Publicité

3 décembre 2021 - 16:00

Industrie forestière

Droits américains sur le bois d’œuvre : les députés bloquistes s’inquiètent des impacts dans la région

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le député de Jonquière et porte-parole du Bloc Québécois en matière de Ressources naturelles, Mario Simard, ainsi que le député de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, exhortent Ottawa à défendre l’industrie forestière québécoise et à rassurer les travailleuses et travailleurs du Saguenay—Lac-Saint-Jean, la première région forestière du Québec.

« L’industrie forestière est le parent pauvre des politiques fédérales. Ottawa fait pleuvoir des milliards sur le secteur pétrolier et gazier du Canada, alors que l’industrie forestière du Québec reçoit moins de 65 millions de dollars par an, dont 75 % sous forme de prêts. À elle seule, la filière forestière régionale rapporte plus de 80 millions de dollars par année au gouvernement fédéral, soit davantage que la contribution canadienne. C’est aberrant », affirme M. Simard.

Les députés déplorent qu’une semaine après la rencontre entre le premier ministre Trudeau et le président Biden, les États-Unis aient annoncé que les droits compensatoires sur le bois d’œuvre canadien doubleraient en 2022, une nouvelle particulièrement mauvaise pour la région, qui a toujours respecté les règles en vigueur.

Pour la papetière Produits Forestiers Résolu, les droits perçus passeront de 20,25 % actuellement à 29,66 %.

« Comme ancien travailleur de l’industrie, je trouve inconcevable que le premier ministre canadien n’ait pas défendu les bons emplois dans un secteur aussi névralgique pour le Québec et notre région auprès du président américain. Par son inaction, le gouvernement fédéral démontre une fois de plus son désintérêt envers le gagne-pain de nombreuses familles de chez nous », déclare M. Brunelle-Duceppe.

Rappelons que les députés bloquistes ont fait une tournée de consultation des régions forestières en 2020 et ont obtenu l’engagement de 45 partenaires, dont 24 élus et les trois principales centrales syndicales, autour d’une feuille de route commune pour relancer l’industrie. Ils ont proposé des pistes d’action concrètes, notamment le développement d’une chaîne de valeur pour la 2e et 3e transformation et le soutien de la filière forestière verte (bioéconomie).

« La forêt est le pilier économique de notre région; elle représente des milliers d’emplois et une large part des exportations québécoises. C’est une industrie d’avenir, capable de capter et de stocker durablement le carbone, contrairement aux hydrocarbures. Le gouvernement Trudeau doit passer de la parole aux actes en matière d’action climatique et appuyer notre régime forestier, à tout le moins, de faire cesser les attaques », terminent M. Simard et M. Brunelle-Duceppe.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.