eau potable est non seulement une préoccupation à Rigaud mais dans le monde entier. Les changements climatiques, la production agricole, les industries, la surconsommation personnelle. Chacun citoyen, corporatif ou non, aura des gestes à poser. La Ville de Rigaud a également la responsabilité de s’assurer des besoins en eau potable d’une industrie avant d’émettre un permis de construction ou d’exploitation. À quelques reprises, la Ville de Rigaud s’est vue dans l’obligation de refuser certaines industries ne répondant pas aux critères d’utilisation d’eau potable. Les projets résidentiels sont aussi étudiés préalablement à l’émission d’un permis.

 

Thème: Développement économique et urbanisme

Q7: Qu'est-ce que vous prévoyez faire avec les nombreux terrains maintenant devenus vacants suite aux inondations ?

MCF: Pour l’instant, nous avons les mains attachées par la zone d’intervention spéciale (ZIS). Nous sommes en attente des directives du gouvernement du Québec concernant la levée de celle-ci. Il y a eu des discussions sur des possibilités mais rien de concret. Vous comprendrez que je ne m’avancerai pas sur ce que je prévois faire avec ces terrains. Chose certaine, nous allons prendre le temps d’analyser toutes les pistes de solutions le temps venu.

EDH: Mise en valeur des plans d’eau et leurs accessibilités Lorsque le cadre normatif de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables sera déposé par le Gouvernement du Québec, nous pourrons considérer la création d’un parc riverain en réhabilitant les terrains qui ont été remis à la Ville de Rigaud à la suite des inondations historiques de 2017 et 2019.

Q8: Comment envisagez-vous le développement économique de la ville de Rigaud ? Quels secteurs prévoyez-vous encourager ?

MCF: Le développement économique de Rigaud doit se faire de façon réfléchie, en choisissant des entreprises susceptibles de créer un certain nombre d’emplois rémunérateurs et favoriser la main d’oeuvre disponible à Rigaud. Nous devons aussi éviter les industries polluantes qui apporteraient davantage de problèmes environnementaux à notre ville. Il est déjà établi par la MRC que Rigaud serait le pôle agroalimentaire. Est-ce que c’est coulé dans le béton, ça reste à voir.

EDH: L’implantation d’un parc industriel pourrait être la pierre angulaire pour la relance économique de la Ville de Rigaud. Nous devons encourager la venue d’entreprises offrant des emplois stimulants et payants offrant des conditions de travail intéressantes. Nous devons également soutenir les entreprises locales existantes pour les aider à grandir.

 

Thème: Mobilité durable & Infrastructure routière

Nombreux sont ceux et celles qui manifestent des préoccupations concernant le manque d’infrastructures sécurisant, facilitant et encourageant la mobilité durable dans notre municipalité. Le besoin d’un développement de la mobilité durable est criant et nous avons reçu de nombreuse questions sur le sujet.

Q9. Quel est votre engagement et volonté à vous investir dans ce dossier, sans balayer le problème dans la cour du MTQ ? Comptez-vous mettre en place des vraies actions au courant de votre mandat pour permettre à notre ville de devenir plus accessible à vélo et d’avoir des pistes cyclables reliées entre elles ?

MCF: Je pense qu’il est important d’accélérer la cadence concernant plusieurs liens cyclables qui permettront aux gens, dans les différents quartiers, de se déplacer à vélo pour se rendre au centre-ville et dans les parcs. Je souhaite que le prochain conseil aille de l’avant en élaborant les tronçons prioritaires tout en planifiant le budget nécessaire pour réaliser le circuit.

EDH: Comme je l’ai déjà mentionné aux membres de l’escouade Éco-citoyenne, je m’engage, en autant que le conseil de ville soit en accord, à m’investir dans ce

dossier. Tout comme vous, j’espère avoir la chance de me promener à vélo dans le centre-ville sans avoir la peur de me faire happer par une voiture ou un autobus.

Q10:10. Comment comptez-vous faire respecter les limites de vitesse sur tout le territoire ?

MCF: Le respect des limites de vitesse peut être encouragé de différentes façons commençant par la sensibilisation auprès des utilisateurs de la route. Je pense aussi à des dispositifs tels qu’une meilleure signalisation routière, des panneaux indicateurs de la vitesse des véhicules à des endroits stratégiques, des traverses piétonnières avec signalisation de lumières, ou même des dos d’ânes.

EDH: Cette année, à la demande des résidents, nous avons abaissé les limites de vitesse sur une grande partie des routes de la ville, de façon à assurer la sécurité des piétons, des cyclistes et des automobilistes. Ces changements continueront au printemps prochain. Nous devrons faire des campagnes de sensibilisations auprès des citoyennes et des citoyens, comme nous l’avons fait auprès des parents d’élèves dans les secteurs scolaires.

Q11: Il y a plus d’une centaine de résidences dans le secteur du Bas-de-la-Rivière qui sont accessibles uniquement par le chemin du Bas-de-la-rivière. Ce chemin est fragilisé par les inondations et l’érosion des berges. Que prévoyez-vous faire pour assurer un accès permanent et sécuritaire à ce secteur ?

MCF: Tous d’abord, il est bien important de savoir qu’il y a des coûts rattachés à un tel projet. Il y aura certainement un impact financier peu importe la voie que nous emprunterons. Notre rôle en tant qu’élu(e)s est d’analyser les subventions disponibles pour que les citoyens de Rigaud ne soient pas impactés sur leur compte de taxes.

