Publicité

1 octobre 2020 - 13:00

Ils souhaitent un développement plus cohérent avec les enjeux écologiques, sociaux et économiques

Des citoyens lancent le Grand dialogue pour la transition dans la région

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Une douzaine de citoyennes et citoyens du Saguenay et du Lac-Saint-Jean ont lancé ce midi le Grand dialogue pour la transition.

Le groupe de démarrage, appelé Germination, souhaite mettre en œuvre une démarche collective et constructive de dialogue, du nord du lac à Petit-Saguenay.

Le dialogue doit mener à la coconstruction d’une feuille de route de transition, pour proposer une vision du développement régional plus cohérente avec les enjeux écologiques, sociaux et économiques du 21e siècle.

Le processus vise à mobiliser toutes les personnes intéressées à réfléchir et à échanger de façon bienveillante et démocratique sur l’avenir de la région, ainsi qu’à agir concrètement afin d’accélérer la transition à l’échelle régionale.

Le groupe de démarrage travaille sur le projet depuis plus d’un an. Un rassemblement de plus de 150 personnes devait avoir lieu le 21 mars dernier quand la pandémie est venue bouleverser les plans. L’équipe a dû s’adapter à la situation.

Elle lance donc aujourd’hui, dans le cadre d’un événement virtuel, un site Internet ainsi qu’un formulaire d’intérêt qui s’adresse à toute personne qui croit que la transition sociale et écologique est pertinente et nécessaire.

Proposition audacieuse

L’équipe du Grand dialogue reconnaît que la proposition est audacieuse et innovante, mais selon ce groupe, elle est incontournable et inspirante.

Le grand dialogue est porteur de sens pour beaucoup de personnes profondément préoccupées par les effets dommageables de nos modes de développement sur l’environnement, sur la santé humaine et sur l’équité sociale.

L’équipe croit que le changement est possible et réaliste. Le lancement s’appuie sur le slogan, « On le sait, on a tout, on le fait! »

En conférence de presse, un membre de l'équipe du Grand dialogue, le professeur en écoconseil à l’UQAC Olivier Riffon, a rappelé que depuis une cinquantaine d’années, les scientifiques documentent les effets nocifs de certains choix de développement faits par le passé, tant dans la région qu’à l’échelle planétaire.

« On le sait, les extrêmes climatiques augmentent, des espèces disparaissent, des ressources s’épuisent, les inégalités sociales se creusent. On sait que nos modes de développement sont la cause de ces problèmes. On sait qu’il y a urgence d’agir! Et on a tout ce qu’il faut pour faire la transition : on sait cultiver et se nourrir autrement, construire plus intelligemment, mieux aménager notre territoire, transformer notre économie, mieux travailler ensemble. On a testé et validé plein d’alternatives. Il est temps de passer à l’action! Et nous souhaitons joindre un volet recherche à cette action, » a précisé M. Riffon.

Véronique Fortin, conseillère municipale à Alma et aussi membre du comité de démarrage, a expliqué que le Grand dialogue est un mouvement citoyen et démocratique qui ne s’inscrit dans aucune politique partisane. Elle a soutenu que ce mouvement se veut une force de proposition et non d’opposition.

« La démarche n’est pas une prise de position ni un débat sur les grands projets industriels. Nous devrons ajuster notre société aux réalités du 21e siècle, que ces projets se réalisent ou non. Nous voulons transformer les discours polarisants en une réflexion sociale constructive et pacifique. En ce sens, nous souhaitons débattre avec une éthique du dialogue. On va mettre nos têtes, nos cœurs et nos mains à l’ouvrage! Notre région est extraordinaire avec toutes ses ressources, ses infrastructures et ses paysages à couper le souffle. Nous avons une population créative, informée, compétente et solidaire. Avec des créneaux comme la forêt, l’agroalimentaire, le tourisme, les ressources énergétiques, ainsi qu’avec notre expertise industrielle, numérique, éducative et culturelle, nous sommes en très bonne position pour poursuivre et accélérer la transition sociale et écologique » a soutenu Mme Fortin.

D’ici octobre 2021, avec les personnes qui se joindront au mouvement, le Grand dialogue va travailler à :

• Rassembler et rendre disponibles divers documents de vision ou de planification déjà existants au niveau régional, afin de construire sur les acquis actuels;

• Créer des trousses d’animation autonome de groupes, pour que toute personne qui le désire puisse piloter une activité participative dans son milieu et alimenter le Grand dialogue;

• Investir des lieux publics, animer diverses rencontres et évènements, piloter diverses formes de concertation, multiplier les opportunités pour de la captation d’information sur les différents thèmes liés à la transition, toujours dans le respect des règles sanitaires en vigueur;

• Animer des chantiers thématiques pour explorer les possibilités d’action, identifier nos forces, nos leviers, ainsi que des initiatives existantes ou à développer;

• Synthétiser l'information recueillie et la rendre accessible de manière ouverte et transparente;

• Développer des outils de priorisation et de codécision.

Plan d'action sur 5 ans

À terme, la démarche vise à se doter d’une vision de transition au Saguenay–Lac-Saint-Jean à l’horizon 2030 et à élaborer un plan d’action sur cinq ans (2022-2027) : une feuille de route détaillée avec des chantiers, des actions, des responsabilités ainsi que des échéances.

La feuille de route devra proposer, dans une approche systémique et concertée, un ensemble d’initiatives et d’innovations technologiques, économiques, écologiques, sociales, culturelles, politiques et institutionnelles, permettant d’envisager un développement régional en phase avec les besoins humains et les limites écologiques.

Par le dialogue, l’équipe veut construire cette vision de notre développement régional en se basant sur les meilleures connaissances scientifiques, sur les meilleures pratiques, avec une gouvernance participative guidée par l’intelligence collective.

Il s’agit d’une expérience sociale unique au Québec, mais qui s’inscrit dans plusieurs mouvements actuellement en développement au Québec et partout dans le monde.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.