Publicité

29 février 2020 - 05:00 | Mis à jour : 07:47

La danse des mains de Tina Struthers

La Salle Pauline-Julien se mérite le Prix Rideau Partenariat 2020

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

L’oeuvre La danse des mains de l’artiste en arts visuels de Vaudreuil-Dorion, Tina Struthers, ainsi que le spectacle 9, de Cas Public, ont permis à la Salle Pauline-Julien de remporter le Prix Rideau Partenariat 2020.

Chaque année, dans le cadre du Gala RIDEAU, la grande fête du milieu de la diffusion des arts de la scène, l'Association professionnelle des diffuseurs de spectacles honore des professionnels qui font preuve d’originalité et de créativité pour qu’artistes et publics se rencontrent. Le prix Partenariat vise à souligner l’audace de la collaboration et les perspectives de développement à long terme du projet, son rapprochement avec le milieu de l'éducation, de même que ses efforts de sensibilisation et d'initiation aux arts et à la culture.

D’un projet à un autre

Tout a commencé avec le programme Des ponts culturels, d’une rive à l’autre issu d’un partenariat entre Culture Montréal, le CAM, le CALQ, la Société de la Place des Arts, la Ville de Montréal et le CACVS, où la Salle Pauline-Julien a choisi de soutenir le projet La Danse des mains, de Tina Struthers.

Un lien s’est tout de suite fait avec la thématique du spectacle 9, de Cas Public. Le thème, la différence par la surdité physique et sociale, a eu une résonnance et a inspiré plusieurs personnes et organisations de différents milieux qui ont collaboré à créer un projet tentaculaire d’inclusion et de démocratisation de l’accès à différentes formes d’art.

Ainsi, l’artiste Tina Struthers a créé une œuvre sculpturale collective avec 307 participants dont des élèves en classe d’adaptation scolaire en plus d’élèves en arts des écoles secondaires de la région, d’étudiants en francisation du Cégep Gérald-Godin et de spectateurs de la Salle Pauline-Julien.

De plus, 60 élèves ayant une déficience moyenne ou un trouble du spectre de l'autisme ont eu la chance d’assister à une représentation décontractée de 9, précédée d’un atelier en classe et suivie d’un atelier sur scène après la représentation. Une sortie bien préparée afin de leur permettre de vivre une expérience positive.

Avec la collaboration de l’École de danse Ballet Ouest de Montréal et le Collège Sainte-Anne de Lachine, 129 élèves, ont participé à au moins un atelier de danse À la manière de Hélène Blackburn, chorégraphe du spectacle 9 dont 14 d’entre eux ont eu la chance de présenter leur extrait en lever de rideau, lors de la représentation devant le grand public. De plus, les Clubs photo de la région ont été invités à prendre des photos lors de la répétition générale pour monter une exposition.

En tout, ce sont 1319 personnes, adultes et élèves, qui ont participé à 32 activités de médiation artistique grâce à la concertation de 20 partenaires et chacun d’eux s’est retrouvé témoin privilégié de l’impact social de ce projet rassembleur, et s’est vu extrêmement touché et même transformé par cette expérience d’inclusion et d’ouverture à la différence.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.