EDH: Nous avons mandaté une firme conseil pour faire une étude portant sur les différents scénarios possibles pour assurer un accès sécuritaire en période d’inondation. Les recommandations présentées, soit le rehaussement du chemin du Bas-de-la-Rivière, la mise en place d’un chemin alternatif, ou une solution hybride (rehaussement partiel du chemin et utilisation d’un équipement de type Water-Gate) ont des coûts prohibitifs pour la Ville en ce moment. Occasionnellement, de nouvelles subventions en infrastructure sont offertes par le biais du gouvernement. Nous devons donc être prêts, avec plans à l’appui, à en faire la demande lorsque ces subventions deviendront disponibles.

 

Thème: Agriculture et alimentation

Q12: Un marché fermier hebdomadaire à Rigaud ? L’idée vous interpelle ?

MCF: Le marché fermier à Rigaud serait une excellente initiative et offrirait l’occasion aux producteurs maraîchers de la région de faire connaître leurs produits, et démystifier les pratiques agricoles. 

EDH: Je fréquentais le marché champêtre toutes les semaines lorsqu’il était sur la rue St-Viateur. Donc, pour répondre à votre question, c’est oui!

Québec a reconnu récemment l’importance de la résilience alimentaire pour la province et ses municipalités. Plusieurs villes québécoises se sont dotées d’une politique « ville nourricière » assurant l’intégration dans leur réglementation et planification urbanistique de mesures favorisant la sécurité alimentaire. Le règlement de zonage de ces villes intègre l’agriculture urbaine aux zones résidentielles, commerciales et industrielles, autorisant la culture de fruits et légumes, l’hydroponie, la pisciculture, l’aquaponie, l’apiculture et la garde de poules pondeuses.

Q13. Seriez-vous prêt(e) à apporter les changements nécessaires au règlement de zonage pour initier une telle transition pour Rigaud afin qu’elle devienne ville nourricière ?

MCF: L’idée est très intéressante et mérite d’être étudiée sur toutes ses facettes. Je suis très favorable à commencer à élaborer un règlement spécifique qui comprendrait, oui l’agriculture urbaine et les poules mais aussi les abeilles. Déjà, nous pourrions avec la collaboration de citoyens engagés pour la cause, dès l’an prochain faire des plantations d’arbres fruitiers à des endroits stratégiques.

EDH: La sécurité alimentaire est en effet très importante. Je suis prête et très intéressée à étudier ce projet avec l’aide du conseil, du département d’urbanisme et des citoyens. Lors des retrouvailles d’automne de Rigaud qui a eu lieu en septembre, c’est le projet pour lequel j’ai voté!

Q14: Avez-vous des idées pour aider nos agriculteurs, maraichers et fermiers à adopter des méthodes de culture écologiques et durables ?

MCF: Les agriculteurs s’informent et se renseignent principalement auprès d’experts comme les agronomes du MAPAQ ou d’Agriculture. Les fournisseurs de semences utilisent aussi des agronomes. Le ministère de l’Environnement est également impliqué. Nous continuerons à nous renseigner auprès des agences gouvernementales du point de vue municipal et agirons en fonction des recommandations.

EDH: Mes connaissances en agriculture écologique et durable sont très limitées. Cependant, un des membres du conseil est agronome de formation. Nous pourrons surement compter sur sa culture (jeux de mots voulu!). J’ai aussi rencontré plusieurs producteurs agricoles qui sont prêts à s’impliquer.

 

Thème: Patrimoine culturel

Q15: Seriez-vous en faveur d’un projet qui permettrait la conservation et la mise en valeur de l’ancienne gare de Rigaud, bâtiment patrimonial ? Plusieurs idées ont été évoquées dans la communauté, notamment de convertir la gare en un amalgame de pole récréotouristique, café citoyen, cuisine communautaire, salle de spectacle et exposition.

MCF: L’ancienne gare de Rigaud a été trop longtemps oubliée. Il est temps de prendre nos responsabilités et aller de l’avant avec un projet rassembleur. Les idées que vous évoquez sont très intéressantes et méritent qu’on s’y penche davantage. J’ai toujours été en faveur de la restauration de la gare de Rigaud.

EDH: Je suis plus qu’en faveur d’un projet pour mettre en valeur l’ancienne gare de Rigaud. Il y a deux ou trois ans, nous avons fait préparer des plans préliminaires pour avoir une idée des coûts de rénovation. Bien que la gare soit solide et avec une ossature sensationnelle, l’estimé des coûts de la mise aux normes pour en faire un édifice public était d’environ 1,2 millions de dollars. C’est un bâtiment patrimonial, et nous pourrions aller chercher des subventions à la hauteur de 50 %.

Q16: Qu’est-ce que vous allez faire pour mettre en valeur et protéger le patrimoine architectural ?

MCF: Il est primordial à mon avis de protéger notre patrimoine qui a une importante valeur historique. Depuis juin dernier, toutes demandes de démolition d’un bâtiment patrimonial identifié de 1940 et moins, devront passer par le ministère de la culture et des communications du Québec. Continuons de protéger le patrimoine de Rigaud.

EDH: Le patrimoine bâti de la Ville de Rigaud est déjà bien encadré par le programme particulier d’urbanisme du centre-ville de Rigaud (PPU) ainsi que par le plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA). Comme tout programme et tout plan, ceux-ci devront être révisé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.