Publicité
20 mars 2020 - 16:59

PANDÉMIE COVID-19

COVID-19 : le chômage peut-il affecter mon congé de maternité ?

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Actuellement avec la crise que le pays subi, les femmes enceintes peuvent avoir plusieurs questionnements autant ce qui touche la santé que leurs économies. Un évènement comme celui-ci pour amener de nombreuses conséquences et imprévus. Par exemple, quelques-unes peuvent avoir été mises au chômage dans les derniers jours et elles se demandent si cela jouera sur leur congé de maternité à venir.

Les futures mères pourront souffler en apprenant que cela n’affectera en rien leur droit aux prestations du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). Le plus tôt, qu’une demande peut-être reçue est à 24 semaines de grossesse, mais il est fortement conseillé aux femmes qui ont accès à un autre type de remplacement de revenu, par exemple l’assurance-emploi, de l’utiliser afin d’avoir plus de temps avec le bébé.

On nous explique qu’au moment où la personne voudra débuter ses prestations, ils vont reculer dans les 52 semaines précédant la date.

« On va aller chercher 26 semaines de revenus dans cette année-là. Si l’on en trouve 26, on va être en mesure de faire le calcul sans problème. Si jamais on n’en trouve pas 26 quand vous allez avoir votre avis d’acceptation, c’est possible que le montant qu’on vous donne semble faible ou très bas vous pourrez nous rappeler. À ce moment-là, si l’on voit qu’on n’a pas trouvé 26 semaines pour calculer vos revenus on peut prolonger votre période de référence. Donc, au lieu de regarder sur 52 semaines, on pourrait aller jusqu’à un maximum de 104 semaines en arrière. »

Les pères sont également dans la même situation. Les futurs parents affectés par la crise pourront sentir un poids en moins.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.