Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Par Alexandra Loiselle-Goulet

Une histoire de phobique à la pré retraite

durée 18h00
27 novembre 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par Alexandra Loiselle-Goulet, Blogueuse

Savais-tu que les phobies font partie de la même famille de trouble que l’anxiété ? Oui madame et/ou monsieur (je ne veux pas faire de jaloux ici !) Si tu ne le savais pas, tu peux me remercier maintenant.

Selon Wikipédia, une phobie est une peur démesurée et irrationnelle d’un objet ou d’une situation précise. Pour mieux te faire comprendre, je vais te partager deux histoires horribles (bon peut-être pas tant que ça) en lien avec mes deux plus grandes phobies.

Les araignées

C’est bien simple, j’haïs ça ! Je dis pas si elles avaient un beau petit chapeau, de beaux souliers et une sacoche Louis Vuitton, mais NON ! Elles sont laides, velues et intimidantes… pour moi. J’ai toujours eu une grande difficulté à me contrôler lorsque je me rends compte que je partage le même espace qu’une d’entre elles. Anecdotes :

Je revenais d’un spectacle au centre Bell avec une amie, il était, disons tard. Nous roulions sur la rue Notre-Dame à Montréal et ma copine lève les yeux et me dit : « Alex ! Y’a une araignée au plafond ! » Sérieux à cet instant, réfléchir aurait été trop long… Je me détache en vitesse (je te le dis tu n’as jamais vu ça) et je saute sur le banc arrière ! Really? Mon amie arrête l’auto sur le bord de la rue extrapassante et nous sortons de la comme si l’automobile était en feu. J’enlève mon soulier (inquiète-toi pas pour moi c’était l’été) et je me mets à essayer de trouver le monstre pour l’achever… Daniel Boon, tu vois le genre ?

La honte est arrivée dans ma vie directement à ce moment-là, lorsqu’un bon samaritain s’arrête pour s’assurer que tout était OK… Bien oui ! Tu vois pas ? On chasse le prince charmant ! Tu penses franchement que j’aurais avoué ce que j’étais en train de faire ? Jamais ! Donc, sans la retrouver (tout le monde qui a cette peur sait que le pire, c’est de ne plus savoir où elle est la maudite) nous sommes repartis et dans mon cas, j’en ai eu le cœur serré longtemps, même de retour dans le confort de ma maison. Les petites mangent pas les grosses ? On sait jamais !! Comprends-tu maintenant le côté démesuré ?

Les abeilles

C’est ma phobie numéro 1 ! Pour moi, rester tranquillement assise dans ma cour pour manger un bon repas avec des milliers d’abeilles autour de moi qui bourdonnent, c’est l’angoisse assurée. J’aimerais mieux être assise au milieu d’une cage de lions, pour te dire.

La panique me pogne, l’adrénaline monte en flèche et mon sentiment d’urgence me dit juste GO va-t’en ! By the way, petit conseil, ne me dites jamais, « Alex, si tu ne veux pas te faire piquer, faut rester calme… » Calme ? Moi calme ? C’est comme dire à un douanier de sourire… IMPOSSIBLE. Donc, un après-midi ensoleillé, je quitte la grande ville pour la campagne avec un ami. Arrivés à son chalet, nous avions une grande côte à monter en voiture. Alors calcul que nous roulions à 15-20 km tout au plus.

Pendant que je vivais ma joie d’être enfin au chalet, une charmante abeille (tu lis le sarcasme, hein ?) sort de la bouche d’aération de l’air climatisé. Imagine ma panique. Pas le temps de penser, je me détache et sors de la voiture à la vitesse de la lumière ! Oui oui, comme dans les films d’action ! Pour te dire vrai, je ne sais pas ce qui m’a fait le plus mal après.

Mon orgueil ou mon corps écorché… Je me le demande encore 25 ans plus tard. Mais à ce moment, tout ce qui importait c’est ma survie ! Comprends-tu maintenant le côté irrationnel ?

Les phobies c’est ça. C’est irréfléchi et irrationnel. Les gens qui ne vivent pas les mêmes peurs que toi ne pourront jamais les comprendre, car elles sont vraiment propres à toi, à ton vécu et ton expérience passée. Souvent, elles viennent d’un évènement plus ou moins traumatisant ou tout simplement d’une idée préconçue et faussée par tes propres pensées.

Cependant, il y a des peurs qui peuvent devenir plus graves. Dans ces cas précis, la personne phobique se sent totalement paralysée et ça peut la pousser qui à se renfermer sur elle-même et ne plus sortir de la maison comme pour les phobies sociales par exemple.

Alex va te donner un conseil. Ne reste pas tout seul avec tout ça. Parles-en à des professionnels. Crois-moi, ils sont là pour t’aider et n’oublie pas que les phobies sont une forme d’anxiété qui ne se règlera pas en claquant des doigts. Prendre des mesures pour aller mieux sans faire de l’évitement sera ta clé vers le rétablissement.

J’ai dû consulter. J’ai fait face à la musique pour plusieurs phobies. Est-ce que je n’ai plus peur aujourd’hui ? Non. Je suis humaine et ça m’arrive encore. Mais j’ai appris à ne plus me laisser contrôler par mes pensées envahissantes. Je te souhaite d’y arriver aussi.

C’est un des plus beaux cadeaux que je me suis faits.

Courage !

Alexandra

À lire également

De l’ombre à la lumière

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

La différence, quand on y pense...

LA DIFFÉRENCE, QUAND ON Y PENSE… La différence humaine semble nous ramener à une émotion conflictuelle, à une sorte de tabou de comparaisons et, pourtant; c’est elle qui fait en sorte que nous sommes des êtres uniques et vivants. Cette différence, c’est elle qui fait en sorte que l’on se construit, que l’on met des règles sociales en place, ...

29 janvier 2023

L’histoire d’une suicidaire en manque d’amour

L’amour. Ce sentiment si primaire, si fondamental, si essentiel. Cet état d’allégresse ou de chagrin. Ce qu’on obtient en venant au monde ou ce que l’on cherche toute sa vie. L’amour est comme une drogue pour celui qui en manque. Récit d’une suicidaire en manque d’amour. Dans les années 80 est née une jeune fille aux cheveux foncés et au regard ...

29 janvier 2023

Un sport de glisse passionnant : le ski

Au Québec, mère Nature n’oublie jamais de nous envoyer de la neige, parfois abondante, dès que la température refroidit. Il faut faire avec alors aussi bien y trouver du plaisir ! Dès la fin du XIXe siècle, un Norvégien du nom de Birch se promène chaussé de planches de bois qu’on appelle skis. Rapidement on verra, sur le mont Royal à Montréal et ...