Publicité
7 février 2019 - 08:00

Jam au salon de la Mèz

Le Stringcut Quartet s'invite à la Maison Félix-Leclerc

Par Jessica Brisson, Journaliste

Le Stringcut Quartet fera vibrer les murs de la Maison Félix-Leclerc avec sa musique traditionnelle manouche, le vendredi 8 février dès 19 h 30, dans le cadre des soirées Jam au salon de La Mèz.

Une passion commune pour la musique de Django Reinhardt et le Bebop a réuni quatre amis, quatre musiciens, pour créer une musique swing, rapide, lyrique, dansante.

Le Stringcut Quartet est un groupe de jazz manouche composé de jeunes universitaires qui interprètent de façon rafraîchissante des classiques de Reinhardt ainsi que des standards jazz connus. Leur sourire sur scène de même que leur communication musicale font la magie de leur performance.

La formation n’hésite pas à sortir des sentiers battus pour briser les conventions du style. Le public a pu les voir à l’œuvre dans divers bars et salles de spectacle de la région de Montréal, dans des festivals, mariages et autres événements. L’ensemble est formé d’Hugo Leclerc (originaire de L’Île-Perrot) au saxophone, à la clarinette et à la voix, de Tommy Poirier à la guitare, de Francis Verville à la guitare et de Samuel Brassard à la contrebasse.

Définitivement, le groupe a plus d’une corde à son arc pour faire bouger le public. Et il le fera aussi voyager, en le faisant passer d’une autre époque à un autre continent. 

La musique manouche

Appelé gypsy jazz en anglais, ce style de musique datant des années 1930 se caractérise par l’absence de percussions. En effet, il regroupe principalement les guitares, la contrebasse, parfois le violon et la clarinette. Les harmonies vocales s’ajoutent pour offrir une acoustique riche et envoûtante. C’est donc tout un spectacle qui attend les visiteurs le 8 février. Rappelons que l’activité est gratuite.

Pour plus d’informations : maisonfelixleclerc.org.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.