Publicité

7 décembre 2019 - 11:18

Fédération autonome de l'enseignement

La tournée « Nous, les profs, c'est à notre tour! » de passage dans Vaudreuil-Soulanges

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Voir la galerie de photos

Dans le cadre de sa tournée Nous, les profs, c'est à notre tour !, la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) était de passage dans Vaudreuil-Soulanges, le 5 décembre dernier. 

Pour l'occasion, une trentaine d'enseignants affiliés au Syndicat de l'enseignement des Seigneuries (SES) se sont rassemblés devant les bureaux de la Commission scolaire des Trois-Lacs, le temps d'un barbecue extérieur. Sylvain Mallette, président de la FAE et Julie Lessard, vice-présidente du SES étaient aussi sur place afin de discuter des enjeux et des demandes des enseignants et des enseignantes, en vue du renouvellement du contrat de travail des membres de la FAE qui viendra a échéance, le 31 mars 2020.

« Le Syndicat de l'enseignement des Seigneuries a organisé un événement festif, familial à l'approche des négociations pour pouvoir parler avec nos collègues du projet de loi 40 », explique Julie Lessard, vice-présidente du SES et professeure d'anglais en deuxième secondaire, à l'École secondaire de la Cité-des-Jeunes, à Vaudreuil-Dorion. 

« Chaque Québécoise ou Québécois rêve d’un avenir meilleur. Pour les enseignantes et enseignants que nous représentons, cela doit se traduire par une reconnaissance réelle de leur expertise et par la revalorisation de leur profession, une profession malheureusement en souffrance. Pour les élèves, jeunes et adultes, particulièrement les plus vulnérables, mais aussi pour leurs parents, cela doit se traduire par des conditions d’apprentissage qui leur permettront de donner le meilleur d’eux-mêmes et de devenir eux aussi des citoyens libres, qui contribueront au développement du Québec. Les revendications que nous portons visent aussi à doter l’école publique des ressources dont elle a besoin pour faire vivre l’égalité des chances et redevenir le berceau de tous les possibles. Aujourd’hui, le gouvernement de François Legault a l’opportunité de soutenir les écoles publiques et les élèves qui les fréquentent ainsi que de reconnaître concrètement la profession enseignante, dont 73 % de ses membres sont des femmes », a lancé d'entrée de jeu, Sylvain Mallette, président de la FAE.

Huit revendications claires

Un salaire à la hauteur de l’apport des enseignantes et enseignants au développement du Québec et de ses régions ainsi que des conditions de travail et d’exercice qui permettront de prendre soin de l’école publique, mais aussi du personnel enseignant : voilà les demandes de la FAE. Plus exactement, la FAE demande: 

  • Des conditions économiques à la hauteur de l’apport des profs à la société québécoise
  • Une autonomie professionnelle respectée et une expertise reconnue
  • Une amélioration des conditions de travail des profs travaillant dans les milieux pluriethniques et dans les milieux défavorisés
  • Une amélioration de la composition de la classe et l’assurance de services de qualité pour toutes et tous
  • Un allègement du fardeau de la tâcheUne diminution de la précarité
  • Une insertion professionnelle réussie
  • Le respect du contrat de travail et des droits des profs

La tournée Nous, les profs, c'est à notre tour !, se terminera dans les prochains jours après deux mois à parcourir le Québec pour aller à la rencontre des enseignants, mais aussi de la population. « Nous nous sommes rendu compte dans les dernières semaines que la population nous appuie énormément dans notre démarche et que tout le monde est d'accord pour dire que les enseignants méritent de meilleures conditions. On espère que le message sera entendu à Québec  », conclut le président de la FAE, M. Sylvain Mallette.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.