Publicité

14 janvier 2022 - 04:00

Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard estiment que les délais sont cruels

Les bloquistes demandent un meilleur traitement pour les prestataires de l’assurance-emploi

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Toutes les réactions 1

Les députés bloquistes de Lac-Saint-Jean et Jonquière, Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard, dénoncent les délais de traitement cruels à leur avis qui touchent les victimes de fraude à l’assurance-emploi ainsi que les règles discriminant les femmes qui ont perdu leur emploi pendant ou après un congé de maternité.

Bien que le Bloc Québécois ait réclamé des ressources supplémentaires pour les enquêtes de fraude à de nombreuses reprises depuis le début de la pandémie, force est d’admettre que le gouvernement a négligé sa responsabilité selon le parti politique.

Depuis quelques semaines, des dizaines de citoyens ayant droit au « chômage » se heurtent à un refus des agents administratifs de l’assurance-emploi. Impossible de régler leur demande, leur répond-on, ils ont été victimes d’une fraude. Le dossier est alors gelé et c’est le Centre antifraude du Canada qui prend le relais.

« C’est à ce moment-là que leur cauchemar commence », affirme Alexis Brunelle-Duceppe, qui voit régulièrement des délais de traitement dépassant les trois mois.

Un Centre débordé

« Le Centre est débordé. Ce gouvernement-là n’a jamais mis les ressources nécessaires dans la minimisation des impacts de la fraude et maintenant, on voit l’impact que ça a. Je ne pense pas me tromper en vous disant qu’on a probablement plusieurs milliers de personnes au Québec et au Canada qui sont en attente que leur situation soit régularisée par le Centre antifraude, tout simplement parce que les fonctionnaires sont en situation de sous-effectifs », ajoute le député de Lac-Saint-Jean, qui estime que la faute revient entièrement au gouvernement.

Une fois que la fraude est confirmée, le calvaire des demandeurs n’est pas fini pour autant.

« Quand le dossier est dégelé, l’assurance-emploi reprend la demande à zéro, ce qui fait que la victime de fraude, qui est sans revenu depuis déjà des mois, est de retour à la case départ et doit attendre encore plusieurs semaines de traitement pour obtenir l’argent qui lui revient. Faut que ça cesse », croit le politicien jeannois, qui demande pour la troisième fois en un an des ressources supplémentaires au Centre antifraude du Canada.

Discrimination envers les femmes

Le Bloc Québécois réclame également une modification des règles d’admissibilités à l’assurance-emploi pour les femmes qui perdent leur emploi pendant leur congé de maternité ou peu de temps après leur retour au travail. Dans une décision, le Tribunal de la sécurité sociale du Canada a jugé ces dispositions discriminatoires.

« Il est inacceptable qu’en 2022, des femmes soient pénalisées parce qu’elles ont des enfants. Les travailleuses doivent pouvoir compter sur des prestations si elles perdent leur emploi, même si elles étaient en congé de maternité. Je tiens à saluer les travailleuses qui se sont battues pour obtenir ces changements à la loi sur l’assurance-emploi, ainsi que les organismes de défense des droits impliqués dans ce contentieux. Maintenant que le tribunal a tranché, c’est à nous, parlementaires, de travailler pour changer les règles d’admissibilité à l’assurance-emploi. Il faut mettre fin dès maintenant à cette situation discriminatoire qui a des impacts économiques importants sur les femmes et leurs familles », a déclaré Mario Simard.

« La réforme globale de l’assurance-emploi est un dossier majeur sur lequel nous allons continuer de talonner le gouvernement. Trop de travailleuses et de travailleurs sont laissés pour compte avec les règles et les délais de traitement actuels. On connaît depuis longtemps les problèmes, il est temps de les régler », de conclure les députés bloquistes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Moi je suis présentement dans le même cas , j’ai déclaré des gains au début décembre et ont me dit après mainte fois que mon cas est en traitement et maintenant après le délai dépasséils me disent que c impossible de traiter ma demande car trop de cas et pas assez de personnels 🙁

    Lina audet - 2022-01-16 13:45